Lyon Mag, incendiaire du racisme et des discriminations dans l’agglomération lyonnaise

760 visites

Au concours du média le plus infâme, y’a de la concurrence sur Lyon. Le site Lyon Mag bat régulièrement les records de gros clichés racistes et sécuritaires. Samedi 30 juin, c’est en reprenant, quelques heures après sa parution, un article du Progrès sur un tournage de clip à Vénissieux que le site s’est encore illustré.

« Selon le Progrès, aucun débordement n’a été à signaler lors du tournage », on sent le regret… Heureusement le papier du quotidien local réécrit signale du biscuit « des fumigènes ont été craqués et où certains individus font du deux-roues sans casque ». Pas des personnes, pas des jeunes, "des individus", "certains" même. Blink blink, gros clin d’œil appuyé, les commentateurs habituels du site commencent à bouillir sur leur clavier.

Un scooter incendié apparemment, tout s’embrase. L’irruption des policiers qui accompagnent les pompiers dans certains quartiers sensibles provoque des jets de pierre. C’est alors que les policiers auraient interpellé un jeune homme de 13 ans. Une arrestation dont Lyon Mag se félicite en des termes hallucinants.

Pour calmer les jeunes délinquants, les forces de l’ordre ont procédé à une interpellation rapide d’un adolescent âgé de 13 ans. Déjà connu des services de police, il a reconnu les faits et sera jugé en janvier prochain.

Le site ne précise absolument pas quels sont les faits reprochés à la personne arrêtée. Surtout, Lyon Mag qualifie de « délinquants » un groupe de personnes dont on ignore la composition précise mais qui, puisqu’une personne a été interpellée et non plusieurs, compte assurément une majorité de personnes à qui rien qui ressemblerait à de la délinquance n’a été reproché. Le stéréotype sous-entendu est clair : toutes celles et ceux qui participent comme figurant·es à un clip de rap dans un quartier populaire sont des « délinquants ». C’est en réalité tous les jeunes des Minguettes qui sont stigmatisés de la sorte.

Lyon Mag suggère par la formule utilisée qu’il s’agirait d’une population qu’il faudrait « calmer ». Le ou la journaliste qui a commis ce papier a peut-être hésité avec le plus martial « mâter ». Mais, pour parler de quartiers où la police procède à un maintien de l’ordre de type néocolonial depuis des décennies, cela lui est peut-être apparu comme une marque de mépris un peu trop visible.

Comme d’habitude sur ce média, les commentaires les plus racistes et violents s’accumulent sous l’article, visiblement sans aucune modération. Propager des clichés pour faire de l’audience, voilà le jeu dangereux auquel se livre une fois de plus Lyon Mag.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Médias » :

> Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>Interpellation raciste et violente d’un facteur place des Terreaux

La police nationale n’a pas le monopole de l’agressivité, de la violence, des contrôles au faciès ou des gardes-à-vue gratuites... Les municipaux savent aussi très bien mobiliser tout le répertoire d’action du harcèlement policier. C’est ce qu’ont montré ceux de Lyon lundi en fin d’après-midi, devant un...

>Le 4 juillet 2018 : 3e procès correctionnel intenté contre Sophie Perrin !

Pour avoir voulu poursuivre un doctorat en reprise d’études à l’université Lyon 2 sur le thème des violences sexuelles incestueuses, Sophie subit un véritable harcèlement judiciaire depuis 8 ans maintenant. Nous vous invitons donc à venir le 4 juillet exprimer votre solidarité en étant présent.e.s durant...

> Tous les articles "Discriminations"
}