Site collaboratif d’infos alternatives

Le maire de Tassin interdit un rassemblement syndical d’agents de maternelle pour cause d’état d’urgence

Une mobilisation d’une quinzaine d’employé·es des écoles maternelle de Tassin-la-Demi-Lune, dans l’Ouest lyonnais, a été interdite mercredi 13 décembre. Cette manifestation devait se dérouler lors d’une nouvelle journée nationale de mobilisation des Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem). Pascal Charmot, le maire de cette commune opulente, sans gêne ni peur du ridicule, a tout simplement invoqué l’état d’urgence pour pondre un arrêté d’interdiction. C’est l’Huma qui s’est fait l’écho de cette mesure hallucinante :

Le maire de Tassin-la-Demi-Lune (métropole de Lyon) a-t-il eu peur des thermos de café ou des drapeaux rouges de la CGT ? A l’occasion d’une journée d’action nationale des Atsem ce mercredi, la CGT avait déclaré auprès de la mairie – sur demande de la Préfecture – une déclaration de rassemblement de ces personnels municipaux devant l’hôtel de ville de la commune ainsi que devant les écoles pour procéder à des distributions de tracts, de café et de biscuits à destination des parents. Si les mesures de sécurité devant les établissement scolaires sont en effet drastiques depuis la rentrée, c’est avec surprise que la CGT s’est vue opposer un arrêté municipal interdisant « toute manifestation et tout rassemblement à caractère revendicatif » aux abords des écoles et de la mairie.

Au début de l’état d’urgence, les premières interdictions de manifestation pour la COP21 sonnaient étrangement. Un an plus tard, préfets et élus posent des arrêtés quand ça leur chante. Sans que ça fasse de vagues. Dans la presse locale, seul « Le Progrès » a parlé de cet événement hallucinant. Et encore, c’était tout à la fin de l’édition de l’Ouest lyonnais, en page "Tassin"…

Le motif invoqué par le maire dans sa réponse à la CGT laisse pourtant sans voix :

« Comme vous le savez, nous sommes en état d’urgence, lequel entraîne des tensions palpables chez nos habitants et nos directeurs d’écoles. (…) Autoriser un rassemblement ne ferait qu’ajouter un stress supplémentaire aux parents d’élèves, aux enfants comme aux enseignants.

JPEG - 260.4 ko

Faut dire que dans cette commune de 21 000 habitant·es, les élu·es sont littéralement obsédé·es par la "sécurité", un peu moins par la rémunération des Atsem (payé·es par la ville). Celle des policier·es municipaux y a par contre été revue à la hausse en 2015. Tant qu’à faire, leurs effectifs également : pas moins de 11 flics désormais dans cette zone déjà couverte par la gendarmerie, auxquels s’ajoutent 3 auxiliaires de sécurité (ASVP). Ils sont, depuis cette année, épaulés par une quinzaine de "référents citoyens". Un dispositif innovant jugé évident pour « Le Progrès ». C’est encore le responsable de la police municipale qui en parle le mieux :

Ils sont les yeux et oreilles de leur quartier. Ils nous font remonter les interrogations, les inquiétudes des habitants. Ils nous signalent également les présences suspectes et les actes d’incivilité. »

Par ailleurs, promesse de campagne tenue, la vidéosurveillance s’est considérablement accrue. D’ici 2017, pas moins de 30 caméras filmeront la commune. Côté équipement, les policiers municipaux sont même équipé·es de Tasers depuis ce printemps. Enfin, le lendemain de l’interdiction du rassemblement des Atsem, la petite ville a décidé d’acheter des flingues à ses flics. La multiplication des hommes en armes dans les rues, ça rassure certainement ces enfants stressés par les rassemblements d’agents de maternelle sous-payées…

Après, c’est pas les moyens qui manquent à la mairie de cette commune bourgeoise. Alors à Tassin, la prochaine étape c’est quoi ? Des tanks municipaux pour empêcher les manifestations de salarié·es des écoles ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

Compte rendu de l’AG de lutte lyonnaise du 24 mai

En résumé : interruption de la grève à Feyzin, organisations locales intéressées par la formation d’un front social lyonnais, rassemblement 29 mai devant l’ARS, événements 5 juin place Raspail, et surtout manifestation du front social lyonnais le 19...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"