TCL contre iPhone

1810 visites

Nous publions ici un article déjà paru dans un petit journal lyonnais daté du printemps 2011. Il présente « Un ticket ? », petite application pour téléphone portable qui connue son heure de gloire au début de l’année 2011. Elle permettait d’avertir une communauté virtuelle de la présence de contrôleurs sur le réseau TCL. Une possibilité de sortir de la débrouille individuelle à partir d’un outil numérique pour faire face à la question des TCL. L’application a depuis disparue, ses concepteurs n’ayant pas su résister à la pression que leur a mis Kéolis. Cependant, il semble qu’autres aient pris le relais : sur https://fr-fr.facebook.com/ControleurTclEnDirect, on peut trouver le même genre de partage d’informations.

Depuis le début de l’année, une petite société informatique propose une application iPhone avertissant des contrôles effectués dans les réseaux de transport en commun des grandes métropoles françaises : à Paris, Marseille, Toulouse, Lille et Lyon. D’après Keolis, cette discrète application dénommée « Un ticket ? » constitue une « véritable invitation à la fraude ».

PNG - 81.3 ko

Réponse hypocrite d’un des concepteurs « c’est juste pour gagner du temps »... Il se félicite par contre de la récente « explosion de l’utilisation d’Un ticket ? à Lyon. Tant mieux, il faut élargir le réseau d’informateurs : plus il y a de monde à l’utiliser plus l’information sera précise ». Ça marche un peu comme les avertisseurs de radar : dès qu’on voit un point de contrôle dans le métro, à un arrêt de bus ou de tram, on le signale via son smartphone. Et à tout moment les utilisateurs peuvent ainsi vérifier si la voie est libre ou non.

Bien sûr, utiliser ce genre de gadget implique de vivre connecté en permanence à son téléphone. C’est un peu comme choisir entre deux niveaux de contrôle : on évite l’amende TCL mais en continuant à se couler dans le dispositif téléphone portable (grâce auquel la police peut nous localiser à chaque activation, la boîte d’interim nous joindre à tout moment et où le moindre appel commence en règle général par une formule d’assignation : « t’es où ? »). Mais il y a cette évidence têtue : à mesure que se déploie un contrôle technologique de plus en plus serré, des usages frauduleux et des communautés suspectes frayent aussi leurs propres zones d’opacité, tracent des angles morts. Et émergent aussi ces sentiments étranges, expression d’une solidarité anonyme, un peu comme quand tout un cortège se masque pour faciliter le passage à l’acte de quelques vénères... Ainsi Clémence, sobrement présentée dans Le Progrès comme « une étudiante », explique de façon assez déconcertante son adhésion au dangereux réseau fraudeur : «  je vais installer [cette application] mais pas pour moi, moi j’ai la carte Técély. Cependant j’aime l’idée que ça puisse en aider certains ». Comme si même les bons citoyens, même les sujets métropolitains les plus intégrés, les mieux équipés en balises de tous ordres (iPhone, carte Técély, identité sociale à la fois flottante et déjà bien polarisée vers une carrière « dans le juridique »), pouvaient aussi parfois se laisser aller à désirer une rupture du contrôle généralisé. Une façon de se lier « à des amis qui fraudent parfois », mais surtout à tous ces gens qu’on ne connaît pas, et qui nous semblent sympathiques d’emblée parce qu’ils fraudent, sautent les portillons, font le mur. La foule des amitiés qu’on pressent là, dans la fraude, dans les voyages clandestins des incontrôlables plutôt que les flux bien réglés de clients en règle...

Au niveau des TCL, on prend cette menace très au sérieux. Les chiffres des utilisateurs d’un ticket ? n’ont pas été rendus publics mais il doit y en avoir suffisamment pour que Rivalta (le président du Sytral) sonne lui-même l’alarme avec son discours habituel sur la fraude : « quand quelqu’un ne paie pas c’est un autre qui paie à sa place » [1]. Et la direction des TCL ne compte pas en rester aux déclarations larmoyantes ; elle a saisi l’Union des transports publics pour faire condamner cette pratique et compte se lancer dans des contre-mesures dignes des guerres de nouvelles générations : développer des moyens techniques pour brouiller l’application incriminée ou s’inscrire sous des identités virtuelles pour diffuser des fausses informations. Les grands moyens, donc. Quoi qu’il en soit, la réaction des grosses boîtes de transports en commun français a eu l’effet escompté puisque les créateurs lillois ont décidé de retirer leur programme : « face à l’incompréhension des médias et des autorités de transport ».

Parce qu’il y a pire que la fraude : les arrangements, les petits liens qui pourraient se tisser entre les gens pour les rendre toujours plus résolus dans cette insoumission quotidienne. Voilà le fin mot d’une antique énigme, à savoir pourquoi les TCL menacent toujours de sanctionner plus lourdement les gens qui refilent leurs tickets plutôt que ceux et celles qui sautent les portillons ou se glissent à l’arrière des autobus.

Notes

[1Il s’y connaît, lui qui a perçu des dizaines de milliers d’euros d’indemnités juste pour sa participation à trois réunions. On pourrait compléter sa maxime : « quand quelqu’un touche un salaire de merde ou trois cent euros d’indemnités à la fin du mois c’est que quelqu’un d’autre se gave à sa place ».

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Informatique - Sécurité » :

>Cahier de vacances militant pour une rentrée sociale en beauté

Pendant les vacances d’été, l’activité politique et militante a tendance à s’endormir au profit des margaritas sur la plage et des balades en montagne pour essayer de trouver un peu de fraîcheur. On peut se désoler de cette situation, surtout quand le gouvernement en profite pour faire passer des lois...

>Parlons de Signal

Signal c’est l’application de messagerie chiffrée du moment. Son usage se répand, sans réflexions collectives sur ses conséquences. Signal modifie nos pratiques d’organisations, nos relations sociales et notre rapport à la sécurité. Voici une brochure proposant des pistes de...

>Et si on sécurisait nos échanges ?

Appels, SMS, réseaux sociaux... tous ces moyens d’échanges sont surveillés par les flics et pourtant nous sommes nombreux.ses à continuer de discuter de nos actions dessus. Si on changeait nos habitudes ?

› Tous les articles "Informatique - Sécurité"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

› Tous les articles "Transport"