Les malfaiteurs se ramassent à la pelle

696 visites

Récit et analyse d’un procès à Toulouse pour « association de malfaiteurs », au coeur du mouvement des gilets jaunes.

Alertés sur l’affaire juridique de J. se déroulant dans notre ville de Toulouse (voir en bas de page les articles de IAATA, Lundimatin et Mediapart), nous nous sommes rendus ce mardi 19 février au palais de justice pour assister à la mise en appel de sa détention. Nous avons été marqués, lors de ce procès, par différents points dans les discours des juges et de l’avocat général (de l’accusation) qui nous semblent remettre en cause des idées communément admises sur les principes du droit, et témoigner d’une évolution effrayante de la justice d’exception dans ce contexte politique brûlant du mouvement des gilets jaunes.

Rappelons brièvement les faits de l’accusation. Le samedi 2 février, en bas du domicile où il gardait la fille d’une amie, J. se retrouve soumis à une vérification d’identité. Refusant de décliner sa réelle identité puis d’accepter un prélèvement de son ADN et de ses empreintes digitales, il se retrouve placé en garde à vue et finalement en détention, car soupçonné d’association de malfaiteurs. Le motif ? Une clé de facteur ainsi qu’un autre jeu de clés composé de différents outils. On apprendra lors de ce procès que ces objets ont été justifiés par l’accusé comme ayant respectivement été utilisés lors d’une sombre histoire amoureuse pour la première, pour la réparation de vélos pour le second. Pourtant, ces simples objets justifient son placement en détention en l’attente des résultats d’une enquête ouverte à cette occasion pour association de malfaiteurs.
On ne trouve à J. aucun malfaiteur associé, ni aucun fait matériel venant prouver le moindre début de soupçon d’infraction. Pourtant, suivant la logique de la justice, puisque ouvrir des portes d’immeubles avec un pass facteur serait une pratique de l’ultra-gauche pour changer de tenue et y rechercher des frondes et cocktails Molotov – on aimerait retrouver une recension sérieuse du nombre de fois où ces objets ont été utilisés en manifestation à Toulouse – , la possession de cette fameuse clé devient à elle seule un motif d’incarcération. J. a pourtant été retrouvé sans aucun matériel de protection (pas même un masque à poussière) une heure avant la manifestation gilets jaunes du 2 février.
Ce type d’accusation revient théoriquement à affirmer, par exemple, que n’importe quelle personne en possession d’un tournevis et refusant de décliner son identité serait une potentielle voleuse, et à l’envoyer en prison. Quitte à ouvrir par la suite une instruction sur sa personne afin d’essayer rétrospectivement de lui retrouver des délits dont il n’existe à ce jour aucune existence tangible.

La suite à lire sur : https://iaata.info/Les-malfaiteurs-se-ramassent-a-la-pelle-3153.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Violence à la manifestation du jeudi 5 décembre

Récit d’une violence devenue que trop banale dans les manifestations en France et à Lyon. Jeudi 5 décembre, un manifestant reçoit en plein visage une bombe à gaz lacrymogène alors qu’il s’éloigne des gaz pour se protéger. Après plusieurs jours de douleurs, une visite à l’hôpital montre cinq fractures au...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Fichage - ADN » :

>De quoi l’association de malfaiteurs est-elle la clef ?

R. incarcéré pour association de malfaiteurs en février 2019 est sorti de prison au début de l’été. Dans le rush, nous n’avons pas communiqué sur sa libération et nous nous en excusons. Nous revenons ici sur son instruction et sur l’utilisation du délit dont il est...

› Tous les articles "Fichage - ADN"