Site collaboratif d’infos alternatives

Dans la psychiatrie publique, des restrictions budgétaires au prix de la santé des patients et des salariés

1 complément

Les salarié·e·s de l’hôpital psychiatrique de Lyon sont en grève le 29 mai. Ils et elles se mobilisent contre les restrictions budgétaires imposées par l’Agence Régionale de Santé et la dégradation des conditions de soin et de travail qu’elles entraînent. Entretien avec Jean-Noël, électricien, et Mathieu, infirmier, syndicalistes à la CGT Vinatier.

Mathieu.- Le Vinatier subit des restructurations successives depuis plusieurs années. Jusqu’ici, cela se traduisait par des augmentations insuffisantes de budget. En 2017, l’Agence régionale de santé (ARS) [1] a carrément décider d’enlever 3,5 millions d’€ au budget de l’hôpital. C’est l’équivalent de 80 suppressions de postes. Au Vinatier, on aurait trop de moyens par rapport à notre fonctionnement.

« Vous avez trop de moyens », qu’est-ce que ça veut dire pour l’ARS ?

Jean-Noël.- C’est bidon ! Au contraire, on manque de moyens. L’hôpital est déjà plein toute l’année. Certains patients n’arrivent pas à se faire hospitaliser.

M.- C’est une répercussion locale du Pacte de solidarité. L’ARS ne fait qu’appliquer la politique du gouvernement qui veut récupérer plusieurs milliards sur le budget des hôpitaux. Ça représente nationalement au moins 3 milliards pour 2017 avec un objectif de 22 000 suppressions de postes sur les 3 ans à venir.

J-N.- On n’a pas de raison d’accepter ça parce que cet argent est perdu. Il est redistribué, selon le gouvernement, pour « relancer l’économie », à travers le CICE [2]. En fait, il est donné aux entreprises à fond perdu : elles l’encaissent, elles n’embauchent pas, elles le reversent directement à leurs actionnaires. Donc les 3,5 millions du Vinatier vont finir dans les produits de luxe ou la finance alors qu’ils sont bien plus utiles ici pour des postes d’agents de ménage, d’infirmier·es ou d’aides-soignant·es.

Quelles sont les marges de manœuvre des chefs de service vis-à-vis de ces restrictions budgétaires ?

J-N.- Ils peuvent au moins se positionner. Certains l’ont fait, par écrit, disant que ce n’était plus acceptable. C’est le cas de la médecin-chef de géronto-psychiatrie qui s’est positionnée contre toute fermeture de lits.
Elle voit bien que les patient·es qui arrivent de maisons de retraite auraient dû venir plus tôt. Parce qu’une fois qu’on est psychiquement malade, le physique se détériore aussi rapidement. Il faut dp,c d’abord nourrir et hydrater certain·es patient·es qui arrivent, avant de pouvoir s’occuper de leurs problèmes psy. Si on ferme encore 25 lits en géronto-psychiatrie, ces patient·es risquent de décéder dans leurs maisons de retraite.

Quand les restrictions budgétaires détériorent les soins

J-N.- Dans certains services, comme on manque de lits, on met la pression sur les équipes pour qu’elles fassent sortir les patients plus rapidement. On apprend parfois que des patients sortis trop tôt sont décédés à la rue. On a eu deux témoignages de ce type cette année. Donc l’hôpital ne remplit plus sa mission.

M.- Les personnes qui sortent trop tôt se retrouvent totalement démunies. Soit on les renvoie à la rue, soit on les renvoie de force chez elles. En plus, les Centres médico-psychologiques (CMP) ou les hôpitaux de jours, ces structures qui sont insérées dans les quartiers, sont aussi complètement saturés. Il y a deux ou trois mois d’attente en psychiatrie adulte pour obtenir un rendez-vous. En pédopsychiatrie, pour les enfants, c’est un an voire deux ans pour un rendez-vous.

Avec quelles conséquences ?

