Lundi, soutenons les lycéenNEs inculpéEs

1219 visites
Mouvement sur les retraites 6 compléments

Communiqué d’une maman d’un-e des enfermé-es à la prison de Corbas ce week-end en attendant sa comparution lundi. Explication et appel à soutien devant le TGI, lundi 18 octobre à 14h.

Dès le premier jour des manifestations lycéennes (jeudi 14 octobre 2010), des arrestations massives ont été faites sur Lyon. On parle de 57 arrestations sur Lyon en deux jours (jeudi et vendredi). Des témoins qui étaient sur place affirment que des arrestations ont été effectuées complètement au hasard et que par exemple un jeune noir a été interpellé alors qu’il était totalement calme et pacifique au sein d’une manifestation impromptue. Apparemment, les jeunes de moins de 18 ans qui ont été arrêtés seront convoqués ultérieurement devant le tribunal des mineurs.

Certains jeunes, repérés depuis quelques années de manifestations lycéennes ont été ciblés et interpellés, certains d’entre eux accusés de causes aussi graves (!) que jet de sac poubelle plastique empli de feuilles mortes sur agent de la force publique, appelé ’jet d’arme par destination’ ont effectué 48 heures de garde à vue et ont comparu devant le juge de la détention et des libertés ; certains autres accusés d’avoir renversé des poubelles ou malmené du matériel urbain Decaux ont été transféré en incarcération préventive sans jugement directement à la prison de Corbas et ont été accusés d’être alors membres de « groupuscule organisé »... Lundi, tous parmi les majeurs, comparaîtront au Tribunal en Comparutions Immédiates (salle G).

Devant l’envie des autorités de donner des punitions exemplaires dès le début du mouvement, nous pouvons répondre par un soutien massif. Votre présence est importante devant le Palais de Justice ce lundi à partir de 14h. Nous appelons à une présence des journalistes, et des syndicats afin de montrer que ces jeunes ne sont pas de dangereux casseurs à la feuille morte mais bien de jeunes militants lyonnais faisant partie d’un mouvement qui nous touche tous !

MERCI de VENIR NOMBREUX LUNDI DÈS 14H au Tribunal de Grande Instance 67, rue Servient Lyon 3e

Tram T1 Palais de justice-Mairie du 3e / Métro B place Guichard

.

Lire aussi : Communiqué de l’AG des Grévistes contre la répression subie par les lycéens
& Manifs lycéennes : la Caisse de solidarité s’active

Un autre appel pour soutenir les lycéens et s’opposer aux violences policières, fascistes et patronales a été lancé par la FSU et repris par d’autres syndicats, le même jour place Bellecour : Appel syndical à un rassemblement de soutien face à la répression.


- 17h30 : Verdict pour les deux personnes passant en jugement ce lundi 18 octobre : pour « jet de caillou sur un panneau JCDecaux » et pour « avoir été accusé d’avoir jeté un sac de feuilles mortes sur un policier », ce qu’il n’a pas fait d’ailleurs, ils ont pris respectivement deux mois de prison avec sursis et 400 € d’amende pour identité imaginaire, ainsi que 1000 € d’amende avec sursis, pour l’une, et trois mois de prison avec sursis et 300 € de dédommagements pour les deux policiers qui ont reçu les feuilles mortes, pour l’autre.

Mais nous apprenons le mardi 19 octobre que le Parquet fait appel de cette décision du juge Piffaut et que ces deux jeunes doivent repasser ultérieurement en Cour d’appel de Lyon.

Un autre jeune reste en prison préventive à Corbas et passera en procès le vendredi 5 novembre. Un quatrième jeune, lycéen mineur, libre après la garde à vue, doit passer devant le juge des enfants le lundi 8 novembre.

lundi 18 octobre 2010

Rassemblement de soutien aux arreté-e-s des manifestations lycéennes - TGI 67 rue Servient

14h00 - 15h00
TGI rue Servient

Tribunal de Grande Instance
67, rue Servient - Lyon 3e

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 octobre 2010 à 23:15, par fleury

    témoignage d’un camarade du sud de la France qui a assisté à une interpellation policière musclée d’un jeune lors de la manifestation du 12 octobre et, surtout, à la réaction spontanée et solidaire de manifestants qui se sont interposés à cette interpellation violente.

