L’éducation que nous voulons n’est pas celle des Etats et des patrons !! Appel à manifester.

1316 visites
3 compléments

Les luttes dans l’éducation dépassent les simples réformes en cours, constat d’une école inégalitaire face à laquelle de nombreux mouvements se mettent en marche, en france comme à l’étranger.
- Textes extraits de la feuille idées noires du groupe durruti de la Coordination des Groupes anarchistes.

MANIFESTATION pour l’Education.

JEUDI 8 Janvier 11h place des Terreaux

JPEG - 101.5 ko

ET deux autres rendez-vous en janvier :
- 17 janvier : Manifestation nationale dans l’Education (lycées, IUT, universités)
- 29 janvier : Grève générale à l’appel de huit confédérations syndicales.

Petit tour d’Europe des luttes dans l’Education

Cela fera bientôt un mois que Alexis G. a été assassiné par les chiens de garde du gouvernement. Le mouvement contestataire grec n’est pas prêt de se taire, de plus en plus de travailleurs vont rejoindre le mouvement principalement étudiant. Des salariées d’une compagnie aérienne ont cessés le travail forçant les avions à rester au sol. Les services publics de transports se mobilisent paralysant ainsi la circulation. Les médecins et les enseignants rejoignent la lutte exigeant la démission de Kostas Karamanlis. Les étudiant envahissent les plateaux de télévision, occupent les bâtiments publics (mairies, écoles…). 600 établissements scolaires sont occupés, la plupart des universités fermées.

Dans tout l’Europe, l’éducation est attaquée de plein fouet par des réformes inacceptables. Aussi bien le primaire que le secondaire subissent de multiples transformations visant à détruire le service public (au profit d’intérêts privés).

En Italie, Berlusconi et son gouvernement ont décidé de réduire le budget de l’éducation par le biais du décret Gelmini (ministre de l’éducation) et de la loi dite « 133 ». Ces réformes de l’enseignement secondaire et supérieur empêchent une éducation accessible à tous par des restrictions de crédits. Ce processus accélère la privation de l’Université. Cela entraînera une baisse des effectifs de 7%. 87 000 postes d’enseignants disparaîtront d’ici quatre ans. Toutes ces manoeuvres permettront à l’Etat de réaliser 7,8 milliards d’euros d’économie (qui seront réinvestis dans la police et l’armée), notamment en instaurant un enseignement limité dans le primaire.

Durant les mois d’octobre et novembre, soutenus par leurs professeurs, plus de 2 millions de personnes ont défilé dans les rues de Naples à Milan. Plusieurs dizaines d’universités et de lycées ont été occupées. Le mouvement a été suivi par une répression féroce des forces de l’ordre. Mais aussi par des groupes fascistes (de plus en plus visibles) qui n’ont pas hésité à attaquer la foule lors d’une manifestation à Rome.

De l’autre côté du Rhin, c’est plus de 80 000 personnes qui se sont opposées au gouvernement qui préfère accorder son soutien aux entreprises financières en difficulté, plutôt qu’aux écoles. Comme en France, les moyens pour le système éducatif sont de plus en plus restreints, les classes surchargées !! 

Les étudiants comme leurs professeurs réclament davantage de moyens pour l’Ecole, la diminution du nombre d’élèves par classe et la fin de la « pression par les notes ». Tous ces facteurs perpétuent les inégalités sociales, notamment avec la coexistence de cycles courts et longs dans le secondaire, où les élèves doivent choisir très tôt (dès 10 ans) entre une filière pro ou générale. Ces grèves ont été parmi les plus importantes de ces dernières années. Dans plus de 40 villes d’Allemagne une grande partie des écoles étaient fermées.

Outre atlantique des grèves surgissent dans l’Universitée de New School à New York occupée depuis le 9 novembre. Cette réappropriation répond à la corporisation de l’université et l’appauvrissement de l’enseignement en général. Les chercheurs et professeurs de diverses universités se mobilisent, pour garder leur droit à la couverture médicale et l’augmentation de leurs bourses actuellement menacées.

En France les entreprises ont de plus en plus souvent recours aux étudiants stagiaires, corvéables à merci !!! Les faibles allocations de bourses universitaires se voient réduites et difficilement accessible.