M.- Imaginez les familles des enfants ou des adultes malades qui doivent faire face à des situations difficiles et qui ne trouvent pas d’aide au niveau de la santé publique pendant ce temps. Il faut qu’elles se débrouillent… Du coup la situation des malades s’aggrave et ils arrivent au Vinatier en urgence, dans des situations de souffrance et de détresse très fortes.
Ces hospitalisations sont beaucoup plus violentes. Une personne complètement délirante peut alors se retrouver en soins sous contrainte avec ce que ça implique : non-considération du consentement, passage devant le juge des libertés, isolement…
Les répercussions sont très importantes, les traumatismes s’accumulent. Certaines se retrouvent en prison parce qu’on n’a pas réussi à les prendre en charge et qu’elles ont fait des petits actes de délinquance. S’ajoute alors le vécu de la détention… C’est un cercle vicieux : toute une partie de la population est laissée à elle-même. Et la réponse c’est du répressif, soit avec la prison soit avec des soins sous contrainte.

Pour les personnels, des conditions de travail dégradées

J-N.- Dans les services, il y a alors plus de violence. Avant, il y avait davantage d’hospitalisations libres : des personnes qui ne se sentaient pas bien demandaient à venir à l’hôpital. Il n’y a plus de place pour ces personnes-là. Aujourd’hui, les seules qu’on accepte sont celles qui sont en crise. Ça change l’ambiance dans les unités de soin.
Je suis au CHSCT [3] et on intervient souvent pour les problèmes de violence que les collègues ont du mal à gérer. Parmi les accidents de travail, les plus courants sont les violences de patient·es. Des patient·es qui sont frustré·es parce qu’on ne s’occupe pas d’eux… mais la principale cause c’est le manque de lits, le manque de prévention et de moyens.

M.- Dans les équipes, avec les restructurations qui arrivent, les programmes de travail sont en train de changer. Chaque service sert de test pour tenter une nouvelle organisation de travail. On baisse les effectifs, on change les amplitudes horaires, les manières de faire.
Par exemple, les agent·es de service hospitaliers (ASH), chargé·es du ménage, sont en très nette diminution. Avant, pour une unité, ils pouvaient être quatre. déjà, ils et elles s’en sortaient très difficilement. C’est une catégorie de personnel qui souffre beaucoup, avec de nombreuses maladies professionnelles liées aux tâches répétées et aux très grandes surfaces à nettoyer. Désormais, au lieu d’être quatre, ils vont se retrouver à deux et demi et on va changer leurs amplitudes horaires. Des aides-soignant·es vont donc devoir faire une partie du travail de ménage, ce qui va les éloigner du travail auprès des patients. Les infirmier·es vont alors se retrouver à faire des tâches d’aides-soignant·es, ce qui va les écarter de leur rôle initial... Et pour finir, une grosse pénurie de médecins se dessine.

Donc la dégradation des conditions de travail va de pair avec celles du soin ?

M.- Oui, on a beaucoup de mal à faire ce qu’on appelle de la « contention psychique », c’est-à-dire de la présence auprès des personnes, discuter, essayer de calmer des situations. On a moins de temps pour ça. Les personnes ruminent toutes seules et ça peut péter, d’où ces problèmes de violence.
On a des problèmes de non-remplacement de salarié·es en congés maladie. On laisse des services en sous-effectif pendant des mois. Avec des salarié·es qui reviennent sur leur temps de repos, qui changent tout le temps d’horaires, qui font des « soir matin » non-stop. Cela crée une fatigue qui vient s’accumuler à tout ça. On doit tout le temps pallier au manque et on s’épuise. Des médecins font des burn-out, ce qui n’arrivait pas avant. Eux aussi commencent à subir la dégradation des conditions de travail qui touchait déjà les autres employé·es.

Le fait que les médecins soient touchés modifie-t-il le mouvement social contre les restructurations ?

J-N.- Les médecins se sont exprimés récemment. C’était une première sur l’hôpital, en tous cas depuis très longtemps. 166 médecins sur 180 ont signé une lettre claire où ils dénoncent ce détournement d’argent vers la finance et racontent le quotidien. Ils se sont clairement positionnés en mettant de côté leur carrière et le chantage aux moyens qu’exerce la direction sur eux, du genre « si vous ne marchez pas dans notre politique, vous n’aurez plus de moyens ». On les a un peu aidés à le faire en allant les interpeller.

M.- Des médecins sont venus à des AG, à des mobilisations, ce qui est vraiment nouveau. Au Vinatier, on est en mouvement depuis novembre, ça ne faiblit pas et tous les corps de métier sont présents.

