Site collaboratif d’infos alternatives

Rentrée tendue au lycée Doisneau de Vaulx-en-Velin

553 visites
Vaulx-en-Velin

L’année passée, le personnel du lycée Doisneau c’était mis en grève pendant 10 jours afin de demander des moyens supplémentaires qui finalement avait été attribué par l’inspecteur d’académie. En cette rentrée, c’est la soupe à la grimace, l’élection de Macron a remis en cause toutes les avancées gagner par la lutte. Un nouveau bras de fer semble donc inéluctable.

Les personnels du lycée Doisneau réunis ce vendredi premier septembre dénoncent les conditions de rentrée dans leur établissement. En effet, suite aux différents mouvements de grève de l’an passé (1 jour en janvier et 1 semaine en mars), des engagements pris n’ont pas été tenus (sur le temps de présence de l’assistant social et sur des moyens supplémentaires pour dédoubler). Enfin les effectifs de vie scolaire ont diminué malgré une augmentation de 60 % des effectifs.

Malgré un effectif global de 791 élèves – hors arrivants à venir d’UPE2A [1]–, les effectifs et les moyens consacrés à la vie scolaire ont diminué ! Les personnels « vie scolaire » devront effectuer leurs missions avec un demi poste et 6 heures hebdomadaires en moins, alors même que de nouvelles responsabilités leurs ont été attribuées : encadrement d’études dirigées en seconde, renforcement de l’encadrement de l’internat… Les CPE, par exemple, sont désormais mobilisables de 7h à 21h pour l’internat (50 élèves) , ce qui aura inévitablement pour effet de réduire leur disponibilité concernant la gestion ordinaire de la vie scolaire, alors même que ces tâches sont essentielles au bon apprentissage du vivre ensemble et à l’instauration d’un climat scolaire serein, à l’accueil, à l’écoute et à l’attention portés aux élèves. Les personnels s’inquiètent d’ores et déjà des conditions dans lesquelles ils vont devoir effectuer leurs missions, et de la surcharge de travail à laquelle ils risquent d’être exposés.

Il est inconcevable qu’avec une augmentation de 300 élèves en 5 ans (491 élèves en 2012), les effectifs vie scolaire reculent ainsi. Une nouvelle clef de répartition avait été évoquée par M. Arène en mars dernier, avant que celui-ci ne se dédise lors de l’audience du 5 juillet. Nous réclamons donc aujourd’hui que soient attribués à notre établissement des moyens provisoires de 3 postes d’AED et d’un poste de CPE, et que soit fixée une nouvelle clef de répartition pour la rentrée 2018, plus conforme aux besoins d’un lycée situé en zone d’éducation prioritaire.

Par ailleurs, M. Couturaud, ancien Inspecteur d’Académie, s’était engagé à examiner les « points de blocage » de la DHG. Sur ce point non plus, la parole donnée n’a pas été respectée, bien que nous espérions que, malgré l’alternance politique, il y aurait une continuité de la parole et des engagements institutionnels. Nous déplorons notamment qu’aucune des heures de renforcement disciplinaire dont bénéficiaient encore les élèves de première et de terminale il y a deux ans n’aient été attribuées cette année, au mépris de la spécificité de notre établissement et de notre public, issu des quatre collèges « REP+ » de la ville. De la même façon, nous trouvons inadmissible la disparition de l’enseignement des mathématiques en UPE2A.

Nous avons également dû constater à regret que le dispositif de tutorat qui existait en seconde disparaît cette année (1 heure hebdomadaire), alors même qu’il permettait de seconder le professeur principal dans ses missions d’écoute, de conseil et d’orientation des élèves.

Enfin, nous avons appris avec grande stupeur que les engagements pris quant au poste d’assistant social n’ont pas été respectés seul une demie journée de présence supplémentaire par quinzaine sera accordé au lieu d’une journée supplémentaire par semaine.

Nous regrettons également que ce dernier dispositif n’ait été instauré qu’au détriment d’un autre établissement scolaire.

Devant l’ampleur des reculs constatés en cette rentrée, en contradiction avec les engagements qui avaient été annoncés au printemps, les personnels ont dès à présent prévus de se réunir en septembre, afin de décider des suites à donner. Il est dores et déjà prévu d’alerter les fédérations de parents d’élèves sur la situation. Il en va non seulement des conditions d’enseignement et d’apprentissage au lycée R. Doisneau, mais aussi, plus généralement des conditions de travail de tous les personnels de notre établissement.

Les personnels du lycée Doisneau, soutenus par les sections syndicales CNT, FO, SGEN et SUD de l’établissement.

Forte mobilisation au lycée Doisneau : personnels et élèves solidaires pour des conditions d’enseignement dignes

Afin d’obtenir des conditions d’enseignement dignes et face à la surdité de leur administration, ce sont plus de 70% des profs et surveillants du lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin qui étaient en grève ce mardi 14 mars. En solidarité, une grande partie des élèves a décidé collectivement de venir se (...)

17 mars

Notes

[1Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants, c’est à dire classe d’adaptation pour les élèves étranger ne parlant pas couramment le français

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"
}