La liberté d’expression a des limites, la police aucune...

2039 visites
5 compléments

Retour sur l’arrestation de deux militants lors d’une manifestation contre la réforme des retraites le 23 novembre 2011.
Rassemblement de soutien lors du procès Vendredi 11 Février à 14h au TGI. (tram T1 "palais de justice")
Une autre camarade, arrêtée lors des manifestation contre la loi LOPPSI, passera en procès le même jour au TGI

23 novembre 2010, jour de la dernière manifestation pour l’abrogation de la réforme des retraites organisée par les syndicats.
Depuis le 19 octobre, le mouvement se radicalise mais le gouvernement reste sourd et ne fera pas marche arrière.

Ce gouvernement aura employé les gros moyens pour faire couler un des plus gros mouvement social depuis 68, réquisition des grévistes des raffineries pour les obliger à reprendre le travail, agents de la BAC déguisés en syndicalistes CGT lors des manifs de Lyon, prison à ciel ouvert place Bellecour, avec fichage systématique, gazage des manifestants ne pouvant pas s’enfuir de la place Bellecour, canons à eau et de nombreuses arrestations.
Mais aussi des atteintes à la liberté d’expression lors de l’expo photos " prison Bellecour " du samedi 20 novembre 2010 et sans oublier les manifestations fascistes.

Et cela continue, suite à cela de nombreux groupes indépendants se forment pour dénoncer cet état autoritaire et sécuritaire.

C’est le cas pour deux jeunes militants le jour du 23 novembre 2010. Ils décident à l’aube du mois de décembre et ces fêtes de noël de décorer le parcours de la manifestation qui se déroule entre Saxe et Cordeliers.
Pour cela, ils utilisent des banderoles de papiers, avec inscrits dessus des slogans peints à la bombe de peinture noire et rouge qu’ils colleront ensuite sur les panneaux publicitaires, panneaux de direction et abribus à l’aide de simple morceaux de scotch.

Le but était de mettre le plus de slogans différents n’énonçant aucune vérité générale mais des slogans percutants, invitant le lecteur à se remettre en question sur le sujet choisi.
Des slogans connus depuis 68 ou extraits de chanson et mêlant provoc, humour et réalité.

Les deux jeunes militants à 200 m devant le début du cortège commencent à scotcher leurs affiches le long de l’avenue de Saxe.
C’est parti. La première est posée "l’économie est blessée, qu’elle crève", puis d’autres comme "ils peuvent enchaîner nos mains, mais pas nos consciences "ou "vive le feu, vive les fous".

Puis vient la banderole qui ce jour a fait polémique, la fameuse "CRS=SS", qui était plutôt un rappel sur le déroulement de la journée de la prison à ciel ouvert place Bellecour et de l’atteinte à la liberté d’expression le samedi 20 novembre place Bellecour, aussi par des policiers.

L’un des deux militants monte sur les bites en métal qui se trouvent vers les passages piétons. Il se trouve en équilibre sur une jambe pour pouvoir scotcher sur un panneau de circulation cette fameuse banderole.
L’affiche " CRS=SS" se dévoile, un motard de la police nationale qui passait par là freine d’un coup sec. Le policier descend de sa moto et fonce vers le militant toujours en équilibre sur une jambe à plus d’un mètre de hauteur.

" Arrache ça tout de suite " lui dit-il ; sa phrase à peine terminée, ce dernier donne un violent coup dans les jambes du militant qui tombe violemment à terre sur le dos, une chance qu’il n’ait pas fini embroché sur le poteau.
Le militant ayant sa respiration coupée par la violence de la chute, tente de se relever mais le policier sans un mot se rue sur lui pour le maintenir à terre.

Deux autres policiers arrivent alors en renfort pour qu’il reste cloué au sol, d’autres établissent un cordon de sécurité autour de la scène. C’est en voulant briser ce cordon, s’inquiétant légitimement du sort de son copain que le deuxième militant est à son tour interpellé.

Les deux sont ensuite menottés et envoyés au commissariat du 3e/6e arrondissement de Lyon. Une jeune étudiante voulant filmer la scène s’est vu contrainte d’abaisser son appareil sous peine de confiscation.
Suite à cela le policier à l’origine du grabuge arracha d’un geste rageur l’affiche en question ainsi qu’une autre intitulée ironiquement " Liberté d’expression." Les deux militants feront 9 heures de garde à vue et sont accusés d’outrage, de rébellion et d’incitation à l’émeute.

Ils passeront au tribunal correctionnel de Lyon le 11 février 2011 à 14 H.

vendredi 11 février 2011

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 février 2011 à 11:10, par undesdeuxmilitants

    GREVE DES MAGISTRATS RECONDUIT JUSQU A MARDI DONC NOTRE PROCES EST RENVOYER ONT VOUS TIEN AU COURANT DE LA PROCHAINE DATE

  • Le 10 février 2011 à 15:30, par undesdeuxmilitants

    je viens d’avoir mon avocate..elle m’a dit que l’audience est maintenu demain à 14H tribunal de grande instance. Si cela change je vous tiens au courant mais pour l instant cela est maintenu. Merci à tous du soutient

  • Le 9 février 2011 à 12:08, par bambi

    D’après les dernières infos, leur affaire sera reportée à une autre date vendredi selon leur avocat.

  • Le 10 janvier 2011 à 09:40, par liberté

    Rien de prévu pour l’instant mais c’est sur il faut etre le plus nombreux possible dedans le tribunal et à l’extérieur pendant les jugement de militants

  • Le 8 janvier 2011 à 14:22

    ce serait chouette de prévoir un rassemblement à l’intérieur et un à l’extérieur pour les soutenir, tout de même... ’y a des initiatives ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

> Tous les articles "Répression - prisons"