La prime au mérite fait son entrée dans les ESAT

1407 visites
1 complément

Quand la prime au mérite se fait une place dans les établissements médicaux-sociaux...

Les établissements et service d’aide au travail (anciennement CAT), sont des organismes médico-sociaux chargés de la mise au travail, accompagnée d’un soutien médical et social, des personnes handicapées dans l’impossibilité de travailler dans un autre cadre.
Ils sont pour la plupart gérés par des associations privées à but non lucratif.

Ces établissements viennent d’entrer dans une nouvelle ère...

En effet, alors qu’il était habituel (dans mon centre) de recevoir une petite prime de Noël offert si généreusement par nos tout aussi généreux patrons (sous forme de carte cadeaux oscillant entre 60 et 100 euros) ; mes collègues et moi n’avions rien reçu l’année dernière.
La raison invoquée était les mauvais chiffres de l’établissement (à but non lucratif je le rappelle) dont nous devions être sûrement la cause...
Pour cette année, nous n’attendions pas de miracle : les tensions étaient palpables, la gestion par les cadres de l’équipe responsable des usagers assez catastrophiques.

Mais il y eut quand même une grosse surprise !!

Six moniteurs ont reçu en catimini via le chef de production, qui est allé voir directement les intéressé-e-s sans en parler aux autres moniteurs-trices, une prime au mérite de 150 euros chacun justifiée par un bon travail cette année.
Merci pour les autres qui apprécieront et notamment ceux dont le travail n’est pas directement en lien avec le travail de production (entretien des locaux, moniteur de soutien...).

Donc sans communication et confiance entre les salariés, nous n’aurions rien su de cette manœuvre !!

Pour nous, la tactique est clairement affichée : diviser les salariés pour étouffer les luttes notamment celle concernant la maltraitance des usagers et des salariés, et bien évidemment la sauvegarde de nos conventions collectives.

Ne soyons pas dupes, restons solidaires et organisons-nous pour montrer au patronat notre combativité face à ses combines.

La prime au mérite n’a pas sa place dans les établissements médico-sociaux, ni d’ailleurs dans les autres entreprises !!

P.-S.

Article publié sur le blog : Tribune syndicaliste libertaire
http://tribune-syndicaliste-libertaire.over-blog.com/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 4 janvier 2012 à 12:23, par Aurel

    Reaction á l article — La prime au mérite dans les ESAT

    Malheureusement tout cela n est pas trěs surprenant, depuis déjá un moment la tendance est installée dans l ensemble du secteur medico-social.
    La gestion des établissements se rapproche de plus en plus, et dangereusement, du fonctionnement d une entreprise classique. Arrivée de cadres venant de la grande distribution, sans réelle expérience du social et surtout pas aux echelons les plus “bas”, management, et ressources humaines oú l on cherche le coté humain : quelle empatie peut on en attendre ?

    Si les établissements d hebergement et d activité sont encore relativement préservés de ces dérives car n ayant rien á vendre, les ESAT (etablissement d aide par le travail), eux, y sont particuliěrement sensible du fait de leur volet “production”.

    Il y a une question ethique fondamentale qui se pose quant á ces établissements, quelle valeur donne-t´on au travail ? quels types de travaux propose-t´on aux personnes en difficulté ? est-ce épanouissant ou avilisant ? doit-on vraiment inserer le travailleur handicapé dans le moděle économique actuel ? est-ce qu´on adapte le travail á la personne ou l´inverse ?
    Mais il faudra beaucoup de temps, et beaucoup de points de vue differents pour débattre de ce sujet.

    Donc les ESAT sont la plupart du temps sous statut associatif á but non lucratif (esperons que ca ne change pas trop vite), ils sont financés par l aide sociale, les subventions et en partie par leur production. Le glissement vers des objectifs de rentabilité est donc aisé.
    Pourtant la fonction et la raison d´etre de ces établissements n´est pourtant pas compliqué á ne pas perdre de vue. Le bien-etre de ses usagés, leur épanouissement, la creation d´un lien social (meme si discutable, il a le mérite d´exister).
    Chercher á augmenter la productivité, c´est renoncer á tout ca. Bien sůr ces établissements ont besoin d argent pour pouvoir fonctionner. Alors á qui la faute ? aux subventions qui diminuent ? á la concurrence impitoyable ? aux frais trop important ? ou juste á notre facon de penser le travail ?
    Prime de mérite pour les encadrants… et sur quels critěres s´il vous plait ?
    Il est facile de mesurer le nombre de carton sortant des ateliers, mais comment évaluer le bien-etre des travailleurs ? Quels elements croyez-vous que ces gestionnaires vont retenir ?
    Et que ce passera-t´il lors qu´un travailleur ne sera plus “rentable” ? Bien sur on ne peut pas (encore) le virer, encore heureux. Mais on le change de poste ? meme s il s y sent bien ? Notez que c´est bien volontairement que j´emploie “on le change de poste” et pas “on propose á cette personne..”
    Tout depend de nos priorités : l´humain ou le produit ?

    Le plus atterrant ce ne sont pas les faits aussi scandaleux soient-ils comme ces primes, mais bien la nomination á la direction d´associations medico-sociales de purs gestionnaires. Ne nous étonnons pas alors des consequences, et nous étonnons pas que les ESAT se rapprochent doucement mais surement du secteur privé.

    A quand la conclusion qu´un travailleur handicapé n´est pas economiquement rentable ?
    Après tout ce n est pas la main d´oeuvre servile qui manque en france, et quand bien meme il suffit de déplacer la production dans d´autres pays oů les Hommes sont corvéables á merci pour encore moins cher, en plus ca fait marcher les transporteurs et les pétroliers, mais bon , je m´égare…

    Voila, en mode un peu énervé, il me reste á aller me coucher, et esperant comme chaque jour que le lendemain soit meilleur (je suis assez souvent décu)

    Aurel

    (Ps. J ecris sur un clavier tcheque, donc j ai fais comme j ai pu pour les accents, j espere que ca ne posera pas de problem de casse et d affichage)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info