La vérité tue ! Nous n’oublierons pas Anna Politkovskaya

1566 visites

Ce sont une soixantaine de personnes qui, à l’appel du comité Tchétchénie de Lyon, sont venues place des Terreaux ce mardi 10 octobre 2006 pour rendre hommage à Anna Politkovskaya, la courageuse journaliste russe de Novaya Gazeta assassinée samedi soir à Moscou par un commando.
Voir aussi l’article précédent de Rebellyon.

JPEG - 424 ko

Voici le texte du discours prononcé par Bleuenn Isambard [1] :

Anna Politkovskaya condamnée au silence à perpétuité


Anna Politkovskaya réduite au silence pour avoir parlé.


La vérité tue.

Comment pourrait-on exprimer tout ce qui bouillonne en nous : la colère, le désespoir, la tristesse, la rage, le sentiment d’impuissance ?

Comment dire cette envie d’hurler et en même temps cette pesanteur, cet engourdissement de la volonté devant une telle violence, devant un tel arbitraire, une telle impunité ?

Quels mots pour raconter le dégoût que nous inspirent la guerre en Tchétchénie, les morts, les disparus, les destructions, et, terrible, le déni de cette barbarie, les plaies vives recouvertes d’enduit, de peinture et de plâtre dans un Grozny transformé en chantier géant ?

Car les mots sont des armes, c’est bien connu, et ils peuvent tuer, ou plutôt condamner à mort. Ils l’ont prouvé, samedi dernier, le 7 octobre, en plein centre de Moscou. Une femme qui venait de faire ses courses portait ses sacs de provisions dans son appartement. Mais à la sortie de l’ascenseur l’attendait un meurtrier. Une balle dans la poitrine, une autre dans la tête. Vivante, morte.

Elle était journaliste. Immédiatement, quelques minutes après la découverte de celle qui n’était plus une femme vivante mais déjà un cadavre, l’information était transmise, publiée — et on ne parlait d’Anna Politkovskaya plus qu’au passé...

Elle était journaliste. Elle était courageuse. Elle était surprenante. Elle était dérangeante. Dès 2000 elle a ouvert non pas une autoroute, mais un chemin, un sentier pour les journalistes et les autres, avides de vérité, vers la Tchétchénie dévastée une deuxième fois en 10 ans par la guerre. Elle a montré que c’était possible d’y travailler en dehors des sentiers battus, à ses risques et périls, bien sûr, mais de parvenir tout de même à recueillir la vérité et la restituer, à briser le huis-clos dans lequel les autorités voulaient maintenir le conflit.

Elle a prouvé que l’humain, avec toutes ses faiblesses et avec toute sa grandeur, peut résister à la machine infernale, au rouleau compresseur du pouvoir armé et décidé à en finir avec l’ennemi auto-proclamé, en l’occurrence avec les Tchétchènes dans leur ensemble. Elle a sans relâche dénoncé les crimes commis par l’armée russe en Tchétchénie contre des civils, au nom de la lutte anti-terroriste, mais aussi par les combattants tchétchènes, puis par les hommes de Ramzan Kadyrov, l’homme fort de Tchétchénie depuis plusieurs mois maintenant, premier ministre, autocrate et héritier de son père Akhmad Kadyrov, président tchétchène pro-russe assassiné en mai 2004 à Grozny, devenu un mythe fabriqué de toutes pièces.

Que nous reste-t-il devant ce crime ? Evitons de pleurer sur notre sort, pensons plutôt aux proches, à la famille et aux collègues d’Anna Politkovskaya. Et tâchons d’apporter tout notre soutien à ceux qui, comme elle, se battent pour que la vérité soit dite, sorte, éclate. Pour que les meurtriers, leurs commanditaires, et tous ceux qui avaient intérêt à ce que cette femme se taise pour toujours ne dorment pas sur leurs deux oreilles. Pour dire à ceux qui ne se disent pas concernés combien il nous semble vital de se battre pour la justice. Et contre la barbarie. Pour que ce meurtre, la mort de cette grande femme ne reste pas impunis, faisons en sorte de ne jamais l’oublier, de convertir la rage qui nous emplit aujourd’hui en un désir toujours plus accru de savoir.

Comité Tchétchénie de Lyon
Contact : 06 82 45 60 28

JPEG - 446.3 ko

P.-S.

Voir aussi La dernière interview d’Anna Politkovskaya sur Indymedia-Toulouse

Notes

[1Bleuenn Isambard : membre de Médecins du Monde, co-auteur de « Tchétchénie, 10 clés pour comprendre », éd. La découverte.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Amphi Z - on vit ici, on reste ici ! [Le film]

Après plus de deux ans d’occupation et de luttes, l’Amphi Z va bientôt avoir son film ! Tillandsia produit des films documentaires autour de sujets souvent ignorés des médias hégémoniques. L’association a aujourd’hui besoin d’un petit coup de pouce pour faire continuer à vivre cette histoire ...

>Oh, Jules Vignes, qu’ont-ils fait du journal « Libération » ?

En effet, à St Genis-Laval le 1er juillet 1927, c’est Jules Vignes qui a édité le premier journal « Libération ». C’était une gazette libertaire, dont le titre a été repris plusieurs fois. Journal clandestin pendant la résistance, puis quotidien à partir du 21 août 1944. Le projet de 1973 d’un « Libération »...

› Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Militarisme / Armements » :

>La conquête coloniale de l’Algérie débute le 14 juin 1830

Au cours de l’année 1827, un incident diplomatique entre le dey d’Alger Hussein et le consul français Pierre Deval - aujourd’hui connu comme l’épisode du « coup d’éventail du dey d’Alger » - a servi de prétexte à Charles X, alors roi de France, pour engager une conquête coloniale. Cet épisode marquera...

› Tous les articles "Militarisme / Armements"