Soirée autour de la prostitution et du travail du sexe

2144 visites
3 compléments

Le collectif « les langues de putes » présentent une projection-débat sur le thème de la prostitution et du travail du sexe au Boulon Vendredi 15 février à 19h00. L’objectif de la soirée consiste à prendre à rebours les discours de victimisation produits sur la prostitution en remettant au centre des débats la parole des principales intéressées.

Projection de “La Putain de compile”

Un projet réalisé par les Panthères roses (Mouvement queer radical), en collaboration avec Les Lucioles (collectif de vidéastes) et Stella (association luttant pour les droits des travailleuses et travailleur du sexe) mettant en avant d’autres discours sur le travail du sexe que celui de la représentation dominante. Parce qu’il y a grand besoin de s’ouvrir à la parole des personnes principalement concernées : les travailleurs et travailleuses
du sexe.

Discussion-Débat

Face à la répression et à la réprobation sociale donnons la parole aux putes.

GIF - 22.1 ko

“J’ai vendu mes pieds et mes jambes dans des restaurants et des fast-food pour un smic, j’ai vendu mes mains, mes bras dans des hotels minables et des centres de vacances, j’ai vendu mon dos dans un garage, j’ai vendu tout ça pendant des années pour le smic[...] ben je le vends mon sexe, ça me fatigue moins. Je vends mon sexe parce que le travail me fait vomir, et là je travaille peu pour assez d’argent. Je vends mon sexe parce que le patron ne me coince plus toute seule avec lui dans l’atelier en me faisant comprendre que le contrat de travail sous-entendait autre chose. Je vends mon sexe parce que les hommes dans le travail salarié ont voulu m’humilier et cette violence est incomparable à celle du travail de pute. Je vends mon sexe parce que je ne veux pas mettre mon réveil le matin. Je vends mon sexe parce que si j’ai pas envie d’y aller, j’y vais pas. Je vends mon sexe parce que je suis une libertaire autonome, parce que j’ai parfois fait du sexe sans désir pour autre chose que de l’argent et je crois que c’est utile dans une société libre, parce que comme féministe je veux disposer librement de mon corps et la prostitution m’en laisse plus la possibilité que les autres boulots que j’ai pu faire.”

  • Le 28 février 2008 à 03:41, par SiiL’

    Je n’étais pas revenu sur cette info depuis que la soirée a eu lieu.

    Ambiance bonne enfant, « feutrée », il fallait tendre l’oreille pour bien comprendre ce qui se disait.
    À noter en particulier qu’en fait de « projection-débat », il n’y a eu que la projection. Ce qui s’est ensuit n’avait rien à voir avec un débat. Une version des faits était donnée, et il y a eu très peu de voix pour soulever l’autre versant (« victimisant », et qui tend plus à l’abolitionnisme qu’au réglementarisme).
    Les gens du CLAS n’étaient pas là.

    Mais comme l’a rappelé par la suite, un peu violemment, un participant, « on n’était pas là pour débattre mais pour écouter »... dans ce cas, il fallait l’annoncer !

  • Le 19 février 2008 à 19:09

    Quelqu’un-e pour un compte rendu rapide de la soirée ?

  • Le 15 février 2008 à 01:44, par CP

    Le sujet sur la prostitution fait débat dans les forums de discussion comme pour l’article du CLAS sur le même sujet. Il semble que beaucoup de choses ont été écrites pour apporter des éclairages, des compléments d’informations, des points de vue différents, sur le forum lié à l’article.

    Comme ce nouvel article invite à une soirée débat sur le sujet, le plus simple est que tous les gens qui se sentent concernés ou intéressés par le sujet s’y rendent.

    Les compléments d’information liés à une différence de point de vue sur la prostitution ne seront pas publiés dans cet appel à soirée, rendez vous à la soirée et pour les plus énervés, relisez le forum de l’article du CLAS en attendant (Le manifeste du CLAS !! Deuxième partie).

    La modération

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info