Quand on comprend que les grenades sont un enjeu stratégique pour la doctrine du maintien de l’ordre…

464 visites

Le 2 décembre 2014, soit un peu plus d’un mois après l’assassinat de Rémi Fraisse par le maréchal des logis Jasmain, qui avait cru utile de lancer une grenades offensive de type OF F1 par dessus une grille pour disperser des manifestants en pleine nuit, l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale rendait son rapport sur le déroulé des événements.

Le déroulé des faits qui ont conduit à la mort de Rémi Fraisse

Dans le rapport de l’IGGN, on apprenait notamment que l’Escadron de Gendarmerie Mobile 28/2 était venu à minuit relayer l’EGM 47/3 sur la zone de Sivens, où le commandement du Groupement Tactique de Gendarmerie (GTG) s’était mis en tête de garder le contrôle jusqu’au lundi matin sur un terrain vague entouré de fossés et de grille appelé “zone de vie” et qui ne comprenait alors guère plus qu’un reste d’algéco incendié la veille. Les effectifs de cet escadron était de 72 gendarmes mobiles, composant 4 pelotons appelés Alpha, India, Charlie (divisé en deux) et Bravo.

Le rapport dit que les gendarmes subissent des jets de projectiles à partir de 00h25, soit juste après leur arrivée sur place, et font les premières sommations à 00h35 depuis un véhicule avec haut-parleur.

A 00h49, les gendarmes tirent les premières grenades lacrymogènes.

A 01h03, les gendarmes tirent les premières grenades à effet de souffle (contenant de la TNT), les grenades lacrymogènes instantanées (GLI F4) et les grenades offensive (OF F1). A partir de ce moment et au cours de la nuit, les gendarmes lanceront 237 grenades lacrymogènes, 38 grenades GLI F4, 23 grenades OF F1, ainsi que 41 balles de LBD 40.

A 01h40, d’autres manifestants viennent renforcer les premiers.

On apprend que le maréchal des logis Jean-Christophe Jasmain est à la fois équipé d’un LBD 40 et d’au moins une grenade offensive, ainsi que des jumelles infrarouges. Le dispositif d’éclairage du camion de gendarmes est cassé, mais Jasmain lance néanmoins sa grenade dans le noir, par dessus un grillage de 1m80.

Rémi Fraisse reçoit la grenade derrière la nuque, qui explose entre son dos et son sac, le tuant sur le coup.

A 01h45, les gendarmes récupèrent son corps.

A 01h53, son décès est signalé au Centre d’Opérations et de Commandement de la Gendarmerie (CORG 81), à 01h57 au Centre de Renseignement Opérationnel de la Gendarmerie (CROGEND), à 02h00 au Parquet d’Albi et à 02h08 au Directeur de cabinet du Préfet.

Avant 03h00, le SR de Toulouse, la BR de Gaillac et les techniciens en investigation criminelle du GGD 81 se rendent sur place et commencent les investigations, suivies des premières auditions par les OPJ à partir de 03h45.

...

La suite à lire sur : https://desarmons.net/index.php/2019/06/20/quand-on-comprend-que-les-grenades-sont-un-enjeu-strategique-po

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le gouvernement promet plus de moyens pour les flics

Depuis le mois de février, plus de 13.000 policiers et gendarmes ont pu faire part de leur doléances aux députés membres de la commission. Les conclusions ont été rendues le 10 juillet et préconisent sans surprise de dégager des fonds pour soutenir les détestés de tout le...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

>Zineb Redouane, assassinée le 1er décembre 2018 à Marseille

Zineb est décédée des suites de la blessure occasionnée le 1er décembre 2018 par une grenade lacrymogène qu’elle a reçu dans le visage à la fenêtre de son appartement marseillais. Elle est une victime emblématique des violences policières à l’œuvre depuis l’automne 2018 dans le cadre de la répression des...

› Tous les articles "Guerres - Armements"