Site collaboratif d’infos alternatives

Le Progrès victime d’un piratage médiatique

Le Progrès, ou l’info tellement fraiche qu’elle est pas vérifiée.
Le journal a été la victime collatérale d’un canular visant le Lyon City Tram. Cet article revient sur l’affaire pour mettre en lumière son non respect des règles de déontologie journalistique de base.

Dans le Progrès de ce dimanche 19 février, un article relate :

Le canular qu’ont vécu [les habitants du 1er] restera dans les annales du mauvais goût. [...]
un courrier, à l’entête de la mairie centrale a été placardé sur les portes de plusieurs immeubles du 1er arrondissement. Il annonçait que les habitants (…) pouvaient, ce samedi, à 14 h 15, utiliser le petit train rouge des Pentes de la Croix-Rousse, de Lyon City Tram, gratuitement. [...]
Malheureusement, tout ceci n’est qu’un canular.

PNG - 310.1 ko

Lyon City Tram – samedi 18 février 2017 – image facebook Passion Sytral

Le Progrès ne peut en effet que regretter que l’entreprise privée Lyon City Tour – implantée à la croix-rousse sans concertation citoyenne aucune – ne propose pas aux habitants de profiter du petit train, vu le tarif prohibitif de la visite (9€).
Là-dessus, tout le monde semble d’accord. Les habitants bernés et les représentants de Lyon City Tour présents sur place samedi ont finalement salué l’initiative avant de discuter de la possibilité d’un tarif réduit ou gratuit.

Mais pourquoi alors le Progrès qualifie-t-il cette opération à la fois “d’aubaine” et de “mauvais goût” ?

C’est que le journal en est la première victime et il ne s’en vante pas.
Mais pas tant victime de la supercherie que de son propre manque d’intégrité.

La veille, samedi, la fausse invitation était en effet reproduite dans le Progrès.

PNG - 2.2 Mo

Le Progrès – samedi 18 février 2017

Le journaliste avait simplement recopié cette invitation trouvée sur un mur. Par paresse, il n’avait pas jugé bon de vérifier la véracité de l’information, ce qui aurait permis de rapidement déceler la supercherie.

De fait, l’invitation circulait déjà au sein de la mairie centrale et de l’entreprise Lyon City Tour et tout ce petit monde s’était déjà rendu compte du canular.

Tant pis pour le devoir de vérification et de réserve des journalistes [1].

Dans l’article du lendemain, comme pour se dédouaner, le journaliste se livre à un bel exercice d’altération de la vérité :

« Jeudi 16 février, l’élu en charge du Conseil des Aînés nous a lu la lettre au cours de notre réunion », confie l’un des participants, présent également ce samedi pour profiter de l’aubaine

Le journaliste s’est laissé berner, mais il semble reporter sa part de responsabilité sur la mairie, qui serait elle aussi tombée dans le panneau ?

En fait, le conseil des Aînés s’était bien réuni dans la semaine, en présence notamment d’un commissaire de police, afin de débattre autour du thème... des arnaques. Le hasard fait bien les choses et l’invitation au tram gratuit avait circulé en fin de réunion, faisant alors l’objet d’une bonne tranche de rigolade.

On comprend que le journaliste soit furieux de s’être laissé berner.
Ses deux articles mettent en évidence son manque d’éthique. Non content de diffuser de fausses informations, le journaliste ne s’en excuse pas.

Et tant pis pour le devoir de rectification [1]

Quand on observe que les autres médias régionaux (LyonMag, MLyon...) se contentent de reprendre les articles du Progrès et d’extrapoler dessus, on se dit qu’on n’a pas fini de lire des salades.
Mais au final, cette blague de mauvais goût aura surtout fait monter la moutarde au nez du journaliste du Progrès.

Notes

[1Déontologie - Les chartes du journaliste
Déclaration des devoirs et des droits des journalistes
Munich, 1971
Article 1) respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître ;
Article 3) publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ;
Article 6) rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;

Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

 L’osthéopathe dérape », quand le journal Le Progrès fait des blagues à propos d’une agression sexuelle sur mineure" >« L’osthéopathe dérape », quand le journal Le Progrès fait des blagues à propos d’une agression sexuelle sur mineure

Novembre 2015, un ostéopathe stéphanois agresse sexuellement une patiente âgée de 14 ans. Deux ans plus tard, il a été jugé au tribunal correctionnel et condamné à 8 mois avec sursis et interdiction d’exercer. Dans son édition du mardi 14 novembre, le journal Le Progrès revient sur les faits et le...

Avant de se révolter, les canuts avaient créé leurs moyens d’information

Voici un extrait de l’Écho de la Fabrique n°3 du 13 novembre 1831, quelques jours avant la révolte des canuts... : « Au commencement d’octobre, les ouvriers avaient eu déjà des réunions partielles, quand fut résolue une grande assemblée sur la place de la Croix-Rousse, à l’effet de nommer des délégués et...

TCL est violent c’est parce qu’il est d’origine polynésienne et a été adopté" >Pour Le Progrès, si un médiateur TCL est violent c’est parce qu’il est d’origine polynésienne et a été adopté

Au départ, il y a un fait divers de violences dans les transport en commun. Mercredi 8 novembre, un homme en état d’ébriété insulte et frappe deux femmes et un de leurs amis dans le métro D. Il se trouve que cet homme est aussi médiateur pour TCL, le réseau de transport en commun lyonnais. Le Progrès...

> Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

 Il n’y a ni contrepartie, ni information », rencontre avec la Fabrique de la Ville sur l’évolution des Pentes" >« Il n’y a ni contrepartie, ni information », rencontre avec la Fabrique de la Ville sur l’évolution des Pentes

La Fabrique de la ville est un jeune collectif qui entend mobiliser contre les évolutions en cours des Pentes de la Croix Rousse. Alors qu’ils organisent une soirée autour du PLU-H le 22 novembre, des contributeurs de Rebellyon sont allés à leur rencontre pour mieux les connaître et discuter de...

 !" >9 novembre 1965 à New York : une panne de courant... libératrice !

Le 9 novembre 1965, une gigantesque rupture du courant électrique se produisit à New York. Mais, au lieu des scènes d’horreur que les politiciens imaginaient ce fut un immense soulagement. Ce fut presque une vacance du pouvoir ; pendant quelques heures on arriva plus près de la véritable anarchie...

> Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"