L’antifascisme n’est pas un crime, nos luttes sont légitimes !

886 visites

La semaine dernière, sept militants antifascistes ont été interpellés dans le cadre d’une affaire politique montée de toutes pièces par la Préfecture. Jeudi 23 septembre, quatre d’entre eux ont été placés en détention en l’attente de leur procès qui aura lieu le 4 novembre. Parmi eux, l’un des membres actifs de l’Espace Communal de la Guillotière et de la « Guillotière n’est pas à vendre », deux collectifs qui tentent d’organiser la solidarité dans le quartier (distributions alimentaires, permanences d’accès au droit, aux soins, cours de français, d’informatique etc.) et luttent pour la régularisation de tou·tes les sans papiers, l’ouverture des frontières, et pour une Guillotière populaire et solidaire.
Nous souhaitons leur exprimer toute notre solidarité et redire à quel point le combat antifasciste est essentiel et intrinsèque à la lutte que nous menons à la Guillotière.

Cette affaire fait suite à une altercation survenue lors d’une manifestation contre le pass sanitaire en août avec des nervis de l’ultra-réactionnaire parti politique Civitas. Les supposées victimes n’ayant pas porté plainte, le parquet s’est auto-saisi de l’affaire et a demandé le placement en détention de l’ensemble des prévenus. Quatre d’entre eux ont donc été envoyés en prison après leur passage devant le juge des libertés et de la détention dans le cadre d’une comparution à délai différé (cf encadré).

La comparution à délai différée, qu’est-ce que c’est ? En temps normal, après une garde à vue, un.e prévenu.e peut être présenté.e en comparution immédiate afin d’être jugé.e tout de suite. Cette procédure ne laissant pas de temps à la défense de préparer ses arguments, il est courant de demander un report de cette audience (qui intervient alors dans un délai de deux à quatre mois). La nouveauté avec la comparution à délai différé (expérimentée depuis 2019), c’est que cette audience n’intervient pas à la fin de la garde à vue mais de deux à six semaines après celle-ci et qu’elle ne peut être refusée. C’est donc la garantie d’une justice expéditive et surtout une machine à envoyer les prévenu.es en détention provisoire. Au 1er août 2021, ce sont ainsi 18 641 personnes qui étaient détenues sans aucun jugement (soit 27,3% de la population carcérale).

Malgré l’absence de plainte, les chefs d’inculpation sont :

  • Violence en réunion n’ayant pas entraîné d’ITT (interruption temporaire de travail).
  • Groupement en vue de commettre des délits durant une manifestation.
  • Participation à une manifestation non déclarée.
  • Refus de donner leur codes de chiffrement (téléphone portable).

Ces inculpations s’inscrivent dans une véritable offensive de la Préfecture contre les militant·es antifascistes lyonnais.es depuis plusieurs mois (harcèlement policier, poursuites judiciaires délirantes, campagne sur les réseaux sociauxetc.). Acharnement auquel contribuent les différentes prises de positions politiques autour du combat antifasciste : il y a quelques semaines, Laurent Wauquiez menaçait ainsi de retirer les subventions d’une salle de spectacle accueillant le Lyon Antifafest.
Ces différentes attaques ne sont pas le fruit du hasard. L’extrême droite a voix aux chapitres partout dans les médias. Dans toutes les villes, des groupuscules d’individus racistes, misogynes, antisémites, homophobes etc. ne cessent de partir en chasse contre celles et ceux qu’ils veulent épurer. Ils agissent en toute impunité, pendant que nos luttes sont criminalisées.
Le parquet aux ordres, les juges d’instruction et leurs associations de malfaiteurs, les juges des libertés qui en privent seulement celles et ceux de notre classe, agissent de concert dans l’intérêt de ceux qui prônent la haine. Nous ne sommes pas de ce camp là.
Nous ne laisserons pas nos camarades se faire enfermer par un pouvoir qui protège les pires ordures fascistes sans rien faire.

L’antifascisme n’est pas un crime et nos luttes sont légitimes !
Libération immédiate pour nos camarades !

PNG - 34.9 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Espace communal de la Guillotière » :

>L’antifascisme n’est pas un crime, nos luttes sont légitimes !

La semaine dernière, sept militants antifascistes ont été interpellés dans le cadre d’une affaire politique montée de toutes pièces par la Préfecture. Jeudi 23 septembre, quatre d’entre eux ont été placés en détention en l’attente de leur procès qui aura lieu le 4 novembre. Parmi eux, l’un des membres...

› Tous les articles "Espace communal de la Guillotière"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Abolir la police : 2 événements à Lyon cette semaine

Le collectif Matsuda vous propose deux événements à Lyon autour de la sortie du livre « Abolir la police, échos des Etats-Unis » : 1 projection le mercredi 13 octobre et 1 journée de présentation et d’ateliers le samedi 16 octobre.

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Justice / Enfermements » :

>Manifestation : déclaration et interdiction, quelques notions juridiques

Octobre 2021. Cette brochure a été créée pour tenter d’apporter des réponses aux questions qu’on se pose souvent sur ce qu’est une manifestation : doit-elle être autorisée ou non, faut-il la déclarer, peut-elle être interdite, qu’est-ce qu’on risque à participer à une manif’ interdite, etc. Article...

>L’antifascisme n’est pas un crime, nos luttes sont légitimes !

La semaine dernière, sept militants antifascistes ont été interpellés dans le cadre d’une affaire politique montée de toutes pièces par la Préfecture. Jeudi 23 septembre, quatre d’entre eux ont été placés en détention en l’attente de leur procès qui aura lieu le 4 novembre. Parmi eux, l’un des membres...

› Tous les articles "Justice / Enfermements"

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"