Mayotte : situation alarmante !

3819 visites
1 complément

Un Lyonnais nous envoie une correspondance de Mayotte. Le gouvernement a annoncé ce jeudi 2 juin un plan de sécurité pour tenter de gérer la résistance : augmentation du nombre de gendarmes, de policiers, de radars et de drônes pour détecter les bateaux des migrants... C’est une réponse très policière, de répression coloniale et ce n’est pas cela qui pourrait améliorer les conditions de la population de Mayotte, ni bien sûr toutes les personnes des Comores expulsées très durement. La France a créé une poudrière en isolant Mayotte des Comores !

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » (Martin Luther King)

PNG - 285.7 ko

« Or la situation est alarmante à Mayotte, les droits de l’homme sont bafoués, une chasse aux non-Français a eu lieu et se poursuit ces jours-ci, sous les yeux des forces de l’ordre. »

JPEG - 136.6 ko

Bref récapitulatif de l’histoire récente de Mayotte, île faisant partie de l’archipel des Comores :

- 1974 (22 décembre) : un référendum est organisé par la France dans les Comores pour savoir si celles-ci désirent devenir indépendante. Toutes les îles de l’archipel (Anjouan, Grande Comore et Mohéli) votent majoritairement pour l’indépendance du territoire mais Mayotte vote pour son maintien au sein de la République Française.
Mayotte devient alors française et les autres îles deviennent indépendantes : ce qui est illégal selon l’ONU pour cause d’indivisibilité de l’archipel.
- 2011 (31 mars) : Mayotte devient un département français.
- 2011 (à partir du 27 septembre) : Grève générale illimitée contre la vie chère. De nombreux mouvements sociaux ont lieu pour protester notamment contre la hausse du coût de la vie suite à la départementalisation, la hausse des taxes venant s’ajouter au prix élevés de tous les produits importés.
Les aides sociales ne suivent pas ce coût de la vie, au contraire, par exemple le RSA n’équivaut qu’à la moitié de celui perçu en métropole. Le salaire des fonctionnaires n’est pas indexé sur le coût de la vie comme c’est le cas à la Réunion. Seuls les fonctionnaires métropolitains bénéficient de primes exorbitantes pour les inciter à venir travailler à Mayotte où les services publics sont en manque crucial d’effectifs.

JPEG - 110.9 ko


- 2013 (à partir du 29 octobre, avec des interruptions) : grève des fonctionnaires contre de nouvelles impositions.
- 2015 (juin) : Le mouvement contre la vie chère redémarre, pratiquement rien n’ayant changé après la lutte de 2011, (sauf -sic- une réduction pendant un mois "sur les ailes de poulet").
- 2015 (14 octobre) : Trois salariés de la firme Colas se font licenciés pour faits de grève en juin 2015.
- 2015 (3 novembre) : Manifestation importante en soutien aux 3 licenciés.
- 2015 (10 novembre) : Réponses de la ministre française des outremers jugées complètement à côté de la plaque.
- 2015 (12 novembre) : Grève générale avec de nombreuses barricades sur les routes de l’île pour "l’égalité des droits" à Mayotte par rapport au reste du territoire français. Cette grève a été interrompue le 14 novembre pour cause de "l’état d’urgence".

JPEG - 57.4 ko


- 2016 (à partir du 30 mars) : Grève générale illimitée pour « l’égalité réelle et la justice » sur Mayotte démarrée au lendemain de deux journées de grève les 30 et 31 mars en appui de l’opposition à la loi "travaille !".
Source : Mayotte : grève générale, silence colonial et blindés pour la répression

JPEG - 9 ko

Le problème insoluble d’une situation néocolonialiste de migrations réprimées au sein d’un même pays...

La France a créé les conditions explosives d’un brasier en isolant Mayotte des autres îles voisines des Comores qui ont toujours fonctionné ensemble tant elles sont proches les unes des autres, très souvent en ayant de la famille dans deux, voire plusieurs ïles des Comores. En gardant Mayotte dans le giron français, c’est-à-dire avec des conditions de vie que chaque personne espère meilleures aussi bien à Mayotte (on le voit avec les émeutes contre les inégalités avec la France) que dans les trois autres îles des Comores (on le voit avec cet appel d’air de migrations sur Mayotte).

Et la question migratoire est gérée violemment par l’État français. Plusieurs dizaines de milliers de Comoriens sont expulsés du territoire chaque année (19991 expulsions en 2014 : http://www.migrantsoutremer.org/Mayotte-19991-reconduites-a-la). La gendarmerie effectue de très nombreux contrôles d’identité, cela a une influence néfaste sur la santé et l’éducation de cette population. Les enfants ne vont pas à l’école de peur de se faire contrôler. Même constat fait par un médecin des urgences de Mamoudzou : "Le soir on a beaucoup plus de consultations de gens qui ne peuvent pas se déplacer la journée. Ils attendent 19 heures parce que la police aux frontières ne travaille pas la nuit".
http://www.migrantsoutremer.org/A-Mayotte-la-chasse-aux

