Procès d’un casseur à Toulouse : le marquis, la banque et le boulanger

719 visites

Les banquiers jugent leur casseur. Encore une belle justice de classe lundi après-midi à Toulouse.
T.R., boulanger de 21 ans, s’est fait choper pendant les émeutes du 1er novembre.

Visiblement inexpérimenté, l’accusé a immédiatement avoué être l’auteur des faits qui lui étaient reprochés. Quelle aubaine ! Après un mois de débordements et de samedis perdus pour les commerçants, la justice tient enfin son coupable.

Les banquiers jugent leur casseur. Encore une belle justice de classe lundi après-midi à Toulouse.

T.R., boulanger de 21 ans, s’est fait choper pendant les émeutes du 1er novembre. Il est accusé d’avoir balancé un parpaing dans le dos d’un agent de la BAC (1 jour d’ITT) et d’avoir lancé des pierres sur la vitrine du Crédit Mutuel de la place Esquirol (« LA banque à qui parler »). Visiblement inexpérimenté, l’accusé a immédiatement avoué être l’auteur des faits qui lui étaient reprochés. Quelle aubaine ! Après un mois de débordements et de samedis perdus pour les commerçants, la justice tient enfin son coupable.

D’autant que le président du procès n’est pas n’importe qui. Pur produit de l’aristocratie française, Henri de Larosière de Champfeu (marié à l’exquise Diane Marie Paloma de Roquemaurel de Lisle) n’est autre que le frère de Jacques du même nom, pas méconnu des milieux de la finance : directeur du FMI de 1978 à 1987, gouverneur de la banque de France de 1987 à 1993, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (1993), président de la BNP… Bref, le frangin semblait tout désigné pour présider le procès d’un casseur de banque.

[...]

Après un suspens insoutenable, la peine d’élimination sociale est prononcée. La cour a décidé de suivre les réquisitions du procureur – celles de la banque, en fait – 45 928 € de dommages et intérêts, un an de prison dont six mois fermes (question qu’il perde bien son boulot, dans quel cas trois ans et demie de SMIC pourraient pertinemment se transformer en sept ans et demie de RSA), sans oublier les 700€ pour les flics blessés (oui, parce que tous les flics blessés le 1er novembre l’ont étrangement reconnus après coup comme étant l’auteur de leurs blessures… Puisqu’on vous dit que c’était un professionnel !)

La suite à lire sur : https://iaata.info/Proces-d-un-casseur-le-marquis-la-490.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Saboter aussi les récits d’État

Un policier tire une grenade lacrymogène sur des étudiants qui filment, depuis leur balcon une marche contre la réforme des retraites à Lyon. Un autre tire à bout portant sur un manifestant avec son LBD. En plein Paris, des policiers étranglent et tuent Cédric Chouviat, un livreur de 42 ans qui...

>Lyon : les autorités policières favorisent l’impunité de la BAC

Des images du 6 février montrent que l’un des policiers de la BAC auteurs des blessures infligés à Arthur le 10 décembre dernier est probablement encore sur le terrain en manifestation… porteur d’un LBD. Malgré ce tabassage (largement médiatisé), la préfecture et le commandement continuent de tolérer que...

› Tous les articles "Répression - prisons"