Un vaste mouvement de grèves traverse la France, mais reste invisible

955 visites

Les luttes sociales semblent être amorphe en France comparé au reste de l’Europe.

Pourtant, un mouvement social d’ampleur invisible, y compris aux yeux de la plupart des militants est en oeuvre, on peut ainsi compter 750 grèves en France pour les six semaines couvrant le mois de juin et les deux premières semaines de juillet 2015 !!

Cet article essaye ici de décrire ces grèves, ce qu’elles ont comme limites, portent comme possibilités et comprendre aussi pourquoi elles sont si peu perceptibles, même aux yeux de ceux qui les souhaitent.

Les luttes sociales semblent être amorphe en France comparé au reste de l’Europe.

Pourtant, un mouvement social d’ampleur invisible, y compris aux yeux de la plupart des militants est en oeuvre, on peut ainsi compter 750 grèves en France pour les six semaines couvrant le mois de juin et les deux premières semaines de juillet 2015 !!

Ce qui témoigne d’une conflictualité élevée et plus que d’une simple résistance, mais d’un véritable « mouvement ».

Mais les statistiques officielles « oublie » 84% des conflits et les médias traites de plus en plus ses grèves comme de banal fait divers !

Cet article essaye ici de décrire ces grèves, ce qu’elles ont comme limites, portent comme possibilités et comprendre aussi pourquoi elles sont si peu perceptibles, même aux yeux de ceux qui les souhaitent.

Depuis la victoire de François Hollande en 2012, un profond climat de morosité afflige la majorité des militants ouvriers, syndicaux ou politiques : jamais le pays n’aurait connu autant de reculs sociaux d’une telle ampleur et il n’y aurait pourtant – à leurs yeux – aucun mouvement de riposte populaire, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays voisins.

Il est vrai qu’avec les différentes mesures gouvernementales prises en trois ans, – ANI (Accord national interprofessionnel), CICE (Crédit, d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), Pacte de Responsabilité ou en train d’être prises, loi Macron (Emmanuel Macron, ministre de l’Economie depuis août 2014), Dialogue social, plan Hirsch (Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris) – et d’autres envisagées dans un avenir proche contre le Code du travail ou les retraites complémentaires, jamais il n’y avait eu un tel recul social.

Par contre, il est faux de penser qu’il n’y a pas de mouvement de contestation de ce décrochage social. Il y en a un, assez important même, mais pourtant invisible, y compris aux yeux de la plupart des militants qui souhaiteraient pourtant sincèrement un tel mouvement, qu’ils soient de gauche, de gauche de la gauche ou d’extrême gauche.

Ce serait d’ailleurs étonnant qu’il n’y ait pas de résistance en France si on peut en voir, à des degrés certes divers, en Grèce, Espagne, Portugal, Belgique, Grande Bretagne, Irlande, Allemagne ou Italie.

Un niveau de conflictualité élevé

A partir de ce que donnent les journaux sur Internet, j’ai recensé assez rapidement un peu plus de 750 grèves en France pour les six semaines couvrant le mois de juin et les deux premières semaines de juillet 2015. Vous trouverez le tableau des luttes du 1er juin au 15 juillet 2015, sous forme PDF en cilquant ici : grevesJuin2015.

Ce qui témoigne d’une conflictualité élevée et plus que d’une simple résistance, mais d’un véritable « mouvement ».

Nous allons donc essayer de décrire ces grèves, ce qu’elles ont comme limites, portent comme possibilités et comprendre aussi pourquoi elles sont si peu perceptibles, même aux yeux de ceux qui les souhaitent.

La suite à lire sur : http://alencontre.org/europe/france/la-question-francaise-un-vaste-mouvement-de-greves-mais-invisi

P.-S.

Merci à http://brest.mediaslibres.org/ d’avoir dénicher cet articles !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>Au travail vous êtes muté·es : que faire ?

Les contrats de travails comportent désormais de manière quasi-normalisée une clause de mobilité. Si elle n’est pas dans le contrat, elle peut être prévue par une convention collective. Le clause de mobilité peut ne pas être valable dans certains cas. Le CIDTD vous éclaire sur le...

› Tous les articles "Salariat - précariat"