Manifestation contre le Centre de Rétention (CRA) de Lyon - St Exupéry samedi 19 janvier

72071 visites
13 compléments

Mise à jour le 20 janvier à 16h37.
Environ 2 000 personnes de toute la région (Lyon, Bourg-en-Bresse, Grenoble, St Étienne...), tenues à 200 mètres du centre de rétention par des barrières et des gendarmes mobiles, sont restées entre 14h et 17h.

Un compte rendu de la manifestation est présent dans les messages du forum.

Un reportage sur cette manif’ sera diffusé lundi 21 à 22h sur Radio Canut 102.2 dans l’émission RocKnRouL.

Appel à la manifestation le samedi 19 janvier 2008

à 15h00 devant le centre de rétention de St Exupéry

Départ collectif : Rendez-vous à 13h30 Métro Mermoz Pinel (ligne D)

.

À l’occasion de la journée européenne contre l’enferment des sans-papiers et pour lutter contre une criminalisation acrue de ces derniers par le gouvernement Sarkozy et son sinistre de l’identité nationale Hortefeux, plusieurs organisations, associations et syndicats appellent à manifester le 19 janvier. D’autres manifestations auront lieu en France devant les CRA.

PNG - 19.6 ko

Des personnes vivent dans notre pays sans papiers. Elles vivent ici, leurs enfants vont à l’école ici, parfois elles travaillent … Etre sans-papiers, c’est une situation administrative, ce n’est pas un crime ! Et pourtant …

La chasse aux étranger.es est ouverte ! Les contrôles et arrestations se multiplient : dans la rue, aux abords ou à la préfecture, à domicile … Des pressions sont faites sur le personnel de l’ANPE, de certaines associations, les travailleurs sociaux pour qu’ils dénoncent les sans-papiers qu’ils accueillent ! Dans les écoles, la police « se renseigne » sur telle ou telle famille sans papiers… Il s’agit de faire du chiffre ! 25 000 expulsions demandées par Hortefeux pour 2007, 28 000 pour 2008...

En centre de rétention ou en prison, les sans papiers sont enfermé.es ! Les « centres de rétention administrative » sont des prisons pour étranger-es qui ne disent pas leur nom. Dans ces lieux fermés, ceinturés de barbelés et contrôlés par la police, les étranger-es qui doivent être expulsé-es peuvent être enfermé-es jusqu’à 32 jours. Ce sont des adultes, mais de plus en plus souvent aussi des familles avec des mineur-es, et même des enfants en bas âge et des femmes enceintes !

En 2006, 201 enfants ont été enfermés en centre de rétention en France … dont 117 à Lyon !

De plus en plus de personnes sont « retenues » (1 500 places aujourd’hui contre 786 en 2002) La durée légale de rétention augmente : 7 jours en 1981, 10 jours en 1993, 12 jours en 1998 et enfin 32 jours depuis 2003 (le Parlement européen discute de l’adoption d’une directive prévoyant une durée de rétention pouvant atteindre 18 mois !). Les étranger-es arrêté-es qui tentent d’échapper à l’expulsion vers un pays qu’ils ont fui peuvent être condamné-es jusqu’à 1 an de prison. L’infraction aux lois sur le séjour est aujourd’hui considérée comme un délit passible d’emprisonnement. Des étranger-es peuvent ainsi être emprisonné-es pour le simple fait de ne pas se trouver en règle.

Et après la prison, rien n’est réglé ! Ils/elles sont toujours sans-papiers et expulsables ! Selon les chiffres du Ministère de la Justice, les détenu-es étranger-es incarcéré-es pour infraction à la législation sur le séjour représentent le quart des détenu-es étranger-es en métropole (soit plus de 3 000 personnes). Entre 1984 et 1996, leur nombre a augmenté de 330% !

Les étrangers sans-papiers ne sont pas dangereux ! Ils sont en danger ! Refusons la criminalisation des sans-papiers ! Etre sans-papiers n’est pas un délit. Non à l’enfermement des sans-papiers !

PNG - 18.5 ko

P.-S.

Manifestation régionale à l’appel de :

Associations et collectifs :
Agir et Défendre, ATTAC rhône, Cabiria, Cimade, CLASSES, Collectif 69 de soutien aux demandeurs d’asile et sans-papiers, LDH, MFPF 69, MRAP, Raddhodiaspora, REFI, Résovigi, RESF, RUSF 69, Survie Rhône, UJFP.

