Le 18 mars 1913, l’anarchiste Aléxandros Schinás assassine le roi Georges Ier de Grèce

370 visites

Après 50 ans de règne comme roi des Hellènes, Georges 1er, noble danois mis à la tête de la Grèce par les pouvoirs britanniques, français et russes, est assassiné d’une balle dans le dos par Alexandros Schinás à Thessalonique. L’anarchiste quadragénaire ne laisse à l’Histoire que peu de traces ou de textes, mais par son acte participe à l’importante chasse aux monarques du tournant du XIX et XXe siècle.

JPEG - 12.8 ko
Alexandros Schinás

Alexandros Schinas (dit aussi Alékos Schinás) est né vers 1870 à Serres (Grèce). Dans sa jeunesse, il crée une école anarchiste dans sa ville natale, que le gouvernement grec ferme pour diffusion d’idées antigouvernementales. Deux des dirigeants de l’établissement sont alors condamnés à des peines de prison, mais Schinás parvient à échapper à la répression. Les autorités saisissent également un certain nombre de livres et de brochures publiés par l’école, exposant une doctrine anarchiste et dénonçant le roi Georges 1er. Il émigre par la suite aux États-Unis pendant quelques années durant lesquelles il travaillerait comme serveur dans un hôtel de la 5e Avenue à New York. Au cours de son séjour dans la ville qui ne dort jamais, il fréquente le milieu anarchiste et selon l’article du New York Times du 20 mars 1913 qui traite de l’assassinat du roi, c’est notamment là qu’il « se crée des amitiés avec des gens aux idées extrémistes ».

JPEG - 50.1 ko
L’attentat d’Alexandros Schinás contre le roi de Grèce

À une date inconnue, il retourne en Grèce et, le 18 mars 1913, tire sur le roi Georges Ier qui se promenait dans une rue de Thessalonique, le tuant pratiquement sur le coup. Immédiatement arrêté, il est ensuite torturé afin de lui faire avouer les noms d’éventuels complices. Les autorités entreprennent alors de dénier toute motivation politique à son geste en le faisant passer pour un fou ou un vagabond alcoolique, puis tentent de faire croire à un agent agissant pour le compte de l’étranger (la Bulgarie, l’Allemagne ou la Turquie), sans jamais apporter aucune preuve à leurs allégations. Au final, le 6 mai 1913, il est retrouvé mort au pied d’un commissariat de police à Volos (Grèce), après avoir chuté d’une fenêtre. S’est-il suicidé pour abréger ses tortures sachant le sort qui lui était réservé, ou a-t-il été défenestré par des agents ? Cela ne sera jamais éclairci, mais illustre parfaitement la barbarie policière.

Alexandros Schinás n’a pas été jugé et n’a jamais fait de déclaration publique qui aurait pu rentrer dans l’Histoire. Comme beaucoup d’individus qui choisissent la violence pour lutter contre l’infamie de l’État, il a été réduit au silence avant d’avoir pu revendiquer ses actes et présenter ses raisons au monde. Mais, connu comme anarchiste dans son village, il semblerait que ses motivations furent celles de beaucoup d’autres hommes et femmes à la fin du XIXe et du début du XXe siècle, celles d’attaquer le pouvoir à sa tête.

- Source : http://www.ephemanar.net/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

>Autriche 1918-1938 : des Conseils à l’Anschluss

Ou comment la social-démocratie n’a pas stoppé le fascisme. Dans l’entre-deux guerres, l’Autriche est le seul pays où la Social-démocratie avait des armes pour s’opposer à l’extrême-droite. Elle aura été plus habile pour briser le mouvement...

>Une histoire du mouvement autonome au Pays basque

Cette brochure revient sur le contexte de luttes qui traversait le Pays basque dans les années 70, et plus spécifiquement sur la naissance d’un mouvement autonome libertaire en son sein. Cette brochure est un extrait du livre : Les luttes autonomes dans l’Espagne des années...

› Tous les articles "Mémoire"