« La grève, ça change la vie ! » Entretien avec un travailleur en grève depuis le 4 avril

778 visites

Faire une grève illimitée et depuis début avril, c’est possible ! Interview d’un gréviste contre la loi « travaille » depuis le 4 avril.

Merci d’avoir accepté l’interview, tu te présentes ?

Je suis en grève depuis début avril, j’ai 28 ans, je suis développeur en informatique dans une grosse entreprise privée. J’ai décidé de ne plus y aller et de me mettre en grève.

C’est quoi ton statut dans cette boîte ?

J’ai un CDI et je suis plutôt bien payé, c’est aussi pour ça que je peux me permettre d’arrêter le travail comme ça et de faire une croix sur ma rémunération, parce que j’ai des économies à côté qui me permettent de faire ça.

Depuis quand tu fais grève ? Comment c’est possible pour toi ?

Je fais depuis le 4 avril, et en fait c’est possible parce que la CGT de ma boite a déposé un appel à la grève qui dit tout simplement : « Grève illimitée jusqu’au retrait de la loi travail ». Je suis couvert par cet appel, et à partir de là je peux aller au travail mais aussi ne pas y aller, quand je veux. Dès la publication de cet appel, j’ai mis une ptite soirée à me décider, et puis j’ai décider de la suivre totalement et de ne plus du tout retourner bosser.

T’as dû prévenir ta hiérarchie ?

Alors en fait, j’ai une copine qui est militante à LO et qui m’a dit qu’il n’y avait pas besoin de prévenir son employeur, du moins dans le privé (après je ne sais pas trop comment ça se passe ailleurs). Dès qu’il y a un syndicat qui a déposé un appel à la grève, chacun peut le matin décider de ne pas venir travailler, sans prévenir personne. C’est à l’employeur après de prendre note de son absence et de lui demander pourquoi. Là il faut répondre qu’on est en grève. Dans mon cas j’ai quand même décidé de prévenir mon chef de projet, vu que c’était la grève illimitée et que c’est une décision difficile à prendre. J’ai envoyé un mail à mon chef de projet le soir en disant : j’ai vu que la CGT avait déposé un appel à la grève illimitée, je suis très opposé à ce projet de « loi travail », donc moi je vais suivre cette grève, donc attention, je ne serai pas là demain ni les jours qui viennent.

Et comment ça s’est passé dans ta boîte ? Il y a eu des retours ? D’autres personnes se sont mises en grève ?

Dans ma boîte déjà au niveau de mes collègues, il y avait déjà eu quelques journées de grève où on était trois/quatre à se mettre en grève les journées de manifs. Par contre je suis tout seul à suivre la grève illimitée, du moins dans le centre de Lyon, comme c’est une boite énorme je ne sais pas tout ce qu’il se passe. Après au niveau de la hiérarchie, c’est là que ça devient rigolo, c’est-à-dire que j’ai eu absolument aucun retour d’eux, aucune réponse à mes mails, et j’ai juste entendu un bruit de couloir cette semaine qui disait : « Oui, il paraît que ils cherchent à te licencier pour abandon de poste. » Donc moi, après avoir demandé conseil à la CGT, j’ai de nouveau envoyé un mail tranquillement à ma hiérarchie pour dire « Au fait, je suis toujours en grève, c’est pour ça que je ne suis pas là. » Histoire d’être couvert.

T’es syndiqué toi ?

Non, je ne suis pas syndiqué. C’est la première que je fais grève depuis que je bosse, vu qu’en informatique il n’y a pas énormément de mouvements de grève. Peut-être que je vais me syndiquer à un moment, mais pour l’instant je ne le suis pas.

Qu’est-ce qui t’as poussé à te mettre en grève depuis le 4 avril ?

Le soir où la CGT a appelé à la grève illimitée, je me suis quand même pas mal posé de questions. Au final ce qui m’a vraiment motivé c’est l’envie de faire tout mon possible pour éviter cette casse du droit des travailleurs, l’envie de me battre contre. Et puis ce qui m’a motivé aussi, c’est que quand on fait grève on va pas bosser et on gagne vraiment plein de temps. Voilà moi quand j’allais bosser, cinq jours par semaine, j’ai pas du tout d’énergie pendant la semaine que de faire autre chose que par exemple aller écouter des concerts de musique très fort le soir pour me vider la tête. J’ai pas d’énergie en semaine. Tandis que là, maintenant, ça m’a libéré plein d’énergie pour voir des potes, pour faire des choses, pour me poser des questions sur mon avenir, ce que je veux faire etc… C’est super chouette quoi !

