Recensements, expulsions, charters : Valls marche à pas de Guéant

1875 visites
3 compléments

Alors que tous les dirigeants socialistes poussent des cris d’orfraie contre Nadine Morano qui déclare publiquement qu’elle partage les mêmes valeurs que les électeurs du Front National, à Lyon, Grenoble et Toulouse, Manuel Valls, lui, applique scrupuleusement la même politique que Claude Guéant à l’égard des roms.

.

Grenoble, mercredi 22 mai
A 6 heures du matin une centaine de policiers entoure le camp de La Tronche occupé par des roms. Les enfants sont réveillés dans leur sommeil. Ils hurlent, c’est la panique. [1]
140 personnes sont « recensées » selon les termes de la police. Une vingtaine d’Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) est délivrée à la chaîne, toutes sont rédigées sur le même modèle. Deux personnes sont conduites en rétention.
Depuis l’élection de François Hollande, les expulsions se multiplient à Grenoble. « C’est le grand nettoyage de printemps avant les vacances, comme en 2010 et 2011. Rien ne change » s’indigne un militant.

Toulouse, mercredi 6 juin
Un campement de roms situé le long de la Garonne qui abritait une trentaine de personnes est démantelé. La police est arrivée avec un bulldozer et a détruit toutes les cabanes. [2]
Avec les 2 évacuations opérées par la police la semaine précédente, ce sont plus de 100 personnes qui sont jetées à la rue en quelques jours.
Cette fois-ci, c’est la supposée dangerosité du site qui est mise en avant. Avec une possible montée des eaux, les personnes seraient en danger.
La préfecture doit estimer que pour des enfants et des nourrissons, dormir à la rue, sous la pluie, sans abri, exposés aux dangers de la rue, c’est un sort beaucoup plus enviable.

Lyon, jeudi 14 juin
Environ 50 roms se retrouvent à Perrache pour attendre le car qui les conduira à l’aéroport où ils seront rejoints par d’autres en provenance de Saint-Etienne. Un charter a été spécialement affrété pour eux par l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), direction Bucarest.
L’OFII est toujours dirigé par Arno Klarsfeld, l’ex-boyfriend de Carla Bruni Sarkozy, qui déclarait qu’on pouvait bien renvoyer les roumains chez eux, car ce n’était quand même pas Auschwitz [3]
C’est la seconde expulsion collective à Lyon qui se fait sous le couvert de l’aide au retour humanitaire depuis l’élection de François Hollande. La précédente a eu lieu le 10 mai et à l’époque, on nous avait expliqué qu’on ne pouvait pas l’attribuer au nouveau gouvernement.
Pour ceux qui auraient des doutes sur la politique de messieurs Hollande et Valls à l’égard des roms, le prochain voyage tous frais payés organisé par le gouvernement socialiste au départ de Lyon et à destination de la Roumanie est prévu début juillet.

En ce moment à Lyon, d’après les associations, les descentes se multiplient dans les camps. Un militant témoigne : « La police enchaîne les descentes pour recenser et préparer les expulsions. La situation a été calme après les présidentielles et là, depuis 3 semaines, on dirait qu’ils préparent un remake de l’été 2010. »

En novembre 2011, le Comité Européen des Droits Sociaux (CEDS) a pourtant qualifié les expulsions collectives de roms comme étant "discriminatoires" et "contraires à la dignité humaine" car fondées sur l’origine ethnique des personnes concernées. Il s’agit d’ « une violation aggravée des droits de l’homme" selon le Conseil de l’Europe. Même le prétexte des retours volontaires est balayé par le CEDS : « Ces retours dits volontaires ont en pratique déguisé des retours forcés sous forme d’expulsions collectives ».

Le 27 mars 2012, François Hollande, candidat à la Présidence de la République, écrivait à Romeurope : « J’ai toujours dénoncé, et je continuerais à le faire, la stigmatisation dangereuse lancée par le candidat sortant en août 2010 à l’égard des populations de Roms : expulsions brutales à répétition, stigmatisation toujours plus forte d’une population, interdiction de travailler et de se former, reconduites aux frontières sans résultat… » [4].
Même Manuel Valls, lors de sa passation de pouvoir le 17 mai avait déclaré devant Claude Guéant et les caméras : « Il n’y aura ni angélisme, ni course effrénée aux chiffres, ni stigmatisation de communautés, d’une catégorie par rapport à une autre… » [5].

