Rassemblement de soutien à Samir, en taule depuis 40 mois suite à une manif’ lycéenne

3610 visites
6 compléments

Samir a été arrêté il y a trois ans et demi, en décembre 2008, au cours d’une manifestation lycéenne. Seul manifestant à être placé en détention pour avoir, avec d’autres, retourné une voiture sur la chaussée, il prend 8 mois en comparution immédiate. Depuis, à chaque fois qu’il approche de la fin de sa peine, par hasard évidemment, il est à nouveau condamné pour des embrouilles avec les surveillants. Sa peine a ainsi été rallongée de 12 mois dans un premier temps, puis de 14, et encore de 12 en janvier 2012 !

Au bout 40 mois, Samir est aujourd’hui incarcéré à Bourg-en-Bresse et ne devrait sortir, au mieux, qu’en janvier 2013 ! Voici un récapitulatif de sa situation. Des proches appellent à à sa libération et à un grand rassemblement le 6 juin à 14h devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon ! N’ajoutons pas le silence à l’infamie. N’oublions pas Samir !

Samir cumule tout ce qui dans cette société peut être reproché. Il est Arabe, il ne travaillait pas au moment de son arrestation et résidait à Vaulx-en-Velin. Le profil type pour passer par la case prison au moindre écart de conduite. Il a aujourd’hui 26 ans et déjà plus de 3 années de sa vie passées derrière les barreaux.

JPEG - 971.1 ko

Sa situation est finalement assez tristement banale – être condamné à plusieurs mois d’emprisonnement pour un geste dans une manifestation. Mais ce qui est frappant, c’est que plus le temps passe, plus la situation devient aberrante. Moins on voit comment Samir pourrait un jour sortir de prison.

C’est absurde et en même temps, dans la particularité de son cas, c’est la logique générale poussée à l’extrême de tout un monde qui s’y déploie. Un monde où le fait de retourner une bagnole en manif devient « destruction [sic] de bien d’autrui commise en bande organisée », où une bousculade avec des surveillants de prison agressifs et en supériorité numérique se transforme en « violences volontaires n’ayant pas excédé une interruption temporaire de travail de plus de 8 jours ». Ce qui arrive à Samir n’est pas la marge, l’exception de ce qui se passe en prison, c’est son sinistre fonctionnement quotidien : des surveillants qui ont toute liberté pour harceler les détenus qui ont le malheur de ne pas leur plaire ou de ne pas être assez dociles, des syndicats de surveillants qui les soutiennent et qui à chaque altercation se plaignent en exigeant plus de moyens avec une justice qui cautionne tout cela [1]. Et Samir au milieu de tout ça, qui enchaîne peine sur peine. La machine pénitentiaire fonctionne de sorte à ce que quand vous êtes dans son collimateur, tout est fait pour vous écraser. Il y a par exemple ce vieux sursis de plusieurs années de Samir qui tombe après une embrouille avec un maton, juste avant sa sortie en 2009. Il a les provocations répétées de certains matons. Il y a les amendes et surtout les dommages et intérêts exorbitants à verser aux matons « victimes » à chaque nouveau jugement au tribunal. Il y a l’impossibilité désormais de sortir vu son passé en prison [2]. Il y a ces deux matons qui l’accompagnent quotidiennement dans tous ses déplacements puisque l’AP le considère comme un détenu « violent » à l’encontre des surveillants. De quoi devenir vite dingue.

Dernières infos : le cycle semble ne jamais prendre fin. Après son transfert à Bourg-en-Bresse, quand sa mère vient le voir au parloir, il a le bras dans une attelle ; on ne sait pas quand ni comment ça s’est produit. Sur le moment, les surveillants refusent de lui transmettre son linge sale sans explications. La mère s’énerve, demande des explications et est aussitôt interdite de parloir.
Le 23 avril, éclate une altercation entre Samir et un maton, il est immédiatement placé au mitard. Il entame alors une grève de la faim.
Le 30 avril, une personnelle du SPIP (le Service pénitentiaire d’insertion et de probation) annonce à sa famille qu’il est sorti du mitard, apparemment sur ordre d’un médecin, et qu’il a arrêté sa grève de la faim.