    Manif 12 octobre 2010, à Toulouse. Vers le milieu de la manifestation, boulevard d’Arcole, à l’angle d’une ruelle menant vers Saint-Sernin. Une jeune fille est en train de tagger un slogan sur le mur, au passage de la manif. Un jeune homme s’approche d’elle, peut-être pour l’aider.

    A ce moment-là, comme des éclairs sortant du cortège, 4 ou 5 jeunes individus, du genre petits malfrats, coiffure gominée et mal rasés, qui se précipitent sur le jeune homme et le mettent à terre en le frappant.

    L’un essaie de lui tordre les bras, l’autre lui tient les jambes, un troisième lui tient la tête collée au sol avec le genou. Un autre donne l’impression de téléphoner. La jeune fille appelle au secours. Après un instant de flottement, des personnes sortent du cortège de la manif pour leur venir en aide. Cette réaction immédiate n’a été guidée que par le choc provoqué par une telle violence brutale.

    Une soixantaine de personnes est sortie de la manif, en criant : « Arrêtez ! », « Laissez-le ! » et ont entouré le groupe. Tous les présents ont vite compris que les individus en question appartenaient à la police, ne serait-ce qu’en voyant les menottes qu’ils essayent de mettre au gars par terre et, surtout au moment où l’un de ces individus, debout, a brandi sa plaque, menaçant,.

    La soixantaine de personnes ont entouré le groupe de ceux qui paraissaient être des policiers, mais qui, abstraction faite de la carte et des menottes, auraient pu être des provocateurs.

    Les gens ont exigé que le jeune qui était par terre soit libéré. « D’accord, ils ont fait un graffiti, c’est des choses des jeunes, mais ce n’est pas si grave ». Des gens disaient des vrais-faux policiers : « Vous êtes des provocateurs », « Ce sont des flics de la BAC », « Oui, mais des provocateurs ». « Laissez-le partir ». Refus de la part de ceux qui se sont donc identifiés (un seul) comme appartenant à la police.

    Le ton monte. Les gens n’acceptent pas que ce soit la victime d’une agression violente et menée à plusieurs qui soit embarquée. Les policiers veulent menotter et amener le jeune homme à terre. Les gens les en empêchent. Les policiers essayent même de le trainer par terre vers la ruelle qui va vers Saint-Sernin. Deux d’entre eux qui sont debout sortent une espèce de matraque fine, menacent tout le monde et frappent. Le ton monte encore d’un cran, les cris, les accrochages se multiplient. Il est clair, maintenant, qu’on ne laissera pas ces individus amener le jeune homme. Face à la fermeté de la foule, les policiers déguisés en provocateurs sont obligés de se replier vers la direction de Saint-Sernin sans amener personne.

    Cet événement soudain et rapide en marge de la manifestation contre la loi sur les retraites a montré le sens de la solidarité des personnes qui luttent contre les conséquences d’un monde régi par des lois de plus en plus inhumaines et qui n’ont pas pu supporter que des jeunes gens soient traités de la sorte par les suppôts déguisés de cette inhumanité, parce qu’ils étaient en train d’écrire un graffiti sur un mur.

    12 octobre 2010

  • Le 17 octobre 2010 à 19:21, par FSE-Lyon

    Suite aux nombreuses violences policières qui ont émaillé les manifestations lycéennes de ces derniers jours et ont abouti sur plus de 50 arrestations, des comparutions immédiates et des mandats de dépôts en maison d’arrêt, il nous semble vital d’organiser le front le plus large et coordonné possible contre la répression, pour exiger la libération des arrêtés et la relaxe pour les inculpés.

    La Fédération Syndicale Étudiante vous invite donc en urgence lundi à 18 h à l’université des quais ( 4 bis rue de l’Université ) pour que les lycéens, les étudiants, les salariés et leurs organisations puissent discuter des mesures à prendre pour mettre en échec la stratégie de répression d’État visant à briser notre mobilisation.

  • Le 17 octobre 2010 à 16:50

    Pourquoi ne pas déplacer le rassemblement devant le TGI, lieu où des violences policières et fascisantes auront lieux demain à 13h30 ? C’est l’endroit idéal pour faire entendre ces revendications et en profiter pour soutenir les camarades qui jouent leur liberté devant le juge.

