Procès contre Rue89 : Latouche de Lyon Capitale flirte bien avec L’extrême-droite

3688 visites

Mais ce n’est pas une nouvelle pour ceux qui connaissent le personnage, voilà ce qu’en dit rue89 :

Non, il n’est pas diffamatoire de dire d’un homme d’affaires qui s’affiche auprès de Bruno Mégret et tient des propos sans ambiguïtés qu’il « flirte avec l’extrême-droite ».

Ainsi en a décidé la XVIIe chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris, qui a débouté Christian Latouche dans son procès contre Rue89.

Le richissime homme d’affaires lyonnais, patron du groupe Fiducial, avait fait l’objet d’un portrait signé Nolwenn Le Blevennec, journaliste à Rue89, en octobre 2011, alors qu’il était candidat – malheureux – à la reprise du magazine L’Expansion.

L’article était titré :

« Christian Latouche, l’homme qui a fait peur aux journalistes de L’Expansion »

Christian Latouche poursuivait Pierre Haski, directeur de la publication de Rue89, pour les passages de l’article qui évoquaient ses liens avec l’extrême-droite, qu’il s’agisse de son passage à l’Université d’été du mouvement de Bruno Mégret, alors scissionnaire du Front national, ou de ses discours sur les peurs des « Français de souche » face aux patrons de PME.

Le Tribunal spécialisé dans les affaires de presse a considéré qu’aucune des formules reprochées à l’article n’était diffamatoire, mais qu’elles relevaient d’une opinion qui ne renfermait pas l’imputation d’un fait précis, seule définition de la diffamation. M. Latouche a donc été débouté de toutes ses demandes (il réclamait 60 000 euros de dommages et intérêts).

Le milliardaire Latouche est bien connu à Lyon pour être également le propriétaire de LyonCapitale. L’occasion d’extraire le pragraphe à ce sujet dans l’article à l’origine du procès :

Son expérience de patron de Lyon Capitale

Depuis le rachat de Christian Latouche en 2008, le journal Lyon Capitale a changé. Il était un journal « poil à gratter », plutôt de gauche. Il est aujourd’hui une « machine de guerre » anti-Gérard Collomb, maire de la ville, selon plusieurs journalistes.

Au début, disent-ils, la direction a joué le jeu d’une presse de qualité. Le journal se mourrait, ils en ont fait un mensuel haut de gamme. Puis, à partir du printemps 2010, il y a eu de plus en plus de titres sur Gérard Collomb. Des unes à charge, qui n’étaient pas toujours justifiés.

Le numéro de septembre est un bon exemple : un article explique que le maire de Lyon soutient un système clientéliste « à la mode lyonnaise ». L’article se termine sur une citation anonyme assassine.

Un ancien salarié se souvient d’une autre couverture « choquante » sur un « éventuel emploi fictif » lié à Gérard Collomb, une affaire qui date des années 80, déjà connue (que Rue89 avait repris dans le cadre de son partenariat avec Lyon Capitale).

Gérard Collomb :

« A chaque fois que Lyon Capitale sort, je me demande ce qu’il va encore y avoir sur moi. Je m’en prends plein la figure à chaque fois. »

Didier Maïsto, bras droit et PDG du journal

Latouche interventionniste ? Non, personne ne pense qu’il est le genre à décrocher son téléphone pour passer des commandes. Cela ne se passe jamais comme ça. Christian Latouche a installé à la tête du journal son directeur de la communication et bras droit, Didier Maïsto, ancien attaché parlementaire de Marc Fraysse et rédacteur d’un édito-ôde à Philippe Seguin à sa disparition.

Didier Maïsto travaille avec un « rédacteur en chef en qui il a confiance ». A cause d’un système de « zèle en cascade », selon deux anciens journalistes, quelques personnes travaillent pour faire plaisir à Latouche (pas tous les journalistes).

Toujours selon un ancien salarié, des employés de Fiducial ont été recrutés par Lyon Capitale, comme une assistante de direction. « On sentait une présence. »

En janvier 2011, trois journalistes, qui souffrent probablement d’un manque de communication de la direction, demandent « d’appliquer le droit du travail » avec la tenue des élections de délégués du personnel. Un mois plus tard, ils sont licenciés pour insuffisance professionnelle (alors qu’ils n’avaient jamais fait l’objet de critiques sur leur travail). Deux procédures sont aujourd’hui engagées : l’une au pénale, l’autre aux prud’hommes. La presse a largement relayé l’affaire.

La suite à lire sur : http://www.rue89.com/2013/02/18/lhomme-daffaires-christian-latouche-perd-son-proces-contre-rue89-23

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

› Tous les articles "Extrêmes droites"