Site collaboratif d’infos alternatives

Plaidoyer pour une société végane, une société sans aucune forme d’exploitation animale

1 complément

Notre société semble préoccupée par le bien-être animal. Les médias se font l’écho des défenseurs des animaux ou des écrivains traitant de ce sujet. Des livres comme Bidoche de Fabrice Nicollino ou No Steack du chroniqueur Aymeric Caron ont largement été médiatisés.
Les personnalités politiques concernées (gouvernement, assemblées) se disent préoccupées par la question du bien-être animal.
Cette expression "bien-être animal" est aussi très largement utilisée par les différentes filières exploitant les animaux. (Voir le site du Centre d’Information des Viandes par exemple)
Notre approche de la question animale est radicalement différente. A l’instar de nos anciens, frères de combat pour la liberté, la liberté pour toutes et pour tous, qui ont obtenu l’abolition de l’esclavage d’humains (qui d’ailleurs n’étaient pas considérés comme appartenant à l’espèce humaine !), nous demandons la fin immédiate de l’esclavage animal.
 

Nous demandons la fin immédiate de tous sévices, la fin immédiate de tous mauvais traitements, la fin immédiate de toutes privations de liberté et bien sûr la fin immédiate de tous actes de torture sur animaux et y compris la torture considérée comme légale.

Enfin, nous demandons la fin de toute mise à mort de quel qu’animal que ce soit pour notre égoïste profit.

Nous pensons que nos revendications précises et fondamentales ne sont pas compatibles avec une exploitation même prétendue douce, même raisonnée de l’animal et nous revendiquons leur libération immédiate.
Nous ne voulons plus d’une société exploitrice d’animaux, nous souhaitons une société végane pour le bien de tous, animaux et humains !

Afin de prendre connaissance de notre argumentation, nous vous invitons à lire la brochure "Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation animale"

La Brochure

Cette brochure est constituée de 3 volets :
 
Les raisons pour devenir vegan
Le premier expose les raisons de notre démarche notamment en mettant en avant la reconnaissance de la sentience comme la valeur absolue sur laquelle on ne peut faire l’impasse quant à nos comportements envers les animaux (êtres sentients).
La sentience reconnaît aux animaux des capacités cognitives comme la pensée, des moyens de communiquer, l’aptitude à avoir des projets, à s’adapter par la réflexion et une forme d’intelligence à des situations précises.
lls peuvent ressentir du plaisir, de la joie mais aussi endurer la douleur d’une séparation, la frayeur, bref toute souffrance psychologique d’un enfermement par exemple, ce que ne ressent pas le végétal.
 
Une fois la sentience animale reconnue, nous pourrons déconstruire les mécanismes du spécisme enfouis en chacun de nous par nos cultures, nos habitudes et le poids des religions. Le spécisme est une discrimination basée sur l’espèce. L’espèce dite dominante - la nôtre- s’étant arrogé tous les droits sur les autres espèces ; nos intérêts les plus futiles ont toujours plus d’importance à nos yeux que ceux des autres espèces, espèces dominées, et même leurs intérêts les plus fondamentaux.
L’argument du spécisme quant à la légitimité de l’exploitation animale est de considérer les animaux non-humains comme inférieurs, dépourvus de capacités notamment intellectuels, artistiques, créatrices. Les recherches en éthologie qui n’en sont qu’à leur balbutiement nous apprennent cependant qu’il n’existe aucun fondement à de telles affirmations comme nous l’avons brièvement démontré un peu plus haut.
 
Le spécisme peut aussi consister en privilégier certaines espèces animales "sympathiques" comme le chien par exemple par rapport à d’autres.
 
L’exploitation animale
Le second volet établit un constat édifiant sur l’exploitation animale dans de nombreux secteurs (l’alimentation, l’habillement, les loisirs) Les animaux n’étant que des machines à produire qui de la viande, qui du lait, qui des œufs, qui du cuir ou de la fourrure et quand bien même, certains se préoccupent de leur bien-être dans quelques rares élevages, il n’est pas justifiable d’un point de vue éthique d’emprisonner et d’exploiter quel qu’être sentient que ce soit.
 La question de la chasse est également abordée parce que les relations entre animaux sauvages et le monde paysan sont souvent difficiles pour les animaux qui les paient de leur vie !
Et cette pulsion de tuer cachée derrière des pseudo-arguments comme la gestion de la faune sauvage devrait interpeller la société et la classe politique. Il faudra bien qu’un jour, le meurtre d’un animal soit reconnu comme aussi impensable moralement que celui d’un humain.
L’animal peut aussi être objet de curiosité dans les zoos ou dans les cirques. La curiosité pour l’animal n’a rien de mal en soi mais les conditions pour assouvir cette curiosité sont source d’une profonde souffrance psychologique pour ces êtres sentients et ce jusqu’à la fin de leur triste existence.
L’animal est enfin un jouet, un objet de divertissement lors de fêtes champêtres où on le marque au fer rouge ou pire encore, lorsque la torture puis l’agonie et la mort d’un taureau procurent la jouissance suprême (parfois au sens propre !) à des êtres pervers sur les gradins des arènes.

