Un an de taule pour une casquette et une bague en plastoc !

3457 visites
Comptes-rendus de justice 1 complément

Peines planchers, peines planchers, peines planchers, voilà les mots que la proc avait à la bouche pendant l’audience des comparutions immédiates du 16 mai.

Thibault a 20 ans, il a déjà défilé aux comparutions en novembre 2005 : il s’était pris plusieurs mois de prison ferme pour l’incendie d’un arbuste dans le centre ville.
Le 14 mai il s’est fait interpeller parce qu’il avait chourré une casquette et une bague en plastique (6 euros) à la Part Dieu. Pendant la fouille de la garde à vue, Thibault est nu et les policiers lui demandent de s’accroupir et de se relever plusieurs fois ; se sentant humilié il refuse, j’aime pas me baisser quand je suis nu explique t-il. Il repousse un policier qui veut l’attraper, lui met une baffe, le policier était trop énervé, je l’ai repoussé.
Thibault est célibataire, chômeur, il a un enfant, et a arrêté les études à 16 ans.
Le policier s’est fait faire un certificat médical avec une ITT [1] de 1 jour par un médecin (que l’on aimerait bien connaître pour bénéficier nous aussi de la largesse de ses arrêts de travail) et réclame rien moins que 500 euros d’indemnité, plus 300 pour les frais d’avocat. Pas besoin d’heures sup’ dans la police pour arrondir les fins de mois : il suffit de pleurnicher plus pour gagner plus.
Le procureur réclame la peine plancher pour le vol de la casquette et de la bague : un an de prison ferme avec mandat de dépôt. Vous avez bien lu, un an de prison ferme avec mandat de dépôt, c’est-à-dire qu’il part direct en prison sans aménagement de peine possible, pour le vol d’une casquette et d’une bague en plastique.

Le Tribunal lui met 6 mois de prison ferme et six mois de sursis pendant deux ans avec l’obligation de se soigner et de filer 500 euros d’indemnité et 100 euros [2] au flic.

P.-S.

- Vous pouvez retrouver régulièrement les récits de comparutions immédiates sur le site Compim-Lyon ou dans le dossier qui leur est consacré sur Rebellyon.
- Un observatoire des comparutions immédiates à Lyon est en cours de création, afin d’amplifier la veille judiciaire et la collecte des témoignages sur les comparutions immédiates.

Notes

[1« Période pendant laquelle il n’est pas possible de faire les actes ordinaires. »

[2Au titre de l’article 475-1.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 mai 2008 à 11:10, par keenoc

    Police partout, justice nulle part.
    Bientôt on prendra 20 ans de bagne pour un morceau de pain, ça vous rappelle quelque chose ? Et le pov gamin dans tout ça personne n’y a pensé.Quelle justice à deux balles.Et ces connards de flics toujours sympas à la téloche, mais qui te traite de pédé et d’enculé dans les mannifs.Quant au médecin alors là no comment...c’est une grosse merde de conivence.J’espère que ce garçon aura une remise de peine car pour l’instant son gosse n’a plus de papa...à cause d’une casquette.Chapeau !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

>Bref retour sur la répression de la manifestation contre la LSG

Suite à la manifestation, il y aurait eu au moins 10 arrestations. De nos informations, une personne au moins a été amenée à l’hôpital pendant sa garde-à-vue, apparemment suite à des violences policières lors de son interpellation. Une personne a été condamnée en comparution immédiate lundi 18 ...

 Ce qui m’intéresse aujourd‘hui c’est si vous représentez une menace pour l’ordre public ». Récit des comparutions immédiates des gilets jaunes du 9 mars

Samedi 7 mars, c’était l’acte national 69 des gilets jaunes à Lyon. Un bon millier de manifestants venu de toute la France a résisté à la pression policière toute l’après-midi place Bellecour et a même réussi une percée rue Victor Hugo. La détermination ne faiblit pas. De l’autre côté la répression a été...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"