Site collaboratif d’infos alternatives

Penarroya : les travailleurs immigrés occupent l’usine-poison

7 compléments

Le 9 février 1972, les ouvriers algériens, tunisiens, marocains de l’usine Penarroya de Gerland à Lyon se mettent en grève de façon exemplaire et montrent ainsi qu’il n’y a qu’une classe ouvrière.

Le cadeau de Noël de l’usine Penarroya aux ouvriers : la mort

Le 19 décembre 1971, à l’atelier de plomb, un ouvrier tunisien, Mohamed Salem, est écrasé par un couvercle de four de 1500kg. Il était soutenu par une chaîne usée, à 1,50m du sol. Salem est dessous. Les quatre membres de l’équipe aident à pousser et à soulever la plaque car le pont roulant est trop faible. La chaîne casse au niveau du tenon rouillé. Salem n’a pas le temps de se retirer : il est écrasé.

Le patron se comporte comme un coupable

Aussitôt après l’accident, il fait mettre une chaîne neuve et plus grosse. L’autre, il la fait cacher par deux ouvriers. Puis il fait asseoir tous les ouvriers de l’atelier et leur dit : « Si on vous demande ce qui est arrivé, vous dites que vous étiez au travail et que vous n’avez rien vu ».

Quand les inspecteurs se présentent, le chef d’équipe déclare que les ouvriers soulevaient la plaque et qu’elle est retombée. La police voit la chaîne intacte. L’un des ouvriers interrogé se décide : il va chercher la chaîne brisée et devant le patron, les chefs et les ouvriers, il raconte comment s’est passé l’accident. Pendant six heures, les ouvriers débrayent.

Une usine « comme on n’en fait plus »

Dans un tract, les travailleurs expliquent :

« Nous sommes une centaine de travailleurs immigrés, Algériens, Tunisiens, Marocains. C’est nous qui faisons la plus grosse partie de la production de l’usine.

Nous travaillons à la récupération et à la fusion du plomb, de l’amuminium, du bronze. Notre travail est très dur et très pénible, mauvais pour la santé. Nous travaillons en feu continu, au milieu des fumées et des poussières qui empoisonnent non seulement l’usine mais tout le quartier. Le matériel est très vieux et nous devons tout faire à la main. En plus, les règles d’hygiène et de sécurité ne sont pas respectées. L’été, dans les bureaux, il y a des ventilateurs, mais près des fours et des broyeurs il n’y en a pas.

La récupération du plomb est un travail dangereux, il entraîne de nombreuses maladies, notamment le saturnisme (plomb dans le sang), de nombreux accidents et brûlures.

Nous travaillons 45 heures par semaine pour moins de 1000 francs.

Nous sommes entassés dans des baraques de chantier installées dans le périmètre de l’usine. »

Dossier médical de l’ouvrier Mohamed Salem, victime de l’accident mortel du 19 décembre 1971 :

date diagnostic médical incapacité de travail
10/12/57 douleur de l’abdomen due au portage de poids excessifs 27 jours
16/11/59 corps étranger dans l’oeil gauche 11 jours
26/05/63 brûlure d’un membre supérieur 44 jours
22/04/67 corps étranger dans l’oeil droit 11 jours
07/06/68 plaie de la main droite (coincée) 10 jours
08/12/69 brûlure de la cheville gauche 29 jours
19/12/71 meurt écrasé sous un convercle de four de 1500kg ...

Nous réclamons le droit de vivre

- Après l’accident de Salem, les ouvriers montent au bureau du patron et exposent ce qu’ils veulent : notamment 1 franc d’augmentation horaire, le contrôle des analyses médicales par les ouvriers, et la sécurité dans les ateliers. Le patron promet, rien ne vient.

- 9 février 1972, 14h : tous les ouvriers immigrés débrayent (un peu plus de cent au total). Les chefs et l’atelier de mécanique, une trentaine de Français et d’Italiens restent au travail.

- 10 février : la matin, la grève continue, les jaunes travaillent. L’après-midi, un piquet de grève se forme aux deux entrées de l’usine. Les jaunes restent dehors. Un jaune de la mécanique se présente au piquet : « C’est pas des étrangers qui vont faire régner la loi en France. Ici, la liberté du travail existe.
- Quand il y a grève, il n’y a pas de liberté du travail. »

Un contremaître, Maurice, crache sur un ouvrier

Tous les jaunes devront rester dehors, sur le trottoir d’en face. Las de faire le pied de grue, ils s’en iront au bout de deux heures.

