Six mois de prison ferme requis contre un flic lyonnais jugé pour agression sexuelle dans le cadre de ses fonctions !

1333 visites

Selon LyonMag en 2011, huit femmes avaient déposé plainte contre le policier Fabien Gasseaux, pour des agressions sexuelles, commises dans l’enceinte du commissariat alors qu’elles venaient à la base déposer plainte. L’IGPN, la police des polices, a depuis mis au jour onze personne « potentiellement victimes » des agissements de ce policier.

Celui-ci était jugé le mardi 2 février 2016 devant la 6e chambre correctionnelle du TGI de Lyon pour agression sexuelle aggravée.

On apprend dans ce procès, que le flic s’est livré à un long et minutieux examen de toutes les parties du corps de ces femmes. Il leur demandait de retirer leur soutien-gorge « parce que l’armature du soutien-gorge laisse des traces sur la peau, et qu’il faut être certain qu’il ne s’agit pas de traces de coups », explique-t-il à la barre du tribunal.

Photographiant ces femmes victimes de violences, il les poussait à se dévêtir entièrement afin de rechercher méticuleusement des prétendues traces de coups et blessures. Bizarrement, il n’a pourtant jamais pratiqué cette méthode qu’il prétend « sophistiquée », sur des hommes ...

S’il a été révoqué de la police nationale depuis le 7 août 2012, le type ne s’est pourtant pas dégonflé et a déposé un recours devant le tribunal administratif (toujours à l’étude) et espère réintégrer la police nationale.

En attendant le délibéré du tribunal qui est attendu pour le courant du mois, il sévit comme vigile dans une grande surface.

Le ministère public a quant à lui, requis 18 mois d’emprisonnement, dont 12 avec sursis.
Ce qui fait 6 mois ferme...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Exarchia - it’s all fucked up !

Exarchia, haut-lieu du mouvement anti-autoritaire, de contestations et de luttes politiques, est probablement confronté à la plus grande vague de répression étatique depuis longtemps : l’« Operation Law and Order » et l’abolition de l’asile universitaire. La lutte pour la vie et la survie autodéterminées...

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>G7 de Biarritz : un militant et journaliste allemand arrêté à Dijon

En prévision du G7 qui doit se tenir à Biarritz du 24 au 26 août, un militant et journaliste allemand a été arrêté à Dijon la semaine dernière. Sur de simples soupçons, au mépris de la présomption d’innocence, il a été expulsé en Allemagne avec une interdiction de séjour en France (où il travaille) jusqu’au 29 ...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>La Décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal « La décroissance, journal de la joie de vivre » édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal diffuse...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"