Il paraît que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent…

Le 12 juin, à propos de la réforme de l’espace Schengen, Daniel Cohn-Bendit a accusé Manuel Valls de s’être glissé « dans les pantoufles de Claude Guéant » [6]
Valls ne se contente malheureusement pas de se glisser dans les pantoufles de Claude Guéant. Il enfile le costume tout entier et trouve que cela lui va comme un gant.
Et si jamais certains pensent encore que l’habit ne fait pas le moine, le nouveau ministre de l’intérieur met un point d’honneur à appliquer scrupuleusement la même politique raciste et xénophobe que son prédécesseur à l’égard des roms : expulsions de camps, recensements, délivrance d’obligation de quitter le territoire, reconduites à la frontière et charters…

Décidément, pour les roms, le changement, c’est pas pour maintenant.

Philippe Alain

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 juin 2012 à 22:41, par Zog-Zog

    Comment se fait il que je n’apprennes que maintenant l’expulsion collective ayant lieu le 14mai a lyon ? Personne ne le savait ? Ou sinon, ou pourrais-je trouver les infos relatives a ce genre de fait AVANT que ca ne se produise ? Merci !

  • Le 16 juin 2012 à 22:53, par zoralarousse

    Ce qui est immoral, c’est la méconnaissance de la réalité vécue par des personnes comme toi et moi, ici juste à côté, juste parce qu’elles n’ont pas la bonne nationalité.

    Combien d’habitant.e.s de l’Etat français savent, concrètement, comment en leur nom sont traités des alter ego ?
    Et, surtout peut-être, combien veulent savoir ?

    Peut-être est-ce plus pratique de les oublier, et de laisser faire l’Etat pour nous en « protéger »... tant il est vrai qu’à nous, les « civilisé.e.s », ne peut être proposé par ces gens considérés non comme des alter ego, mais comme des boulets sous-développés (style comme sur le dessin du black souriant sur le banania du matin), que l’apport bien encombrant de « toute la misère du monde ».
    C’est vrai, nous ne pouvons accueillir « toute la misère du monde ».

    Les « civilisé.e.s » méprisant.e.s, ont oublié que lorsqu’on accueille des gens, on n’accueille pas toute la misère du monde, mais toute sa richesse, et qu’il existe d’autres civilisations que celle qui regarde le monde de si haut.

    Tant qu’en Europe occidentale, la majorité considérera « les immigré.e.s » comme cela, il y aura des charters, il y aura des centres de rétention, il y aura des mort.e.s dans les bateaux en méditerrannée, il y aura des Wissam en métropole, parce qu’un fils de métèque c’est toujours un métèque et sa vie vaut rien puisque ce n’est pas un alter ego, etc.

    Tant qu’en Europe occidentale, ce sera comme ça, le FN ou d’autres porteurs de ses idées fleurira, et les charters et la brutalité avec.

    C’est donc cela qu’il faut changer. La question est : comment ?
    Par des camps autour des camps de rétention (comme celui de satolas) ?
    Comment ?

  • Le 15 juin 2012 à 20:06, par en colère !!!

    A quand des camps de protestation devant les centres de rétentions !!....

    Pourquoi ne pas organiser un mouvement à l’échelle national dans le même genre que les indignés ou les campements des don quichottes pour protester contre toutes cette législation facho qui ne fait qu’entacher notre propre image de citoyen français, qui tolère cette législation post-nsd....

    Intensifions la solidarité administrative, les sans papiers ont besoin de bénévoles pour les suivre dans les différents recours juridiques afin d’éviter leur expulsion. Beaucoup ne savent pas lire le français...

    RESF c’est très bien et heureusement que ça existe, mais ça manque de pep’s !!
    Ils ont besoin d’une dynamique jeune car la lutte est usante et fatigante ; les bénévoles des assos d’aide aux sans papiers sont généralement des personnes à la retraite, l’énergie demandé est tout de même conséquente.. plus de solidarité de la part de la jeunesse !!!
    Il faut intensifié la solidarité administrative

    Pour l’organisation des camps, ça se fait de plus en plus.
    Ils ont fleuris à notre dame des landes, sur les occupations des don quichottes, aux projet OL land, avec les indignés, et même dans les squats,etc....
    Ils permettent une visibilité des forces militantes, et aucun n’a encore été organisé pour les sans papiers !!

    Profitons d’un pseudo gouvernement « Socialiste » pour qu’au moins le bruit de la rue soit entendu !!

    Ces lois sont immorales, il faut vraiment faire quelque chose

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info