Face à toutes ces attaques libérales, il ne faut plus hésiter à troubler l’ordre public (depuis trop longtemps respecté) et créer de nouvelles alternatives (groupes, collectifs, organisations politiques, actions individuelles…) en réinvestissant nos vies, nos lieux, nos universités, nos écoles,… Se donner les moyens politiques de connaître et maîtriser nos conditions d’existence, en ne subissant plus la terreur d’Etat ! C’est un mouvement contestataire d’ampleur qu’il nous faut mener ensemble contre ce capitalisme incisif. De part et d’autre du monde les luttes s’organisent pour contrer ces logiques d’exploitation et de domination. Le système ne crèvera pas tout seul aidons-le ! !

Agissons ici et maintenant !!

UNION, ACTION, AUTOGESTION !!


Une réforme après l’autre,
contre quoi nous battons nous ?

Alors que les luttes dans l’éducations (lycéens mais aussi étudiants, profs ...) se succèdent les unes après les autres ces dernières années, l’école est toujours plus inégalitaire, toujours plus soumise aux lois du marchés. Que la réforme en cours passe ou non, la suivante mettra à nouveau à mal un système éducatif qui est pourtant déjà inacceptabe en l’état : l’ascenseur social y est un mythe forgé par les gouvernants pour nous faire oublier que l’école perpétue les inégalités sociales, transforme les fils d’ouvrier en ouvriers, les fils de riches en riches à leur tour, transforme une classe d’age en main d’oeuvre soumise et corvéable à merci.

Car l’école n’est après tout que l’expression de la société qui la construit et la notre est profondément autoritaire, inégalitaire et inhumaine. S’il faut se battre pour l’école, battons nous pour construire la notre, lycéens et profs, ensemble, autogéré et émancipatrice. Et s’il faut s’attaquer à l’école c’est à la société qui la produit qu’il faut aussi s’attaquer : celle des gouvernants qui décident dans notre dos, celles des actionnaires qui profitent de notre travail, celles des capitalistes qui s’enrichissent quand la crise nous touche chaque jours un peu plus.

Il est temps de reprendre nos vies en main, d’occuper la rue pour occuper l’espace social, d’occuper les lycées et les universités pour y mettre en place d’autres modes de fonctionnements, des espaces de vie collectives et parfois festives, des alternatives à leur société inhumaine.

Leur société est malade,
achevons-la !

version téléchargeable :

PDF - 233.2 ko
idées noires janvier 2009

A lire sur rebellyon.info :
- Quelques conseils en manifestation pour faire face à la répression
- Chronologie et rendez-vous des mouvements dans l’éducation
- Récit en photos de la manifestation et des affrontements du jeudi 18 décembre.
- Le 16 décembre, pendant que vous bossez,
vos enfants se font matraquer… et les journalistes se font censurer.

Photo de la manifestation du 18 décembre, récit en photo

P.-S.

Groupe Durruti / Coordination des Groupes Anarchistes
- www.c-g-a.org
- www.laplumenoire.org
- groupedurruti[at]no-log.org

c/o Librairie La plume noire, 19 rue Pierre Blanc, 69001 Lyon. Tel 04 72 00 94 10
Permanences du Mercredi au Vendredi de 17h à 19h, le Samedi de 15h à 19h

Le café libertaire est ouvert, à la même adresse, tous les Vendredis soirs de 21h à 01h, entrée par l’allée.

Emission de Radio “idée noire” tous les mercredis de 20h à 21h sur le 102.2 de Radio Canut.

Groupes associés à l'article

CGA - Coordination de Groupes Anarchistes

  • La plume noire, 8 rue diderot, Lyon 1er
  • groupe-lyon (at) c-g-a.org
  • Autres infos :

    Site Web : https://www.cgalyon.ouvaton.org/

    Twitter : https://twitter.com/cgalyon1

    Fbk : https://www.facebook.com/coordinationdesgroupesanarchisteslyon

    Ouverture de la librairie La Plume Noire les mercredis de 17h à 19h et les samedis de 15h à 19h

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 5 janvier 2009 à 22:08, par coor’lyon

    CE N’ETAIT QUUN DEBUT
    CONTINUONS LE COMBAT !!!
    Le recul de Darcos sur la réforme des lycées n’était qu’un leurre pour ralentir le mouvement lycéen qui prend de plus en plus d’ampleur. Nous ne sommes pas dupes, nous voulons bien plus qu’un report...

    Notre éducation n’est pas à vendre !

    Le gouvernement veut nous faire gober que les réformes sont pour les lycéens alors qu’ils privent l’éducation de ses moyens. A qui profitent réellement ces réformes ?!

