Lyon va crever d’ennui...

1348 visites

La municipalité de Lyon est « socialiste ». Elle serait donc proche des pauvres, des précaires, des exclu-e-s,... Ça c’est dans la théorie. Dans la pratique ça se vérifie aussi... (!)

D’ailleurs, pour être encore plus près des précaires et pour étudier au mieux leurs besoins notre chère municipalité a choisi, dans un premier temps, de multiplier les caméras de vidéosurveillance. Toujours dans cette dynamique « sociale », il était nécessaire de créer un rapport « humain » avec ces personnes. C’est ainsi que parallèlement on a vu augmenter les effectifs de police...de proximité (c’est comme ça qui faut dire ça fait plus « social » et surtout, de plus près c’est plus facile de viser les jeunes des banlieues...). Moralité : derrière une politique « sociale » se cache toujours un contrôle social (petit scarabée). Mais l’histoire n’est pas finie...

JPEG - 18.9 ko

Les « contrôle-socialistes » ont cependant découvert qu’il y avait des bars, des café-théâtre,... qui, généralement la nuit, regorgeaient d’activités. En effet, dans ces lieux naissent toujours de nouvelles dynamiques culturelles et politiques sur lesquelles les pouvoirs local et national n’ont pas ou peu d’emprises. C’est ainsi que la municipalité a donné la main à la préfecture pour mener à bien ce travail de nettoyage de la vie nocturne - même si c’est la prèf qui, en général, ouvre la marche on peut se demander ce qui se cache derrière le silence radio de la mairie...

Cette politique s’inscrit dans une ligne bien précise : celle d’empêcher que des individu-e-s se réapproprient des espaces pour leur donner une vie ; c’est manifeste dans l’aménagement de l’espace urbain qui est conçu pour que les gens ne s’arrêtent pas (essayez de vous arrêter place des Terreaux sans vous faire tremper). Depuis quelques années maintenant les lieux privés sont visés particulièrement dans le quartier des pentes de la Croix-Rousse. On a commencé à leur reprocher le bruit qu’ils généraient parce qu’ils dérangeaient les « bon-ne-s citoyen-ne-s » : à la clef, des travaux onéreux pour les mettre aux normes dans l’espoir qu’un bon nombre ferme faute de moyens. Cet argument est issu d’un calcul politique car comment s’attaquer au bruit en ville sans remettre en question l’usage de la voiture ?

D’autre part, depuis maintenant deux ans les autorités demandent une licence d’entrepreneur pour faire des activités. Il est donc très clair que les pouvoirs publics ne veulent rien laisser au hasard et institutionnaliser toute forme de « culture ». C’est par la même occasion toute une culture « underground » et une conception de la fête avec un petit budget qui est en danger.

Depuis le début de l’année la marche s’accélère.

Bizarrement, les autorisations de fermeture tardive (jusqu’à 3 h) se font attendre, ce qui ne s’était jamais produit avant. L’Atmosphère a attendu quelques semaines cette autorisation et l’a finalement obtenue mais le Bistroy est toujours dans l’attente... habile manœuvre pour précariser la situation économique des bars. L’exemple le plus représentatif de cette répression est celui du Monde à l’envers. Après une fermeture administrative d’un mois en début d’année pour deux cas « d’ivresse sur la voie publique », c’est, suite à une descente de flics en tout genres (BAC, stups,...), la saisie de « stupéfiants » qui plongera le Monde à l’envers dans des problèmes judiciaires (la prèf demande 6 mois de fermeture). Cependant, la date du procès se fait attendre et le Monde à l’envers peut seulement ouvrir ses portes jusqu’à 1 h au lieu de 5. Le Monde à l’envers ne se relèvera que très difficilement de cette situation où déjà des licenciements sont à prévoir. Face à cette guerre d’usure que les pouvoirs en place ont déclaré à la vie nocturne lyonnaise il est essentiel d’organiser des passerelles entre les diverses luttes sociales actuelles, comme celle des intermittent-e-s qui sont eux-elles aussi touché-e-s par cette politique.

Kartochka

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Contre-cultures / Fêtes » :

>Restaurant de la Caisse de solidarité mardi 13 octobre

Cette année la formule du Bistrot de la Caisse sera légèrement modifiée, en réduisant la fréquence des événements, mais aussi en naviguant entre différents lieux. Pour le premier, nous vous donnons rendez-vous à l’Amicale (31 rue sébastien Gryphe), mardi 13 octobre, avec un repas sous le thème « mange du...

>3 Rencontres-débats autour du livre « Espoirs déçus »

Rencontre débat autour du livre Espoirs déçus sur l’engagement libertaire de Bernard Pensiot lors de la « transition démocratique espagnole » le vendredi 25 septembre à 19h à la Plume Noire, le samedi 26 à 17h à l’Abergement de Varey (01) et le dimanche 27 à 16h30 au Salon du livre libertaire de Cluny...

› Tous les articles "Contre-cultures / Fêtes"