Pour sa libération, le
rétablissement des par­loirs avec sa mère ainsi que la fin des vexa­tions,
bri­ma­des et autres pro­vo­ca­tions à son encontre, rassemblement le 6 juin à 14h devant le Tribunal de
Grande Instance de Lyon.

JPEG - 534.4 ko

Notes

[1Il faut savoir qu’à chaque altercation avec un surveillant, le détenu passe au prétoire (commission de discipline interne à la prison) où il est susceptible d’être envoyé au mitard, il peut passer aussi devant un tribunal qui allongera sa peine de prison et il n’aura plus droit aux réductions de peine.

[2En 2011, le Tribunal de Grande Instance de Vienne a refusé qu’il sorte du Centre Pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier sous le régime de la semi-liberté alors qu’il avait pourtant un employeur et qu’il n’avait jamais eu de problèmes dans cette prison avec un détenu ou un surveillant : « Au regard de son mauvais comportement, Monsieur Tafer ne justifie pas d’efforts sérieux de réadaptation sociale pendant son incarcération permettant d’envisager l’octroi d’un aménagement de peine. Il convient de rejeter sa demande. »

mercredi 6 juin 2012

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 15 avril 2013 à 10:31

    Oui oui oui, il a dû sortir en octobre là si je me trompe pas.

  • Le 14 avril 2013 à 07:42, par moimeme

    Bonjour j’aimerai savoir si Samir a enfin ete liberer ? merci de me tenir au courant.

  • Le 7 juin 2012 à 00:54

    zoralarousse : « on n’est pas obligé.e.s d’attendre le lendemain de la Révolution pour avoir des exigences par rapport à la Justice »

    C’est ça la révolution, le combat permanent pour minimiser sans attendre l’emprise de la connerie généralisée sur nos vies et celles des autres dans ce cas précis !

  • Le 6 juin 2012 à 18:19, par dominique

    Je n’ai pas pu venir pour des raisons persos
    mais tout mon soutien à SAMIR !

  • Le 5 juin 2012 à 20:06

    J’en profite pour relayer cette info scandaleuse :
    un autre cas d’arbitraire et d’abus de pouvoir par controleurs sncf et policiers,et comme d’habitude la « justice » les soutient aveuglement..
    http://www.leprogres.fr/rhone/2012/06/05/quai-de-la-honte-le-voyageur-condamne?signin=1

  • Le 30 mai 2012 à 10:43, par zoralarousse

    « dans la par­ti­cu­la­rité de son cas, c’est la logi­que géné­rale pous­sée à l’extrême de tout un monde qui s’y déploie. »

    En effet.

    Il est fait, dans l’un des textes mis en lien, un appel à lui envoyer des courriers pour le soutenir moralement, mais on n’a pas ses coordonnées (n° d’écrou, etc). D’autre part, pour ce volet, un travail en lien avec l’atelier d’écriture à l’attention des prisonnier.e.s, qui se déroule les mercredi, ne pourrait-il pas permettre une meilleure dynamique et pour lui, et pour les autres prisonnier.e.s ?

    Autre chose : il n’est pas bien clair à quelle occasion il y a le rassemblement appelé le 6 juin devant le TGI. Je suppose que Samir passe de nouveau en procès ce jour-là ? Du coup : dans quelle chambre, etc - pour les gens qui ne peuvent venir à 14h pile et vont se retrouver plantés dans le tribunal sans ces infos...

    (im)moralité de cette histoire : viens en manif pour défendre tes droits, à la moindre erreur ou faute, tu risques 3 ans de taule et plus (c’est une durée indéterminée, pour bien ajouter à ton supplice). Viole ta ou ton gosse pendant des années, t’auras même pas une convoc’ au comico pour rendre compte de tes actes si devenu.e adulte, il.elle porte plainte... à croire que la Justice française a décidé de stigmatiser les militant.e.s, et d’assurer l’impunité aux auteurs d’actes réellement destructeurs de personnes autour d’eux.
    Après, je suis pas d’accord avec les sanctions (prison, etc), qui me semblent barbares. Mais déjà dans leur répartition selon les actes, il y a un gros problème. Samir et d’autres en font les frais. Et on n’est pas obligé.e.s d’attendre le lendemain de la Révolution pour avoir des exigences par rapport à la Justice, toute bourgeoise, patriarcale et racialisante (à l’image de la société dont elle est issue), qu’elle est !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info