La grève du coup ça t’a permis de t’impliquer dans la lutte…

Ouais, exactement. Forcément, toutes les manifs je peux être là. A Lyon on attend un ptit peu des occupations de lieux, j’aimerais bien que ça se débloque de ce côté là, moi je suis chaud pour occuper un truc. J’ai pas à me lever le matin quoi, ça simplifie vraiment les choses pour s’informer sur la lutte, pour être présent lorsqu’il se passe des choses, c’est super important.
Ça change la vie ! Depuis que j’ai commencé à bosser, c’est la période la plus longue où j’ai pas bossé. Ça change un peu tout.

Qu’est-ce que tu penses de la loi travail ?

Quand la loi Travail a été publiée, je me suis dit c’est vraiment l’horreur ce truc, c’est un retour en arrière absolument démentiel sur les acquis sociaux. Après clairement j’aimerai bien que ça ne s’arrête pas à la loi travail et qu’on aille plus loin dans le remise en cause de ce système. Moi mon opinion c’est que de toute façon ce qu’on peut gagner en tant que travailleur, on ne peut le gagner que par la lutte, et ce qui fait vraiment peur c’est quand le pouvoir se sent suffisant en sureté pour envoyer des projets de lois aussi offensif, aussi destructeur, en se disant : « De toute façon dans le rapport de force on gagne et on pourra l’imposer par la force. » Et c’est donc là vraiment que j’ai envie de me mettre en grève pour leur montrer que non, qu’on est là, que dans le rapport de forces on compte, qu’on ne se laissera pas faire, ça vaut pour ce projet de loi, ça vaut pour les suivants. Et puis, on espère que c’est un peu tout le système qu’on arrivera à mettre à bas.

C’est quoi la lutte pour toi ?

Pour moi c’est tous les moyens qui permettent aux gens de gagner en force par rapport au pouvoir, de peser dans le rapport de force pour leurs droits, mais aussi par solidarité pour le droit de leurs voisins… C’est compliqué comme question !

En tout cas ça fait du bien de voir comme ça une lutte qui naît, qui gagne en force, même si à des moments on a l’impression que le souffle retombe. Là par exemple avec le blocage de toutes les raffineries et les dépôts de carburants on a l’impression que ça repart de plus belle. Ça fait plaisir à voir de voir qu’il y a encore une forte politisation des gens. On ose encore défier le pouvoir par des tonnes d’actions. Que ce soit les manifs sauvages offensives, les blocages, ou la grève illimitée, c’est plein de moyens qu’ont les gens de peser dans le rapport de force et ça fait plaisir de voir ce mouvement-là.

Qu’est-ce que tu dirais aux personnes qui hésitent en ce moment à faire grève ?

Franchement, venez, c’est super chouette ! Moi ça fait plus d’un mois que j’entends parler de grève générale illimitée où à chaque fois c’est pour la semaine prochaine, que ça va arriver mais que c’est pas encore pour tout de suite. Je vous attends, il est temps de la faire ! Non seulement c’est hyper important dans le rapport de forces, mais aussi pour soi-même, pour s’évader un petit peu de cette routine de travail abrutissante à 8 heures par jour tous les jours de la semaine. C’est salutaire quoi.

Interview d’un travailleur en grève depuis le 4 avril
Comme la personne le précise dans son interview, la grève est financièrement possible pour elle grâce à des ressources personnelles. Ce n’est pas le cas de nombre d’entre nous. C’est pour ça qu’il existe des Caisses de grève, et que la solidarité est plus que jamais nécessaire dans ce type d’action.
Le droit de grève, comment ça marche ?

Toujours utiles à avoir en tête en cas de mouvement social ou de conflit dans son entreprise, la Rotative rappelle quelques notions générales sur l’exercice du droit de grève.

23 mars 2018
Comment faire grève si je suis isolé.e

En période de mobilisation contre la loi dite « loi Travail » plusieurs journées de mobilisation et de grèves sont prévues et nombreux sont ceux et celles qui souhaitent y participer. Salarié.es du privé, du public, CDI, CDD, Intérim ... Comment faire ? Un article publié sur le site Paris Luttes explique (...)

29 octobre 2016

La caisse de grève, outil de lutte offensive contre le capital et ses marionnettes syndicales

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

› Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>La bataille des retraites va démarrer !

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"