  • Le 17 octobre 2010 à 16:35, par morpain

    En taule pour un jet de pierre, de sac ou une vitrine cassé elle est belle notre France.
    ACAB

  • Le 17 octobre 2010 à 16:03, par fse

    Le communiqué de la Fédération Syndicale Etudiante - Lyon.

    Solidarité avec les lycéens !
    Samedi, 16 Octobre 2010 07:34 Communiqués - Communiqués locaux

    Aujourd’hui, à Lyon, plus de 30 lycéens, et 3 étudiants, ont été arrêtés par la police.

    À 10h, tous les lycéens grévistes avaient rendez-vous place Bellecour pour manifester.

    La manifestation part spontanément rue de la République, où l’on assiste à un déchainement policier : gazs lacrymogènes, coups de matraques, tirs de flashball.

    Hier, un lycéen de Montreuil a failli perdre son oeil suite à un tir tendu de flashball en pleine tête.

    Et l’on voudrait nous faire croire que la violence vient de quelques incendies de poubelle devant les lycées ? La violence au quotidien, c’est celle de l’exploitation, celle de la crainte face à une société sans avenir, celle de l’effroi face à des politiques toujours plus immondes, racistes et réactionnaires !

    Dans le même temps, 4 dépôts pétroliers en grève sont débloqués de force par les gendarmes mobiles. Alors que la colère sociale contre la réforme des retraites, la répression, le racisme d’État et la chasse aux pauvres ne fait que s’amplifier et se massifier, la seule réponse du pouvoir, c’est la matraque.

    Dans les médias, nous pouvons entendre que les lycéens sont manipulés : serait-ce prendre les jeunes pour des abrutis ? Ne peuvent-ils pas comprendre le tournant que prend la société française, n’ont-ils pas conscience que l’entreprise de démolition du gouvernement doit être enrayée ? Les lycéens s’organisent d’eux-mêmes en AG dans leurs bahuts, leur quartier, dans une lutte qui est commune à la jeunesse et aux travailleurs. Nous exigeons le retrait immédiat et total de la réforme des retraites, ainsi que des lois liberticides et racistes !

    Ces journées d’octobre à Lyon ne sont qu’une illustration locale d’un vaste plan d’austérité imposé aux travailleurs d’Europe. En Espagne, en Grèce, au Portugal, c’est aux travailleurs que l’ont veut faire payer la crise du capitalisme. Aujourd’hui, en France, la réforme des retraites n’est que la première pierre d’un plan d’austérité qui s’attaquera demain à la Sécurité Sociale et aux chômeurs.

    Nous, organisation étudiante, nous réaffirmons que seule la jonction des luttes entre jeunes et travailleurs peut faire plier ce gouvernement répressif et corrompu. Nous, militants et étudiants, n’irons pas « pacifier » les manifestations lycéennes, mais nous seront présents pour apporter notre aide, notre organisation et notre énergie face aux arrestations. Nous appelons les travailleurs et leurs organisations à une solidarité active avec les lycéens face à la répression. Et nous invitons les lycéens à exiger avec nous le retrait pur et simple, sans négociation, de cette réforme – contrairement à l’ « intersyndicale nationale », qui offre une porte de sortie au gouvernement en demandant des « négociations » bidons.

    Dans les lycées, les facs, les usines ou les bureaux, notre détermination à faire entendre nos voix viendra à bout de la répression.

    Intensifions le rapport de force, soyons toujours plus nombreux en assemblées générales, en manifestations, sur les piquets de grève, occupons les lieux de travail, de savoir, la rue, car nous voilà arrivés à un durcissement de la mobilisation, et ce n’est pas le moment de lâcher !

    La solidarité est une arme !

    Liberté pour tous les arrêté-e-s, relaxe pour tous les inculpé-e-s !

  • Le 17 octobre 2010 à 15:22, par X

    manif intersyndicale lundi 18/10 à partir de 14 h place BELLECOUR

    CONTRE LES VIOLENCES POLICIERES,FASCISTES & PATRONALES

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mouvement sur les retraites » :

>9e Anniversaire du collectif du 21 octobre

Le collectif du 21 octobre, créé suite à la répression policière des mouvements sociaux pendant tout le mois d’octobre 2010, et en particulier suite à la garde à vue géante sur la Place Bellecour du 21 octobre, vous invite à l’occasion de son 9e anniversaire de lutte pour la défense des libertés...

› Tous les articles "Mouvement sur les retraites"