Syndicats  : CGT Edu., UD CNT 69, FSE, FSU, Solidaires, SUD Education

organisations politiques : Alternatifs Lyon, CGA, Gauche Alter Lyon, LCR, LO, OCL, PAG 69, PCF, PRS rhône, PS, les Verts, Voie prolétarienne-Partisan


- Un départ en car est prévu depuis Clermont-Ferrand par RESF-63, infos ici, nécéssite de contacter à l’avance pour s’inscrire (moualima2001(at)yahoo.fr nom, prénom, num téléphone) -> 5€, 10€, gratuit pour demandeurs d’asile, chômeurs et sans-papiers.

Groupes associés à l'article

CNT Interco 69

  • interco69@cnt-f.org

CGA - Coordination de Groupes Anarchistes

  • La plume noire, 8 rue diderot, Lyon 1er
  • groupe-lyon (at) c-g-a.org
  • Autres infos :

    Site Web : https://www.cgalyon.ouvaton.org/

    Twitter : https://twitter.com/cgalyon1

    Fbk : https://www.facebook.com/coordinationdesgroupesanarchisteslyon

    Ouverture de la librairie La Plume Noire les mercredis de 17h à 19h et les samedis de 15h à 19h

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 3 février 2008 à 15:23, par david

    Je réagi par rapport au post titré "Echauffourées au rassemblement contre le centre de rétention administratif" parce que je le trouve vraiment éxagéré, donc je donne mon son de cloche car je ne supporte pas qu’on se monte la tete entre nous pour rien.

    Les barrières étaient insupportable, elles posaient déjà les limites de notre révolte. Pour en avoir discuté longuement autour de moi ce jour là, je dirais, mais c’est mon avis, que pas mal de monde avaient envie de les faire péter, pas pour espérer atteindre le CRA, mais juste "histoire de" comme on dit.
    On a commencé à se faire passer le mot sur la fin et il y a finalement eu quelques secousses de barrières en fin de rassemblement, mais bon, je ne parlerais pas d’échauffourés.

    Je reviens donc à mon son de cloche.

    Sur la prise de parole, prise dans sa totalité, la phrase : "il est inacceptable d’enfermer des étrangers" , voulait dire, qu’il est inacceptable d’enfermer des gens pour le seul fait qu’ils soit étrangers.
    Alors oui c’est un peu cul-cul, mais s’il est vrai que tout enfermement d’individu quel qu’il soit est inacceptable, on ne peut pas en vouloir à la personne qui a prit le méga, de ne pas avoir parler de tout.
    On peut comprendre que dans le contexte d’une mobilisation contre un CRA, le discours soit porté sur qui est enfermé et pourquoi, plutôt que de lancer un débat de fond sur l’enfermement.

    Pour la phrase : "il y a un prisonnier dont la femme attend un enfant français" , personnellement, j’ai plutôt entendu qu’il y avait à l’intérieur des prisonniers français ainsi qu’une femme enceinte. La tournure pouvait paraître choquante, genre préférence national, mais encore une fois, prit dans l’ensemble, il fallait comprendre que des individus étaient enfermé bien qu’ayant la nationalité française. Là aussi c’est très naif de dire en gros :"l’Etat ne respect pas ses propres lois, c’est inaccptable". On peut critiquer les réformistes sur un nombre infinis de plans, mais voir du racisme là ou il n’y en a pas, j’aime pas trop laisser passer.

    "Quelques slogans radicaux fusent, prônant l’abolition de toutes les prisons et l’action anti-flic. Celui-ci : "Etat fasciste, police raciste", directement adressé à la trentaine de gardes mobiles qui veillent devant les barrières, provoque l’énervement d’une femme du PCF qui vient cracher sa rage sur les jeunots encapuchonnés qui reprenaient le slogan avec ferveur. Une membre de la FA la remet à sa place, et bien comme il faut".

