retrait du CPE, du CNE,... ... et de tout le reste !

829 visites
CPE/LEC/2006

Les contrats CPE, CNE et consort doivent disparaître mais ils ne sont qu’une partie de la précarisation. Une précarisation qui n’est elle même qu’un outil de domination et d’exploitation parmi d’autres. Nous devons continuer le combat pour la suppression des CNE/CPE mais cela ne nous empêche pas d’ouvrir les yeux sur tout le reste. Bien au contraire.

Tous les gouvernants qui alternent au pouvoir y vont de leurs mesures contre les jeunes : CIP, emplois jeunes mais aussi CEC, SIVP, CES, CJE, CIVIS, se sont succédés, toujours à l’avantage des employeurs. On peut encore ajouter les stages, l’intérim, l’apprentissage à 14 ans, le contrat dernière embauche pour les seniors...
Mais cela ne s’arrête pas à la question des contrats de travail. Pendant que le rouleau compresseur capitaliste écrase nos vies (licenciements, destruction des services publiques, travail de nuit et du dimanche possible pour tous et toutes dés 15 ans, privatisations...), l’Etat muselle la contestation (politiques sécuritaires, répression, radiation des chômeurs, suppression de jour férié, retraites, sécurité sociale, culture en danger, expulsion des sanspapiers...)
Et d’autres projets sont en route : liquidation du code du travail, passeport biométrique, remise en cause du CDI, de minima sociaux déjà minables (SMIC, durée du travail).

Pendant ce temps là, les bénéfices sont partagés entre les possédants : 60 milliards d’euros en 2004, puis 80 milliards d’euros en 2005 pour les entreprises du CAC 40, sans compter toutes les autres.

Il est temps de reprendre nos vies en mains.

On nous prend pour des esclaves, pour des moutons. Certain-e-s nous organise des grandes journées d’action le plus souvent catégorielles, puis retour au boulot. Ce n’est pas avec une ballade en ville planifiée qu’on arrivera à peser sur nos gouvernant-e-s et nos patronne-s.
Certain-e-s veulent nous faire croire que les élections sont la solution. Pourtant, les élu-e-s de gauches n’ont jamais changé réellement les choses et le Non à la constitution européenne n’a pas eu l’effet annoncé !
Organisons-nous dans des syndicats, dans des organisations politiques ou ailleurs, l’essentiel étant que chacun de nous prenne sa vie politique et sociale en main et s’occupe de ses affaires. C’est le seul moyen pour nous faire entendre et choisir la vie que nous désirons réellement. Imposons des assemblées générales souveraines, des représentants aux mandats contrôlables et révocables. Imposons une autogestion des luttes mais aussi et surtout une autogestion de tous les aspects de nos vies. Travaillons pour être libres et solidaires. Travaillons pour choisir chacun-e la vie que nous voulons.


Sans patrons ni Etat, Gérons nous même la société, Construisons d’autres futurs

Ce n’est pas en faisant tourner les usines ou en remplissant les urnes électorales que l’on changera la donne. Si alternative il y a, et alternative il y aura, elle ne sera pas politique mais sociale ! La lutte pour une autre société et pour un autre futur est à l’ordre du jour. Elle se mènera loin des sentiers battus de la politique politicienne.
Il faut tourner le dos aux pratiques syndicales politiciennes qui ont ruiné les tentatives révolutionnaires du siècle dernier. Dans les collectifs, dans les assemblées générales, dans les manifs on voit bien que c’est de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui et de celle que nous voulons pour demain qu’il est question. Il s’agit de donner un sens à l’Histoire en luttant pour la construction d’un autre futur, de plus en plus en plus libre, de plus en plus égalitaire et solidaire.

C’est notre affaire à toutes et à tous, notre avenir est bien trop important pour le laisser entre les mains des partis politiques, grands ou petits, ou des directions syndicales. Discutons, agissons ensemble en toute autonomie et méfionsnous des récupérateurs et des bonimenteurs. Construisons une société organisée sans pouvoir, une société fédéraliste où nos vies seront guidées par la liberté, l’égalité et la solidarité.

Construisons le Communisme Libertaire.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « UGAL » :

>Lutte contre la chasse aux étrangers : Liberté de circulation !!

L’Etat poursuit toujours plus hargneusement sa chasse aux étranger-e-s. Avec les expulsions des élèves sans papiers lancées depuis la fin de l’année scolaire, la politique d’un choix entre les bons et les mauvais immigré-e-s se poursuit. Fidèle à ses logiques éléctoralistes, la circulaire Sarkozy établit...

>Génétique : Capitalisme et Sécuritaire.

La génétique est souvent au centre des débats, particulièrement sur la question des OGM et de leur rôle dans l’économie capitaliste mondiale. C’est suite à une lutte contre ces OGM (ceux de la société Advanta, du même type que Monsanto) que Benjamin Deceuninck agriculteur, syndicaliste de la CNT et...

› Tous les articles "UGAL"

Derniers articles de la thématique « CPE/LEC/2006 » :

› Tous les articles "CPE/LEC/2006"