- 13 février : les jaunes sont décidés à entrer pour travailler. Ils ont fait passer un communiqué dans le Progrès de Lyon, disant en substance : « Nous sommes d’accord avec les revendications ; mais nous voulons la liberté du travail ; des Maghrébins ne doivent pas y faire entrave. »

Les ouvriers les attendent aux deux entrées dès six heures du matin. À 8 heures, deux jaunes apparaissent sur la pointe des pieds au coin de la rue, examinent le terrain et font signe à leurs "collègues". Ils arrivent groupés à une trentaine sur le trottoir d’en face. Le piquet resserre les rangs. Il n’y en a plus que dix qui osent traverser la rue et un seul pour réclamer : « On veut entrer. » Un ouvrier marocain, qui a déjà été gréviste au Maroc, se fâche : « Vous n’entrerez pas. » Ses frères le retiennent. En cinq minutes les jaunes repartent comme ils étaient venus.
De dépit le patron remet une convocation au tribunal pour « entrave à la liberté du travail » à trois ouvriers.

La lutte des immigrés de Penarroya concerne tous les immigrés, tous les ouvriers, toute la population

Une délégation d’ouvriers des comités de lutte d’usines de Lyon rend visite aux grévistes qui sont en réunion avec le syndicat CFDT à la maison des jeunes de Gerland (à côté de l’usine). La délégation demande à entrer dans la salle de réunion : « N’entrez pas ! Ici, c’est une réunion de Penarroya. »
« - Nous sommes des immigrés, nous sommes ouvriers comme vous, nous voulons entrer parce que nous voulons aider nos frères. » On pousse la porte. Les syndicalistes de la Bourse du travail essayent sans succès d’empêcher les ouvriers de discuter.
Un permanent syndical : « On a informé les autres usines.
- C’est faux !
- Berliet a été informé.
- J’y travaille, je n’ai rien su.
- On a informé les syndicats.
- Peut-être, mais pas les ouvriers. »

Les jeunes du quartier de Gerland, ouvriers et lycéens, viennent à une vingtaine distribuer un tract à l’usine et discuter. Encore une fois, la CFDT veut faire barrage. Un ouvrier de l’usine lance : « Il faudrait aller aux autres usines. » Conclusion des jeunes : il faut faire des collectes dans le quartier, informer les autres usines.

Voici le tract fait et diffusé par vingt jeunes ouvriers et lycéens du quartier de Gerland :

« Ouvriers de Penarroya,

Par cette lettre, les jeunes de Gerland avec quelques camarades immigrés vous apportent leur soutien moral pour la grève que vous avez engagée depuis une semaine et que l’on continuera avec vous. Camarades, ne vous découragez pas.

Continuez la lutte pour améliorer votre condition de vie, c’est-à-dire : TRAVAIL, DROITS, LOGEMENTS.

Si nous étions racistes, c’était sous l’influence des patrons, à présent nous les combattrons et nous les vaincrons.

Tous les ouvriers du monde doivent s’unir pour combattre ensemble la tête haute contre tous ceux qui vous exploitent afin d’avoir tous les mêmes droits et les mêmes conditions de travail.

Ensemble, nous vaincrons.

Les jeunes de Gerland

13 février 1972. »

P.-S.

Extrait de La Cause du Peuple - J’accuse du 17 février 1972

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 15 février 2015 à 22:41, par livia

    TRES IMPORTANT : Une des victoires de la lutte des travailleurs de PENNAROYA c’est que le saturnisme est maintenant une maladie professionnelle reconnue. Grâce à la POPULARISATION DE leurs revendications. MOT tombé ds les oubliettes. C’est grâce à cette alchimie entre ces ouvriers et la population qu’a pu être gagnée cette bataille. Avec la création des comités de soutien (internet n’existait pas encore, on ne connaissait que le papier, la colle et les murs). C’est une des conditions SINE QUANON
    pour gagner. Le Testet ne sera gagné, Chambaran et d’autres qu’à cette condition. Sinon isolement. Et entre-soi. Ce n’est pas seulement avec les réseaux sociaux que les luttes seront gagnées, c’est aussi sur le terrain occupé avec plein de monde. EXPLIQUER EXPLIQUER EXPLIQUER, OCCUPER OCCUPER OCCUPER, FAIRE CONNAITRE FAIRE CONNAITRE ;

  • Le 2 avril 2013 à 18:30, par Alain Layec

    A Michel Leclerc
    Les CD du film des "cahiers" m’interessent .Comment peut on se les procurer ?
    Moi aussi j’ai fait partie des cahiers de mai, d’abordb à Lyon ,mais st en Normandie, à Louviers (grève de Zimmerfer)
    .Salut
    Alain

  • Le 10 février 2011 à 09:04, par bruno

    A Michel Leclercq,
    Tes documents m’intéressent, en particulier ceux liés aux Cahiers de Mai. Entre autre pour des raisons personnelles (liens avec Henri Fournié que tu as peut-être connu...).

