Site collaboratif d’infos alternatives

Stéphane Bouillon, un délinquant nommé préfet de région

5810 visites

Stéphane Bouillon est le préfet de la région Auvergne-Rhônes-Alpes et du Rhône depuis le 11 octobre 2017. Avant de devenir responsable local de la police, ce haut-fonctionnaire s’est surtout fait connaître par ses ennuis judiciaires.

Delinquant : nom commun, Personne qui commet un délit

2012 : condamnation pour diffamation

C’est en 2012 que Stéphane Bouillon connait sa première condamnation. Il est alors directeur de cabinet du ministère de l’intérieur, sous les ordres de Claude Guéant, un autre délinquant notoire [1].

En avril 2012, peu après « l’affaire Merah », le ministère de l’intérieur annonce l’expulsion de cinq personnes présumées terroristes, suite à une note blanche des renseignements généraux. Parmi eux Ali, accusé à tort d’avoir joué un rôle dans les attentats de Marrakech en 1994. Il est expulsé devant les caméras de TF1.

Pour ne pas avoir vérifié les informations émanant des services de renseignement, Stéphane Bouillon est condamné à 800 euros d’amendes avec sursis et à 7 000 euros de dommages et intérêts pour diffamation.
Ali retourne en France deux ans plus tard, après que le tribunal administratif invalide l’arrêté d’expulsion « entaché d’excès de pouvoir ».

Cette condamnation ne l’empêche pas d’obtenir la légion d’honneur deux mois plus tard.

2017 : condamnation pour autorisation de permis de construire illégaux

Bouillon a également opéré dans le sud, où il a prouvé son attachement à la préservation du littoral…

Lorsqu’il est préfet de Corse-du-Sud, il attribue des permis de construire illégaux pour « réhabilitation de ruines ». Ceux-ci concernent un modeste restaurant ainsi que 7 villas en bord de mer, alors que ses propres services de la Direction départementale des territoires et de la Mer aient par quatre fois émis un avis défavorable.

Poursuivi par des associations de protection de l’environnement, il est condamné pour faute par le tribunal administratif de Bastia

Un amoureux de l’environnement

Nommé préfet du Paca en 2015, il se rend célèbre pour avoir autorisé, (avec l’accord de Manuel Valls, premier ministre à l’époque) l’entreprise Altéo à rejeter ses produits chimiques, les fameuses boues rouges, à proximité du parc national des Calanques.

Affaire(s) à suivre…

Notes

[1Claude Guéant a notamment été condamné en 2017 pour « complicité de détournement de fonds publics et recel » à deux ans de prison dont un ferme, assorti d’une peine d’amende de 75 000 euros, ainsi que l’interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans. Sa page sur Wikipédia est essentiellement remplie par les récits de ses déboires judiciaires, de nombreuses autres affaires dans lesquelles il est impliqué devant encore être jugées.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Les Lois Scélérates de 1893-1894

Ce texte de Francis de Pressensé est issus d’une brochure publié au Éditions de la Revue blanche en 1899. Cette brochure se compose de trois texte. Le premier, reproduit ici dans sont intégralité ’Notre Loi des Suspects’. Le second ’Comment ont été faites les Lois Scélérates’ d’un auteur inconnu et le...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

 La Grève des électeurs » est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale...

> Tous les articles "Politicaillerie"
}