    Ce passage là aussi est un peu poussé, on a l’impression qu’il y aurait eu une sorte de face à face entre 30 GM et 30 manifestants en train de crier des slogans.
    De mon point de vue, les GM n’étaient pas plus de 10 à l’endroit ou les barrières on étés bourrinées, on à reprit en cœur un ou deux slogans vraiment vite fait, mais le reste était plutôt qq personnes en train de gueuler à l’arrache et je ne pense vraiment pas que ce soit les slogans adressés aux GM qui aient énervé l’élu PCF.
    Au fait, c’est quoi un slogan radical ? C’est quoi être un radical ? C’est encore un terme employé par le pouvoir pour faire passer celles et ceux qui critiques pour des hystéros et pourtant, avoir envie de gueuler à des GM : "bandes de flics de merde !", je trouve ça légitime et logique, mais radical non et je me méfie beaucoup de l’emploi de ce terme.
    Après je parle en général, c’est pas pour faire un procès de vocabulaire à la personne qui à postée hein.

    "...une barrière commence à voler, les GM arrivent en courant, empoignent les barrières, hésitent à sortir les tonfas, puis n’hésitent plus du tout. Les coups de pieds (sur les barrières comme sur les flics) fusent, puis les pierres".

    Les barrières n’ont pas volées, au maximum deux barrières ont étés détachés et bousculées, pas plus. Coups de pieds sur les flics ? Mwai. Sinon y’a une caillasse qui est parti avec quelques mottes de terre mais pas plus.

    « Les accrochages sont brefs mais violents, les GM vraiment hargneux, laids comme pas possible, et les violents, un quinzaine au début, une quarantaine par la suite, restent déterminés face aux offensives de leurs deux ennemis, les flics et les réformistes non-violents (mais violents avec les violents). »

    Là aussi, une version des faits un peu trop euphorisé par rapport à ce que j’ai vu de l’intérieur du "groupes anti barrières". Rester déterminé face aux offensives de ses ennemis, me semble un vocabulaire un peu trop exagéré vu les faits réels et puis il faut arrêter de parler de black Blok chaque fois que 10 pélos mettent leurs capuches sur la tête.

    Bon je m’arrete là, le rassemblement date un peu.
    à bientot !

  • Le 2 février 2008 à 14:01

    -  « les papiers on s’en fout, nous on veut pas d’Etat du tout »
    -  « pierre par pierre, mur par mur, détruisons toutes les prisons ! »
    -  « Tant qu’il y aura des Français, il y aura des étrangers »
    -  « Etat raciste, police fasciste ! »
    -  « Libérons les enfermés, arrachons les barbelés »
    -  « Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens »

    -  « Soyons sages, n’abimons pas la cage !
    -  « Ne vous inquiétez pas, les syndicats sont là »
    -  « Les élus vont nous sauver »

  • Le 23 janvier 2008 à 16:32

    Pour info : le retenu qui est passé en comparution immédiate lundi 21 janvier 2008 pour le début d’incendie dans une chambre du CRA a été relaxé au bénéfice du doute par le Tribunal correctionnel.

  • Le 21 janvier 2008 à 23:40

    L’affaire passait aujourd’hui en comparution immédiate.

    Pour le délibéré j’étais pas là mais pour les faits, il s’agissait d’un drap et de couvertures qui ont brulé et un matelas qui a un peu cramé ; apparemment ca a dégagé pas mal de fumée. La police est intervenue et les pompiers ont été appellés.

    Un jeune retenu Tunisien, appelons le Nasser, était accusé d’avoir mis le feu au lit. Il attend depuis 15 jours en CRA le retour forcé en Tunisie (sa demande d’asile pour raison médicale est en cours).

    Aucune mention de la manifestation n’a été faite pendant l’audience. Nasser a assuré qu’il n’avait rien fait, tout comme le co-retenu qui était avec lui dans la chambre où le lit a pris feu. Les caméras de vidéosurveillance installées à l’intérieur du batiment ont montré que Nasser est sorti le dernier de la chambre avant que le feu ne se déclare.

    Ces images et le témoignage à charge du co-retenu évoqués, le procureur a demandé 6 mois de prison pour Nasser.

  • Le 20 janvier 2008 à 23:31

    Peu après quinze heure, on peut constater la présence d’environ deux mille personnes, beaucoup d’orgas (RESF, RUSF, CLASSES, LDH, FA, CGA, JCML, ...), des syndicats (CNT, CGT, SUD, un drapeau de l’UNEF (mort de rire), ...), des partis (PCF, LCR, ...), quelques élus par-ci par-là.

    Après quelques discours plus ou moins émouvants contenants quelques aberrations comme « il est inacceptable d’enfermer des étrangers » (sentence redondante) alors que tout enfermement est inacceptable, « il y a un prisonnier dont la femme attend un enfant français » car faudrait-il trouver acceptable l’enfermement du futur père d’un non-français ? ainsi que d’autres idioties à la réformiste...