La fermeture des CMP : des déserts médicaux qui illustrent une médecine de classe

M.- De nombreux centres médico-psychologiques (CMP), qui assurent la psychiatrie dans les quartiers au quotidien, vont fermer. Cela va créer des déserts médicaux pour de nombreuses familles qui pourront difficilement se rendre en soins. Ils ferment ces structures en pédopsychiatrie dans des quartiers isolés ou défavorisés. Le CMP du quartier Bel-Air à Villeurbanne a déjà fermé. Ça va être le cas de celui de Neuville, de celui de Caluire…

Ce qui marque, c’est la logique de classes dans laquelle cette restructuration est faite

M.- Clairement. Je donne souvent l’exemple du secteur de Vaulx-en-Velin. Là-bas, c’est simple, il n’y a que la psychiatrie publique, il n’y a pas de privé. Il y a quelques années de cela, les deux unités de Vaulx ont été fermées. Ce n’est pas un hasard si c’est dans cette ville qu’on abandonne la psychiatrie publique.
Caluire, ce n’est pas un coin pauvre de Lyon. Avec la fermeture de son CMP, les familles auront à chaque fois près de deux heures de transport aller-retour pour aller dans le nouveau centre. Certains enfants y vont deux ou trois fois par semaine. Pour les familles, c’est impossible. Elles ne vont pas le faire.

Un combat de long terme, porté par les syndicats et des collectifs locaux

M.- Face à cela, les personnels ont décidé de se réunir en collectifs. C’est parti de quelques-un·es de Caluire qui ont contacté tous leurs collègues pour monter un collectif de pédopsys qui regroupe tous les corps de métiers. Ils et elles sont plus de 200 à avoir signer un appel. 60 à 70 d’entre eux se réunissent plusieurs fois par mois. Des syndiqués font aussi partie de ce collectif. On n’intervient pas en tant que CGT pour dire « Il faut que vous fassiez comme si ou comme ça », c’est le collectif qui vient nous voir pour des conseils juridiques ou déposer des préavis de grève. C’est assez nouveau sur l’hôpital. Un collectif de ce type est en train de se monter à Saint-Jean-de-Dieu (Lyon 8e), un autre à Vienne.

Pour les salarié·es du Vinatier, on est une grosse centaine à être très mobilisé·es, on fait environ deux grèves par mois depuis novembre. Il y a de la colère, on fait des AG avec du monde, des AG qui votent des actions. On avance vers des choses constructives : la grève du 29 mai se fait à partir de la CGT Vinatier et le collectif de pédopsy du Vinatier et s’étend à de nombreux hôpitaux de la région. C’est appelé par Sud, par la CGT et par les collectifs locaux. Et il y aura sans doute de nouveaux appels à grève, des AG et des actions en juin. Ce serait bien qu’il y ait aussi un appel national de la psy. C’est un combat sur le long terme qui s’engage.

Photo piquée dans un article sur le Vinatier publié par Rue89Lyon

Notes

[1L’ARS est l’institution qui décide du budget de tous les hôpitaux.

[2Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi

[3Comité Hygiène Sécurité Conditions de Travail

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 mai à 14:35, par inf en colère

    pour info, ce qui se passe aussi à l’hôpital psychiatrique de st jean de dieu à lyon :

    SUPPRESSION DES 11E POSTES INFIRMIERS,
    TOUTES ET TOUS MOBILISE-E-S !

    À Erasme, le 10 mai 2017, la cadre supérieure de santé réunit le personnel présent afin d’annoncer la fermeture du 11e poste infirmier, normalement affecté aux lits supplémentaires. Ce 11e poste infirmier est donc, du jour au lendemain, devenu un remplacement d’un congé maternité, d’ailleurs non remplacé depuis début mars. Il est également annoncé la possibilité d’un « renfort » d’un poste aide-soignant supplémentaire, comprenons là le remplacement d’un-e IDE par un-e ASD.

    L’effectif minimum le week-end et les jours feriés, constitué normalement de deux infirmier-e-s et d’un-e aide-soignant-e ne serait plus garanti à Erasme, l’essentiel étant de conserver 6 postes journaliers. Le 11e poste prendra donc fin début août, pendant les vacances, un choix judicieux qui plus est !

