Pour une banale querelle de voisinage, un flic hors service sort son gun, tire et blesse un jeune

9852 visites

Quand il s’agit de la police, la presse mainstream est prête à tout pour rendre service. Même quand ça devrait interroger tout le monde, même quand ça fait écho à une stat inquiétante, récente et tout à fait officielle sur l’explosion des tirs par armes à feu par les flics et les gendarmes.

Fin juin, fête du bac à Cormaranche, petit village du Bugey. Deux jeunes se posent dans un jardin à côté de la salle communale. La personne qui habite là sort de chez elle et demande qu’ils partent. Le ton monte. Il est flic, met son brassard et sort son gun. Là, un être humain lambda devrait tilter, se dire « Attends, y’a un souci. » Non, les journalistes de la presse tendance néofasciste, du « Progrès » au « Dauphiné libéré » en passant par l’AFP, trouvent tout à fait normal qu’un flic hors service déboule avec son flingue pour une affaire de voisinage. Il est flic, il a le droit. Il tire. À quatre reprises. Un jeune est blessé à la jambe. Heureusement, le policier se fait désarmer par les fêtards avant de commettre un drame.

La soirée aurait pu leur coûter la vie. Elle va bien leur gâcher : quatre jeunes sont poursuivis pour cette affaire. L’un d’eux a même été écroué vendredi. Aucun des articles ne s’interroge évidemment sur le traumatisme des jeunes qui sont passés à deux doigts de se prendre une balle. Aucun ne se pose de question sur le fait qu’un flic sorte un flingue, pour une affaire de voisinage, et devant des gamins fêtant le bac. Pire, la légitime défense n’est retenue qu’en cas de port de brassard. Dès le départ le policier prévoyait la possibilité de tirer.

L’autorisation d’un flic à porter une arme hors service est récente. Elle date de l’état d’urgence. Dans un article de Libération qui dresse un bilan catastrophique de cette mesure, un syndicat policier indique que 25 à 30 % des policiers ont fait la demande de port d’arme hors service. Soit 25 à 30 000 flics qui se baladent tranquillement 24 h/24 et 7 j/7 avec leur flingue dans la poche. Dans la rue, au bar, au volant… Et même dans les villages les plus tranquilles.

On peut aussi sérieusement s’interroger sur les faits rapportés, sur l’absence de contexte alors que ça se déroule à un endroit où il est probable que les gens se connaissent, où il peut y avoir de vieilles embrouilles.

Dans son papier sur Cormaranche, Le Figaro s’empresse de faire le lien avec une affaire similaire, en banlieue parisienne. Montée en épingle immédiatement après le meurtre d’Aboubakar au Breil à Nantes, elle vient d’être hachée menue par une enquête d’Arrêts sur Images. Le couple de flics d’Othis, en Seine-et-Marne, connaissaient depuis plusieurs années les frères qu’ils accusent d’agression. Ils leur reprochaient même des faits totalement faux. Le policier, hors service, aurait croisé leur véhicule par hasard, l’aurait arrêté et en aurait fait sortir l’aîné pour régler ses comptes. Une version radicalement différente de celle de la presse mainstream, qui avait comme d’habitude zappé le contexte. Sentence lapidaire d’Arrêts sur images : « Aucun journaliste n’avait recueilli la version des deux mis en examen. » Mais le mal est fait, la fake news se propage, jusqu’à Macron qui la relaie.

Dans le cas de Cormaranche, même gros souci. Si le fascisme s’installe, c’est d’abord grâce à des journaleux qui font de la lèche aux poulets, plutôt que d’assurer le strict minimum de leur taf. Soutien à ces nouvelles victimes de la police. Le flic, lui, est retourné à son poste. Rien dans les articles ne précise s’il est toujours armé quand il rentre chez lui.

Policiers « agressés » en Seine et Marne : le contexte que les medias n’ont pas raconté

Deux personnes ont été placées en détention, le 8 juillet, après ce que les medias ont appelé « l’agression d’un couple de policiers », et qui a suscité de nombreuses réactions politiques. Aucun journaliste n’avait recueilli la version des deux mis en examen, qui diffère de celle de la police. La (...)

7 août 2018

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Promotion pour un flic reconnu coupable de violence : la BAC recrute !

Petite rebellion au Progrès ! Notre bon journal local de préfecture est bien obligé, parfois, de faire le relais des condamnations de violences policières quand la justice daigne les condamner. Les faits remontent à la nuit du 21 au 22 février 2019 : deux jeunes se font frôler par une voiture de police...

>Procès de compagnon.nes : appel à manifester à Gap le 17 octobre

Jeudi 17 octobre, trois compas sont jugé•es pour « menaces de commettre un crime ou un délit contre les biens d’une personne dépositaire de l’autorité publique ». Il s’agit de l’adaptation d’une chanson des gilets jaunes entonnée lors de la manif non-autorisée du 26 février 2019 à Montgenèvre, dénonçant les...

› Tous les articles "Répression - prisons"