Les arrêtés des NO TAV protestent dans leur prison. Traduction de leur lettre

918 visites
No Tav

Les camarades Non Tav détenus près de la prison delle Vallette nous ont fait parvenir une lettre dans laquelle ils dénoncent les conditions lourdes de détentions. Dans la journée d’hier, en même temps que le rassemblement musicale, organisé en soutien des arrêtés du 26 janvier, ils ont donné cours à une protestation. Suite à cette contestation de l’autorité de la prison et à la lettre, Tobia a été transféré pour les séparer. Traduction de la lettre :

Les camarades Non Tav détenus près de la prison delle Vallette nous ont fait parvenir une lettre dans laquelle ils dénoncent les conditions lourdes de détentions. Dans la journée d’hier, en même temps que le rassemblement musicale, organisé en soutien des arrêtés du 26 janvier, ils ont donné cours à une protestation. Suite à cette contestation de l’autorité de la prison et à la lettre, Tobia a été transféré pour les séparer. Traduction de la lettre :

A tous les camarades

Nous voulons vous faire savoir qu’hier pendant que se déroulait le concert de soutien devant la prison, nous avons protesté contre les lourdes conditions de détentions.

Les détenus ont droit, selon une disposition ministérielle, à 4 heures d’air libre par jour. En fait ce sont 2 heures, au mieux, qui nous sont accordés ; temps pendant lequel, selon eux, les détenus devraient pouvoir se rencontrer.
Il y a encore peu, durant ce temps, ils venaient ouvrir les cellules et il était autorisé de circuler dans le couloir ou dans d’autres cellules. En dernier recours, ils nous font sortir de force et, après un quart d’heure, nous font retourner dans les cellules que nous ne voulions pas quitter.
Dans ces ces jours d’apparition du grand froid, il nous est impossible de sortir à l’air libre parce que la cour est envahie par la neige et nous ne sommes pas équipés des chaussures adaptés. Si tu ne sors pas dehors, ils t’obligent à rester enfermé dans ta cellule.

Hier soir, dans notre section, les conditions se sont aggravées. Au lieu d’ouvrir toutes les cellules en même temps, ils nous emmenaient un à un dans la cellule que nous choisissions et nous y renfermaient.
Lorsqu’ils nous ont rouvert (nous Tobia et Giorgio) nous avons refusé de retourner dans nos cellules et sommes restés dans le couloir. Alors ils ont essayé de monter les autres prisonniers contre nous en leur disant que tant que nous résisterions, ils n’ouvriraient plus à personne. Après avoir consulté les autres détenus, nous avons décidé de ne pas abandonner.
Après quelques menaces, ils ont appelé la « squadretta » (sûrement des unités d’intervention), composée d ’une demi douzaine d’agents musclées, dans le but de nous intimider. Face à notre refus de nous faire renfermer, ils ont usé de force pour nous y faire rentrer contre notre grès, sans pour autant nous matraquer.

Une dizaine de minutes plus tard, nous avons été convoqué par le directeur qui, sur un ton paternaliste et aimable, se lamentait sur le fait que c’était la troisième fois qu’ils avaient à utiliser ces procédés contre nous. Après lui avoir précisé que nous ne cherchions pas à avoir un traitement de faveur ni de privilèges personnels, nous lui avons présenté une série de demandes pour améliorer nos conditions de rétentions.
Le directeur nous a répondu qu’il y réfléchirait et qu’il nous le ferait savoir.

Comme les banquiers cherchent à faire payer la crise aux travailleurs, en prison on tâche de faire payer le surpeuplement aux détenus. Les fonds pour l’entretien des détenus diminuent progressivement (lessive, papier hygiénique, etc... ), et, avec l’excuse des difficultés de gestion importantes, agravent aussi le non respect des normes d’hygiènes et de sécurités.

La lutte continue.

Les détenus du 26 janvier 2012
Giorgio et Tobia
Carcere Lorusso e Cutugno (nom de la prison)
Via Pianezza 300
10151 Torino

sources :
www.notav.info : la lettre en italien
www.notav.eu : article concernant le transfert.

La suite à lire sur : http:///top/lettera-dei-no-tav-dal-carcere-ieri-giornata-di-protesta

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « No Tav » :

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

>Record battu pour la manifestation No-Tav du 8 décembre à Turin

Un véritable raz-de-marée contre la ligne à haute vitesse Lyon-Turin. Les mois prochains vont sans doute être décisifs, mais il semble que le mouvement No-Tav est actuellement le seul capable d’incarner le visage combatif de l’opposition au gouvernement Lega/5...

>Lyon-Turin : où en est-on ? Débat le 15 décembre à La Gryffe

Soirée-débat le 15 décembre, 19h à la Gryffe ! Avec Daniel Ibanez, opposant au projet et auteur de plusieurs livres sur le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse. L’occasion de parler des nouvelles concernant le projet, les différents chantiers côté italien et français,...

› Tous les articles "No Tav"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>9e Anniversaire du collectif du 21 octobre

Le collectif du 21 octobre, créé suite à la répression policière des mouvements sociaux pendant tout le mois d’octobre 2010, et en particulier suite à la garde à vue géante sur la Place Bellecour du 21 octobre, vous invite à l’occasion de son 9e anniversaire de lutte pour la défense des libertés...

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

› Tous les articles "Répression - prisons"