La police lyonnaise à deux doigts -sur la gachette- de la bavure !

3293 visites

Au cours de travaux d’aménagements, la police est venue procéder à des contrôles sans aucune raison apparente dans l’enceinte des bâtiments réquisitionnés de Cusset. L’équipage de la Brigade Anti-Criminalité visiblement à cran a cherché à faire monter la tension, armes à la main.

Ce lundi 29 janvier au 39 rue Bourgchanin à Villeurbanne dans l’enceinte d’un lieu occupé attenant à l’amphi Z (premier lieu réquisitionné) et à la Maison Mandela, nous faisons des travaux pour rendre le lieu vivable. Nous sommes deux à passer dans la cour devant la maison quand nous constatons qu’un équipage de police de la Brigade Anti Criminalité est au portail : ils nous demandent d’approcher. Nous ne réagissons pas immédiatement, d’abord surpris de cette arrivée soudaine. Devant « l’affront » du refus d’obtempérer, les deux policiers ont alors dégainé leurs armes (à feu !) et nous ont mis en joue en nous sommant de manière très agressive de poser ce que nous avions dans les mains (une bière et un marteau) et de les mettre en l’air. Nous nous exécutons, sidérés. Ils ont ensuite sauté par dessus le portail et sont venus nous menotter. L’un des policiers a récupéré le marteau et est parti à la chasse aux 4 autres habitant.e.s qui se trouvaient dans la maison. Ils nous ont tous regroupé.e.s dans la cours, menotté.e.s face au portail, à quelques mètres de l’école à l’heure où les enfants sortaient de classe.

Relevé d’identité, fouille, échange verbale tout à fait cordial de notre part pour expliquer la légalité de notre présence et notre incompréhension face à cette violence, et réponse bien plus agressive de leur côté (« ferme ta gueule », « j’m’en branle », et bien sûr tutoiement systématique).

Ils nous relâchent quelques dizaines de minutes plus tard, et nous constatons que des agents de la police municipale sont dans la cour intérieure de la Maison Mandela. Nous leur expliquons qu’ils n’ont pas le droit d’être là, et ils finissent par partir.

On peut se demander ce qu’il se serait passé si, pris de panique face à des armes à feu braquées sur nous, nous avions plutôt décidé de courir nous mettre à l’abri : nous auraient-ils tiré dans le dos ? Dans les jambes peut-être ? Et si nous avions fait un mouvement brusque avec le marteau dans cette action : la police aurait-elle invoqué la légitime défense ?

Nous constatons que c’est grâce au sang-froid dont nous avons fait preuve, et non celui qui a manifestement manqué aux agents de police, qu’il n’y a heureusement eu aucun drame, et pensons à tous celles et ceux qui ont été victimes (blessé.e.s, mort.e.s) de ces « éléments incontrôlables » payés par l’État.

Et s’il faut 1,8 Millions d’euros pour vidéo-surveiller les bâtiments vides, combien faut-il pour surveiller la police ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Parution du n°1 de "Yoyo", un journal de lutte contre les barreaux

Yoyo, c’est un petit journal produit sur Paris-banlieue, qui s’énerve contre toutes les taules.Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>[Marseille] Lutte contre la gentrification : la Plaine en lutte

Les travaux ont commencés, et ça s’active sur la Plaine ! Nous essayerons de rassembler ici toutes dernières infos, tant sur ce qui s’y passe, que sur les actions et les événements à venir. N’hésitez pas à nous écrire pour nous aider à garder cette page à jour...

> Tous les articles "Logement - Squat"
}