2016 - Cette crise migratoire atteint son paroxysme depuis le début de l’année 2016.
Les actions xénophobes commises par des Mahorais se multiplient. Au mois de Janvier, dans un des villages de Mayotte, Tsimkoura, des propriétaires louant des bangas (habitations en tôle) à des "étrangers" reçoivent un courrier de la part des villageois, leur demandant d’expulser les locataires http://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2016/04/Courrier_Mayotte_Expulsions_Tsimbkoura_20122015.jpg sans quoi les villageois "prendront les mesures nécessaires pour remédier à ce problème".
Il s’en suit plusieurs vagues d’expulsions accompagnées de violences atroces envers les personnes battues et les habitations saccagées et brûlées.
Les gendarmes filment les destructions des habitations mais n’interviennent pas. (Plus de détails ici : http://www.lacimade.org/mayotte-la-chasse-aux-etrangers-par-la-population-est-ouverte-et-couverte/)

Cette semaine, les "décasages" des Comoriens ont été poursuivies par la gendarmerie. "L’état achève le travail et donc l’encourage" :
http://la1ere.francetvinfo.fr/mayotte/les-expulsions-continuent-au-sud-de-mayotte-364701.html
http://la1ere.francetvinfo.fr/la-prefecture-veut-intensifier-la-lutte-contre-l-immigration-clandestine-nouvelles-tensions-mamoudzou-365021.html

Ce 2 juin 2016 le gouvernement a annoncé un plan de sécurité pour tenter de gérer la résistance. C’est une réponse très policière : augmentation du nombre de gendarmes, de policiers, de radars et de drônes pour détecter les bateaux des migrants...
Pour plus d’informations :
http://www.migrantsoutremer.org/-Mayotte-
http://www.lacimade.org/?s=mayotte
http://www.outre-mer.gouv.fr/IMG/pdf/Plan_securite_Mayotte_-_2_juin_2016.pdf

JPEG - 65.8 ko

Occupation illégale de Mayotte par la France

Un habitant de la Grande Comore, de Mohéli ou d’Anjouan est chez lui à Mayotte, comme un Mahorais est chez lui dans ces trois îles. Tout simplement parce qu’au regard du droit international public, l’archipel des Comores a obtenu son indépendance à la suite d’un scrutin d’autodétermination, qui a eu lieu le 22 décembre 1974, au cours duquel la population, s’est prononcée globalement pour l’indépendance. Île par île, ce chiffre avait atteint quasiment 100% pour les îles de la Grande Comore, de Mohéli et d’Anjouan, alors qu’à Mayotte, les deux tiers de la population se sont prononcés pour un statu quo. C’est à partir de ce moment là seulement que la France a envisagé d’assurer la "balkanisation" des Comores.

Avant le scrutin d’autodétermination, la France considérait qu’il y avait une unité de l’archipel et que ses habitants devaient suivre la même loi. Je peux vous citer en ce sens le point de vue du gouvernement français, exprimé par l’intermédiaire du secrétaire d’État aux DOM-TOM de l’époque, Olivier Stirn, qui disait : « Le gouvernement français s’est porté sans ambiguïté sur une consultation globale pour trois raisons. La première juridique, car au terme du droit international, un territoire conserve les frontières qu’il avait en tant que colonie. En deuxième lieu, on ne peut concevoir une pluralité de statuts pour les différentes îles de l’archipel. Enfin, il n’est pas dans la vocation de la France de dresser les Comoriens les uns contre les autres. La France se refuse à diviser les Comores qui ont le même peuplement, la même religion islamique et les mêmes intérêts économiques ».

La France n’a pas voulu rester à Mayotte pour des raisons stratégiques. La France a d’autres zones dans l’océan Indien où elle peut installer des bases militaires comme à La Réunion ou à Djibouti. La région ne connaît pas des problèmes d’insécurité. Ce n’est pas aussi pour des raisons nucléaires. La France ne peut pas faire d’essais nucléaires dans le canal du Mozambique, qui est ouverte à la navigation internationale. Cela aurait été une violation manifeste du droit international.

Non, la seule raison de la présence de la France à Mayotte c’est le fait qu’on s’est aperçu qu’au cours du référendum, une majorité de Mahorais s’était prononcée pour le statu quo. C’est donc pour des raisons cocardières, nationalistes, qu’un lobby pro-mahorais s’est formé au Parlement français, qui a abouti à cette balkanisation des Comores qui est condamnée par les Nations unies.

La France n’est pas condamnée en droit, mais par l’assemblée générale des Nations Unies dans ce que l’on appelle une recommandation. Mais la France n’est pas obligée de suivre une recommandation. C’est pour cela que les grandes puissances qui violent le droit international, lorsqu’elles sont membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU peuvent faire n’importe quoi et être à l’abri des sanctions. C’est le cas de la Chine avec l’invasion du Tibet, de la Russie avec l’invasion de la Crimée et bien sûr de la France lorsqu’elle occupe illégalement Mayotte contrairement au droit international.
Source : On a voulu un eldorado, nous avons un Titanic à la dérive (Zinfos 974, 2 juin 2016)

P.-S.

Autre article récent sur la situation à Mayotte : http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article390

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 juin 2016 à 13:08, par Charlie STUNT

    Bonjour,

    "Mayotte devient Française et les autres îles deviennent indépendantes..."
    Dans le récapitulatif historique, en 1974 Mayotte reste française et non pas le devient.

    Salutations.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Manifestation en soutien à la révolte soudanaise, dimanche 14 avril à 14H

Manifestation à l’appel du Réseau Activiste Soudanais Rendez-vous dimanche 14 avril à 14H devant l’Hôtel de ville. La révolte soudanaise a fait tomber Bachir, ce n’est pas pour se faire confisquer le pouvoir par un nouveau militaire. La mobilisation continue jusqu’à la constitution d’un gouvernement...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

> Tous les articles "Discriminations"