Quand on comprend que les grenades sont un enjeu stratégique pour la doctrine du maintien de l’ordre…

905 visites

Le 2 décembre 2014, soit un peu plus d’un mois après l’assassinat de Rémi Fraisse par le maréchal des logis Jasmain, qui avait cru utile de lancer une grenades offensive de type OF F1 par dessus une grille pour disperser des manifestants en pleine nuit, l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale rendait son rapport sur le déroulé des événements.

Le déroulé des faits qui ont conduit à la mort de Rémi Fraisse

Dans le rapport de l’IGGN, on apprenait notamment que l’Escadron de Gendarmerie Mobile 28/2 était venu à minuit relayer l’EGM 47/3 sur la zone de Sivens, où le commandement du Groupement Tactique de Gendarmerie (GTG) s’était mis en tête de garder le contrôle jusqu’au lundi matin sur un terrain vague entouré de fossés et de grille appelé “zone de vie” et qui ne comprenait alors guère plus qu’un reste d’algéco incendié la veille. Les effectifs de cet escadron était de 72 gendarmes mobiles, composant 4 pelotons appelés Alpha, India, Charlie (divisé en deux) et Bravo.

Le rapport dit que les gendarmes subissent des jets de projectiles à partir de 00h25, soit juste après leur arrivée sur place, et font les premières sommations à 00h35 depuis un véhicule avec haut-parleur.

A 00h49, les gendarmes tirent les premières grenades lacrymogènes.

A 01h03, les gendarmes tirent les premières grenades à effet de souffle (contenant de la TNT), les grenades lacrymogènes instantanées (GLI F4) et les grenades offensive (OF F1). A partir de ce moment et au cours de la nuit, les gendarmes lanceront 237 grenades lacrymogènes, 38 grenades GLI F4, 23 grenades OF F1, ainsi que 41 balles de LBD 40.

A 01h40, d’autres manifestants viennent renforcer les premiers.

On apprend que le maréchal des logis Jean-Christophe Jasmain est à la fois équipé d’un LBD 40 et d’au moins une grenade offensive, ainsi que des jumelles infrarouges. Le dispositif d’éclairage du camion de gendarmes est cassé, mais Jasmain lance néanmoins sa grenade dans le noir, par dessus un grillage de 1m80.

Rémi Fraisse reçoit la grenade derrière la nuque, qui explose entre son dos et son sac, le tuant sur le coup.

A 01h45, les gendarmes récupèrent son corps.

A 01h53, son décès est signalé au Centre d’Opérations et de Commandement de la Gendarmerie (CORG 81), à 01h57 au Centre de Renseignement Opérationnel de la Gendarmerie (CROGEND), à 02h00 au Parquet d’Albi et à 02h08 au Directeur de cabinet du Préfet.

Avant 03h00, le SR de Toulouse, la BR de Gaillac et les techniciens en investigation criminelle du GGD 81 se rendent sur place et commencent les investigations, suivies des premières auditions par les OPJ à partir de 03h45.

...

La suite à lire sur : https://desarmons.net/index.php/2019/06/20/quand-on-comprend-que-les-grenades-sont-un-enjeu-strategique-po

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Militarisme / Armements » :

>La conquête coloniale de l’Algérie débute le 14 juin 1830

Au cours de l’année 1827, un incident diplomatique entre le dey d’Alger Hussein et le consul français Pierre Deval - aujourd’hui connu comme l’épisode du « coup d’éventail du dey d’Alger » - a servi de prétexte à Charles X, alors roi de France, pour engager une conquête coloniale. Cet épisode marquera...

> 22 mai 1994 : dis tonton, tu vas pas nous lâcher en plein génocide ?!

En 1994, l’État français supervisait et participait au génocide d’un million de Tutsis. En une centaine de jours, l’État français et les autorités extrémistes rwandaises de l’époque accomplirent l’extermination d’une partie de la population rwandaise désignée comme ennemi intérieur. Le 22 mai 1994, le...

› Tous les articles "Militarisme / Armements"