    Cette annonce est d’autant plus difficile à encaisser à Erasme, sans médecin depuis le mois de mars, et tournant déjà à 10 postes infirmiers sans remplacement de congé maternité.
    De plus, la hiérarchie demande une refonte actuelle du projet de soins de l’unité. Encore aujourd’hui une unité de soins institutionnels sur le G27, elle deviendrait un mélange d’unité de soins à temps complet et d’hôpital de jour. L’objectif étant de supprimer 10 lits et d’accueillir plus de patients du G27 en hôpital de jour. L’écriture du projet incombe à l’équipe, sans médecin, sans aucune garantie concernant les effectifs et les moyens si ce n’est des suppressions de postes à venir.
    Quel beau projet que ce « virage ambulatoire » tant vanté par l’ARS, lorsqu’on ne met les moyens ni sur l’intra ni sur l’extra-hospitalier ! Pour exemple la récente fusion du CMP-CATTP de Neuville sur Saône au Vinatier !

    Cette fermeture des 11e postes est annoncée de manière brutale dans tous les services concernés, sans avoir préalablement rencontré les IDE occupant ce poste. Nous ne sommes que des numéros !
    Les IDE concerné-e-s ne savent pas de quoi demain sera fait. Actuellement embauché-e-s en CDI, encore faudrait-il avoir des postes disponibles sur SJDD pour y rester !

    Belles économies de bouts de chandelles, où l’hôpital cherche à grapiller quelques centaines d’euros sur un poste. Belles perspectives pour les équipes, tournant à flux tendu en permanence, de se voir finalement « renforcer » par des intérimaires coûtant finalement plus cher à l’hôpital !

    Ce 11e poste concerne 7 infirmier-e-s sur l’ensemble de l’hôpital, où, nous nous en doutons bien, les équipes peuvent bien encaisser un coût de rabot supplémentaire sur les effectifs étant donné la charge de travail actuelle.

    Cette politique d’austérité sur l’hôpital concerne également les ASH, déjà dans le collimateur de la sous-traitance. Jusqu’où cela va-t-il aller ? Nous coûtons tous trop cher visiblement !

    Prendre soin des patient-e-s mais à quel prix ?

    Cette politique de réduction des effectifs se traduit en actes, celles d’agressions graves sur les soignant-e-s, à Magallon 2, à l’Orangerie, à Alphée pour ne citer que les plus récentes.
    Elle se traduit par une politique de sortie d’hospitalisation, toujours pour des raisons financières, de patients non stabilisés, qui reviennent quelques jours plus tard dans les UHCD, de tensions et de patient-e-s délaissé-e-s dans les services par des équipes débordées.

    La santé n’est pas une marchandise !
    Nous ne sommes pas des marchandises !
    Mobilisons nous pour conserver nos postes et nos effectifs !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Ouibus dégraisse : interview d’un gréviste

Un des douze irréductibles des OUIBUS en grève est venu récemment à l’AG de ville de Lyon avec un collègue. Ils nous ont raconté les deux journées ubuesques qu’ils venaient de passer chez celui qui se proclamait leur nouvel employeur, Faure Express. Nous avons depuis rencontré un salarié pour en savoir...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

Tou.te.s dans la rue le 19 juin

A l’appel du front social, manifestation à Lyon le 19 juin à 18H00 au départ de Hôtel de Ville. Ne laissons pas de répit à ce gouvernement de flics et de patrons ! C’est un petit millier de personnes qui sont arrivés, un peu avant 20h place Carnot au point de dispersion de la...

Assemblée de luttes contre la casse sociale

Appel à une Assemblée de Luttes, mercredi 14 juin à la Bourse du Travail. "Depuis l’entre deux tour, les Assemblées de Luttes à la Bourse du Travail tentent d’apporter un soutien aux luttes locales (salarié.e.s en grève : Total, Ouibus Perrache, Samsic…) tout en proposant un lieu de convergence visant à...

Appel du 18 joint

L’appel du 18 joint 2017, de Lyon aura lieu le 24 juin 2017 à 18h, au parc des berges (tram T1 : arrêt Halle Tony Garnier). Soirée festive avec Bredda Soundsystem

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"