    - 80 000 postes d’enseignants supprimés en 5 ans
    - suppression de la carte scolaire
    - suppression des RASED ( aides individualisées)
    - privatisation des facs et prochainement des lycées

    Nous refusons toutes ces initiatives et ne voulons pas d’une » réforme du lycée » tant que le gouvernement s’acharnera à faire des économies sur l’éducation, à creuser les inégalités, à nous priver de nos libertés.

    La jeunesse devient le cobaye de leur délire sécuritaire !

    Nous subissons de plein fouet leur paranoïa répressive :
    - fichage généralisé dès 13 ans : EDVIRSP, CRISTINA, FNAEG...
    - videosurveillance et biométrie dans nos bahuts, dans nos rues, dans nos quartiers...
    - omniprésence policière
    - majorité pénale abaissée à 12 ans
    - création de nouveaux centres d’emprisonnement pour mineurs
    - « veille de l’opinion » ( contrôle d’internet )

    C’est dans la rue que tout se jouera !!

    Avant les vacances, à Lyon, une trentaine de lycées publics et privés ont été bloqués . Le 18 décembre, c’est 10 000 lycéens ( 80 000 en France) qui répondaient avec rage aux provocations de l’ Etat.
    Des feux s’allument en Grèce, en Italie, en Allemagne, aux USA... Partout le capitalisme veut soumettre l’éducation à la loi du marché.
    Nous ne voulons pas de cette école qui nous apprend la soumission, pas de celle au service du commerce qui cherche à rendre les élèves rentables.
    Nous luttons pour une éducation publique et égalitaire, basé sur le partage et la diversité des savoirs , etc...

    JEUDIJANVIER :
    MANIFESTATION 11H PLACE DES TERREAUX
    APPEL AU BLOCUS

    LA REPRESSION NE NOUS ARRETERA PAS !!

    Les lycéen-ne-s se font matraquer, les journalistes se font censurer...
    Où est cette fameuse démocratie dont ils nous parlent tant ?!

    Jeudi 18 décembre, à la suite de la manifestation lycéenne, les CRS ont usé a outrance de flash-balls, lacrymos et matraques. 38 personnes ont été interpellées et une vingtaine sont poursuivis.
    Soyons solidaires pour éviter que tant d’arrestations se reproduisent.
    Contacter TEMOINS si vous avez une info des jeunes inculpés.

    Certains médias, de paire avec le gouvernement, tentent de diviser les contestataires entre les pseudo « casseurs » et les « gentils manifestants », ainsi espèrent ils qu’en plus des centaines de flics encadrant les manifs, chacun surveillera son-sa voisine pour éviter un débordement qui pourrait peut-être enfin changer les choses !

    Nous sommes tous des casseurs de ces réformes, de ces gouvernements, de ce système !

    Pendant la manifestation :
    Avoir de préférence :
    Des vêtements discrets pour éviter les arrestation ciblées
    Du sérum physiologique ( ou de l’eau ) à appliquer dans les yeux ou sur la peau en cas de contact avec du gaz lacrymogène
    Un foulard, un keffieh...de quoi te couvrir le visage pour ne pas être reconnu par les flics, et l’humidifier pour te protéger du gaz.
    Une bouteille d’eau et de quelque chose à grignoter pour te redonner des forces

    Penser à :
    Rester groupé et mobile, ne jamais partir seul-e de la manif
    Ne pas paniquer en cas de charge, rester dans le cortège
    Surveiller, sans en devenir paranoïaque, les policiers aux abords de la manifestation mais aussi ceux en civil infiltrés dans le cortège
    Éviter de courir pour rien, cela te fatigue et peut créer un mouvement de panique

    En cas d’arrestation :
    Quand tu te fais arrêter, cris ton nom aux manifestants, évite les insultes ou les coups à l’égard des flics
    En garde à vue, tu as le droit de voir un médecin et un avocat, et surtout de ne rien déclarer. Cela peut t’aider à ne rien dire qui ensuite pourrait jouer contre toi ou contre un autre inculpé
    On peut refuser le fichage ADN, c’est un délit puni par la loi, mais pas toujours sanctionner et des caisses de solidarité peuvent t’aider à payer l’amende si amende il y a.

    si tu es témoin d’une arrestation contact le numéro Témoins : 06 43 08 50 32

    Coordination Lycéenne Lyonnaise

  • Le 4 janvier 2009 à 14:18, par le lutin malin

    la manifestation est apparemment bien confirmé à 11h aux terreaux

  • Le 4 janvier 2009 à 14:07

    vous confirmez pour la manif de jeudi 14h aux terraux ?

    merci

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"