La France et le financement du génocide des Tutsi au Rwanda

1782 visites

Pourquoi la diplomatie française s’agite-t-elle ainsi depuis l’audition, par la Commission Mucyo, de Martin Marschner von Helmreich ?

Le travail de la commission Mucyo fait-il peur ? On ne peut que se poser la question devant les manœuvres actuelles de la diplomatie française lancées par M. Kouchner...

Un petit retour sur cette « affaire Marschner ».

Martin Marschner von Helmreich vit à Monaco et est un spécialiste de la haute finance.

Il estime être un témoin de premier plan de l’implication de l’Etat français dans le financement du génocide des Tutsi : en 1994, il avait signé une convention de courtage financier avec la Caisse centrale de réassurance, où il avait déposé l’équivalent de trois millions d’euros. Le 19 août 1994, la CCR, une compagnie de réassurance dépendant directement du Trésor public et créée par le général de Gaulle, lui fit savoir qu’elle avait perdu un milliard de francs français de l’époque, appartenant à sa filiale Rochefort Finances. Rappelons que cette société, Rochefort Finance, était, jusqu’en 1995, une maison de titres, dépositaire et promotrice d’une vingtaine d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) (càd des Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) et des fonds communs de placement). La SA Rochefort Finances avait pour société mère, à concurrence de 60 % des parts, la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), établissement public, devenue société anonyme en 1992, mais dont l’actionnaire principal était l’Etat français. La CCR avait pour objet de gérer les fonds collectés par les compagnies d’assurance au titre de catastrophes naturelles.

Le 14 septembre 1994, coup de théâtre : le trésor public français, sans explications, remboursa l’intégralité de cette somme !

Marscher rappelle qu’à l’époque, le Ministre du Budget s’appelait Nicolas Sarkozy... Marschner aurait fourni à la Commission Mucyo, dont le but est de faire la lumière sur l’implication française dans le génocide, 800 pages de documents comptables. Pour lui, « il est évident que Rochefort Finances a été une filière de financement d’opérations occultes, en Afrique et ailleurs. Le « trou » financier de l’été 1994, creusé puis comblé, correspond exactement à la durée de l’Opération Turquoise. »

Sur base de ces révélations, les Rwandais se promettaient d’éplucher plus minutieusement encore les comptes de la Banque nationale du Rwanda qui aurait reçu et ventilé les fonds envoyés par la France via la BNP Paribas. Il apparaît déjà que cette dernière, durant le génocide, payait les frais de fonctionnement de plusieurs ambassades du Rwanda en Europe, qui dépendaient alors du gouvernement intérimaire.

Si quelques clés et de nombreux chiffres semblent encore manquer aux accusations de Marschner, elles apparaissent comme autant de pierres qui balisent la voie vers la vérité de cette implication française dans le génocide... Une voie à suivre, donc...

P.-S.

- Retrouvez plus d’information sur l’implication française dans le dernier génocide du XXe siècle, et notamment un point sur cette « affaire Marschner » impliquant l’Etat français dans le financement du génocide, et notamment le Ministre du Budget de l’époque, Nicolas Sarkozy, sur le site propaglande.org et dans la revue La Nuit rwandaise, revue annuelle sur l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda.
- Le 6 avril 1994, le génocide au Rwanda commence...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Spectacle politique » :

 La Grève des électeurs » est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale...

› Tous les articles "Spectacle politique"