  • Le 9 février 2011 à 15:06, par Michel Leclercq

    Pour celles et ceux que cela intéresse, j’ai conservé quelques documents de la lutte des PENARROYA, avant, pendant et après la grève de 72.
    En particulier :
    - le chapître, rédigé par Daniel ANSELME, concernant PENARROYA, extrait de "4 grèves significatives", qui reprend les textes collectifs essentiels de la grève, que je peux envoyer en pdf si on me communique une adresse mail
    - les cd des 2 films (donc depuis numérisés) réalisés par Dominique DUBOSC sous le contrôle des travailleurs en lutte : "le double visage du trust" et "comment se mettre d’accord" à diffuser sans modération
    Et aussi beaucoup d’autres documents.

    Michel LECLERCQ ex militant du groupe PENARROYA des "Cahiers de Mai"

  • Le 9 février 2010 à 21:57, par Alain Layec

    Les textes des travailleurs de Pennaroya ont été écrits sous leur contrôle et diffusés dans les autres usines du trust, (A
    Paris et dans le Nord ) par des camarades du journal "les cahiers de mai", crée en juin 68.
    Il s’agissait de texte collectifs faits avec les ouvriers syndiqués et non syndiqués permettant un point de vue collectif de leur lutte et oeuvrant à l’unité entre les différentes usines et à une circulation des points de vue et revendications des travailleurs eux mêmes.
    J’ai habité la croix rousse jusqu’en 1973.

    Alain layec

  • Le 29 septembre 2008 à 14:26

    Bonjour Gérard,

    Merci de cette contribution et par la même occasion d’avoir de vos nouvelles. Oui, ce serait très intéressant de vous rencontrer pour compléter cet article, voire faire un nouvel article sur le saturnisme et tout ce que ce mouvement a pu permettre d’éclancher au niveau de la santé en France.

    Merci encore

  • Le 29 septembre 2008 à 14:18

    Pourquoi n’est-il jamais question du problème de santé (saturnisme) qui a été pris en charge par quelques médecins dont je faisais partie ? Ces problèmes ont été négociés par nous et les ouvriers et ont abouti à l’abandon de l’usine de Gerland qui a été installée à Villefranche/Saône. Je ne développe pas plus car ce serait trop long, mais je suis prêt à répondre à toutes vos questions sur le rôle des médecins dans le conflit de Penarroya.

    Gérard Bendrihem

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

Libérez Moussa : encore un mineur au centre de rétention

Après avoir été convoqué à la PAF, Moussa, jeune ivoirien de 17 ans, considéré majeur par les tests osseux, a été envoyé au CRA de St Exupéry. Exigeons sa liberation ! La traque des mineurs isolés doit cesser ! Ecrivons au Préfet massivement...

N° 16 de la Voix des sans-papiers : la tyrannie en marche

Sortie de la brochure n°16 de la Voix des sans-papiers : La tyrannie en marche. A imprimez et distribué pour vous et vos tables de presse. « La Tyrannie consiste au désir de domination, universel et hors de son ordre… La Tyrannie est de vouloir avoir par une voie ce qu’on ne peut avoir que par une...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Le travail tue : un marin meurt à bord d’un bâteau de croisière sur la Saône

Celles et ceux qui longent les quais du Rhône ou de la Saône à Lyon ont l’habitude de voir ces grosses barges pour touristes aisés autour desquelles s’activent de nombreux hommes et femmes d’équipage. C’est à bord de l’une d’elle qu’est mort un marin de 59 ans le 13 septembre. Cet évènement tragique a eu...

La rentrée sociale dans la dernière Mégacombi

Pour cette rentrée, Mégacombi, une émission de Radio Canut (102.2), a laissé trainer ses micros près de celles et ceux qui s’opposent encore au capital et à son gouvernement, sur les places, dans les rues ou les écoles.

> Tous les articles "Salariat - précariat"