    De temps en temps, des bruits courent que des personnes ont gentillement essayé de déplacer les barrières qui nous séparaient du camp de concentration, une centaine de mètre plus loin, mais sont rapidement remises à leur place par les flics.

    Quelques slogans radicaux fusent, pronant l’abolition de toutes les prisons et l’action anti-flic. Celui-ci : « Etat fasciste, police raciste », directement adressé à la trentaine de gardes mobiles qui veillent devant les barrières, provoque l’énervement d’une femme du PCF qui vient cracher sa rage sur les jeunots encapuchonnés qui reprennaient le slogan avec ferveur. Une membre de la FA la remet à sa place, et bien comme il faut.

    Quelques instants après, suite à un fortuit et innocent attroupement de jeunes casseurs sans idées politiques :-) , une barrière commence à voler, les GM arrivent en courant, empoignent les barrières, hésitent à sortir les tonfas, puis n’hésitent plus du tout. Les coups de pieds (sur les barrières comme sur les flics) fusent, puis les pierres, lorsque quelques élus et autres personnes se croyant plus responsables que nous s’interposent et nous sortent les arguments classiques de pacifistes frustrés (Vous discréditez le mouvement ! Militez dans des organisations !)

    Trois minutes après, même scénario, deux barrières plus loin. Et une troisième fois quelques instants plus tard. Les accrochages sont brefs mais violents, les GM vraiment hargneux, laids comme pas possible, et les violents, un quinzaine au début, une quarantaine par la suite, restent déterminés face aux offensives de leurs deux ennemis, les flics et les réformistes non-violents (mais violents avec les violents).

    Sous le risque de charge, le piti black bloc se disperse rapidement.

    On a vu des bras s’agiter derrière les barreaux du centre de rétention, un banderole s’afficher annoncant « Liberté » depuis l’intérieur, et quelques GM prendre un coup de speed, se précipitant en courant dans l’enceinte du centre, précedant deux camions de pompiers qui venait là probablement pour faire la ménage...

    A la prochaine !!!

  • Le 20 janvier 2008 à 23:11, par pilouz

    tu peux donner tes sources ?

  • Le 20 janvier 2008 à 23:09

    il y a eu un début d’incendie dans le centre. c’est aussi pour ça qu’il y a eu un peu de tension à un moment, après l’appel à rentrer chez soi.

  • Le 20 janvier 2008 à 18:28

    Nous avons pu voir un camion de pompier arriver au centre de rétention pendant la manifestation. Savez-vous pourquoi ? Que s’est-il passé derrière les barreaux ?

  • Le 20 janvier 2008 à 17:34

    Si on parle de la même banderole, il y était inscrit « liberté »....

  • Le 20 janvier 2008 à 16:36, par Béatrice

    A un moment, les détenus avaient déplié une banderole (très vite enlevée par la police). est-ce que quelqu’un a réussi à déchiffrer le message ?

  • Le 20 janvier 2008 à 16:13

    Environ 2000 personnes de toute la région (Lyon, bourg, Grenoble, St Etienne...) tenus à 200 mètres du centre de rétention par des barrières et des gendarmes civils sont resté entre 14h et 17h. Des prisonniers ont agités les mains et des chiffons à travers leur barreaux pour faire signe... Certains élus ont pu rentrer dans le centre (pourquoi faire ? on ne sait, peut être y boire un café ?), quand ils sont sortis, les organisateurs de la manifs ont demandé aux personnes présentes de se disperser...

    Un reportage sur cette manif’ sera diffusé lundi 21 à 22h sur Radio Canut 102.2 dans l’émission RocKnRouL (http://rocknroul.blogg.org)

  • Le 14 janvier 2008 à 23:52, par ferker

    La manif se fait au centre de rétention de l’aéroport à Satolas où le rendez-vous est fixé à 15h. D’où le point de ralliement à la station de métro Mermoz-Pinel (ligne D) entre 13h30 et 14h pour un départ en co-voiturage pour les ceusses qui ne sont pas motorisé.es.

  • Le 14 janvier 2008 à 22:59

    Comment se déroule la manif ?? Quel parcours ?? Après Mermoz ? Merci d’avance.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

› Tous les articles "CNT Interco 69"

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"