Les salariés d’Eurotranspharma en grève à Jonage comme dans toute la France pour obtenir leur prime post Covid

816 visites

Eurotranspharma, filiale d’EHDH, est leader européen de la logistique pharmaceutique. Médicaments, masques, gel hydro alcoolique... la majorité de l’approvisionnement des hôpitaux et pharmacies passe par eux. Au coeur de la pandémie, les salarié.es n’ont pas rechigné à la tâche sans protection pour continuer les livraisons. Seulement voila, aujourd’hui à la place des 1000 euros promis, les salariés ont reçu des primes de l’ordre de 250 à 500 euros. Un manque de respect qui a incité 90% des salarié·es à se mettre en grève à Moussy-le-Neuf , Toulouse, Loudéac, Nancy, Nice, Lyon (Jonage) et Arras (Saint-Laurent-Blangy) tandis que des débrayages ont été observés sur d’autres sites comme celui de Bordeaux.

En première ligne pendant la pandémie, en dernière place pour toucher une prime

Un chauffeur en grève sur le site de Jonage, près de Lyon explique au micro de FR3 :

« On n’a pas exercé de droit de retrait, on était là durant toute la crise avec notre conscience professionnelle, on a travaillé, on était content de le faire, d’aider nos concitoyens et de voir qu’on était utile pendant la crise, on a fait énormément de sacrifices et on a mis en danger notre vie et partout on nous remerciait chaleureusement »

Pourtant, aujourd’hui c’est la douche froide, aucun salarié.e ne comprend. L’entreprise a décidé de ne pas verser la prime de 1000 euros promis à tout le monde mais seulement d’accorder 500 euros net aux salariés en agence (en contact avec le public et en contact avec les chauffeurs) et 250 euros net pour le personnel en télétravail et au siège.

La décision est vécue comme du « mépris et un manque de reconnaisance » par les salariés, majoritairement en grève.

« On ne demande pas grand-chose, mais aujourd’hui, avec cette grève, les salariés entendent dénoncer le manque de respect » de la direction malgré leur mobilisation durant la crise sanitaire Covid" explique Said Zeroual, représentant syndical CGT du site de Jonage.

Selon la CGT, à Jonage, huit des douze salariés du site sont en grève depuis mercredi matin, 5h. « Mais la plateforme n’est pas bloquée car la direction a fait appel à des sous-traitants »

Au niveau national, mercredi 10 juin, au pic de la grève, 90 % des employé·es étaient en grève selon les syndicats

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>L’organisation des libertaires à Lyon au milieu des années 1980

En mai-juin 1985, la revue IRL (Informations et réflexions libertaires) consacrait un numéro aux « libertaires entre Saône et Rhône », détaillant les groupes, les lieux, les dynamiques des mouvements anarchistes lyonnais. Un texte, intitulé « Organisation libertaire à la lyonnaise » tentait de faire la...

>Cordistes - Rencontre et discussion : La parole des cordistes aura-t-elle sa place au championnat organisé par les patrons ?

𝗥𝗲𝘁𝗿𝗼𝘂𝘃𝗼𝗻𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗷𝗲𝘂𝗱𝗶 𝟭𝟵 𝗺𝗮𝗶 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝗙𝗿𝗶𝗰𝗵𝗲 𝗟𝗮𝗺𝗮𝗿𝘁𝗶𝗻𝗲 (𝗟𝘆𝗼𝗻) à partir de 19h. L’association Cordistes en colère, cordistes solidaires vous propose de venir découvrir les réalités ouvrières de ce métier. Mais aussi et surtout, de venir débattre et réfléchir ensemble autour des luttes et des tentatives amorcées pour se défendre...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"