Les transformations dues au véganisme
Dans le dernier volet, nous avons tenté de répertorier les transformations majeures que le véganisme impliquera dans notre société.
La construction de cette nouvelle société générera de nombreux emplois et ne portera aucun préjudice tant aux acteurs de l’exploitation animale qu’aux consommateurs anciennement carnistes : reconversion pour les premiers et une aide à la consommation de produits vegans pour les plus réfractaires de la seconde catégorie.
De plus, leurs consciences libérées d’un terrible fardeau, celui de la complicité dans des milliards de meurtres d’êtres sentients, ils accéderont à une existence plus épanouissante, plus sereine, plus riche.
 
Nous avons également réfléchi au devenir de ces animaux libérés : comment une telle situation pourra-t-elle être gérée sans préjudice ni pour eux ni pour l’homme ?
 
Enfin, notre environnement devra être reconfiguré afin de mieux partager cet espace avec les autres terriens !
 
Notre projet de société est sans doute utopique, fondamentalement différent de ce que nous avons construit jusqu’à présent mais nous vous remercions d’y réfléchir très sérieusement.
 

La suite à lire sur : http://media.wix.com/ugd/c1b2c0_1495917443f84a0c813323cf3d38b054.pdf

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 21 septembre 2016 à 23:26, par

    Bonjour, j’ai lu des échanges sur des forums à ce sujet. Je ne suis pas vegane mais je comprends parfaitement les personnes qui choisissent de l’être au vu de la souffrance animale en coulisses qui fait froid dans le dos. Aux personnes qui opposent la "cruauté" des animaux entre eux à celles qui sont veganes, je souhaiterais dire ceci :
    le monde tel qu’il est conçu fait que les différentes espèces doivent s’entretuer pour survivre, c’est affreux mais c’est un fait. Cependant, aucune bête sauvage n’est cruelle. C’est ce qui nous différencie des animaux sauvages. Lorsqu’un animal sauvage tue une proie, c’est pour survivre. Il n’y a que les hommes qui font acte de cruauté envers les autres espèces. Nous utilisons des technologies pour produire à vitesse vertigineuse des animaux de façon intensive pour plus d’argent. Nous avons de hautes technologies mais nous torturons et tuons encore des animaux dans des conditions déplorables. Ces animaux sont produits par l’homme, transportés vers les abattoirs par l’homme. La plupart d’entre eux meurent en route. À-t-on déjà vu un tel gâchis entre animaux sauvages ? Dans la nature les animaux connaissent les règles entre eux. À contrario, les animaux ne connaissent pas nos règles et pratiques. Ils subissent un sort dont l’issue est incompressible jusqu’à la fin de leur vie. Je ne suis pas vegane, mais je suis révoltée par cette production de viande intensive et bourrée de médicaments et autres qui empoisonnent nos enfants. Pour ma part, un peu de viande de temps en temps suffit amplement. Ce que nous faisons pousser, de façon raisonnée et naturelle nous apporte l’essentiel. Nous ne sommes pas, comme les animaux sauvages ; sans manger quoi que ce soit durant une semaine. Nous n’allons pas mourir de faim dans nos pays occidentaux. Alors arrêtons cet affreux gâchis qui ne nous apporte que de mauvaises choses et nourri les gros industriels. Ces gros plein de soupe sont tellement centrés sur des gains plus élevés, que ça relève à mon sens d’un comportement pathologique.
    Je précise que je ne suis pas "bobo" mais une personne qui vit avec de faibles revenus. J’espere sincèrement que toutes ces pratiques barbares vont être abolies, sans quoi, plus vite que la destruction de notre planète, c’est la dégénérescence de l’espèce humaine qui doit être au centre des préoccupations.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

Compte rendu de l’AG de lutte lyonnaise du 24 mai

En résumé : interruption de la grève à Feyzin, organisations locales intéressées par la formation d’un front social lyonnais, rassemblement 29 mai devant l’ARS, événements 5 juin place Raspail, et surtout manifestation du front social lyonnais le 19...

Assemblée de Lyon et environs

État d’urgence, loi travail... L’assemblée de lutte vous appelle à la rejoindre Mercredi 24 mai à 18h à la Bourse du travail.

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

À propos du gel

Les récents épisodes de gel en Suisse (2 dernières semaines d’avril) ont détruit les bourgeons d’une grande partie des vignes et des arbres fruitiers. Pourtant, le traitement journalistique qui fait état de ce désastre passe sous silence les problèmes profonds de la production agricole dans le...

Verrouillage des frontières et des routes migratoires

Au début des années 2000, le gouvernement espagnol stoppe l’immigration subsaharienne et ferme l’accès aux enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila en déployant les premiers grillages autour de celles-ci. Dès lors, et en fonction du moment et de leurs intérêts, les autorités n’ont eu de cesse de bloquer...

> Tous les articles "Globalisation - capitalisme"