Site collaboratif d’infos alternatives

12 mars 1990 : Fernand RUDE

1 complément

Fernand RUDE, important historien du mouvement social, est né à Lyon le 13 juin 1910. Il milite dès l’âge de 19 ans au parti communiste. Son refus du sectarisme et sa passion de l’histoire sociale le pousse à devenir historien. Il séjourne à plusieurs reprises en URSS, pour des travaux d’histoire et de traduction. A son retour en France, en 1936, il s’éloigne des staliniens, puis milite au parti socialiste et soutient les républicains espagnols. Fernand Rude était un sympathisant libertaire, ce qui ne lui facilitera pas la tâche vis à vis du gouvernement de l’époque.

JPEG - 20.2 ko

Résistant (dit Pierre Froment), « ancien » du Vercors, il sera nommé sous-préfet de Vienne à la Libération. Il est nommé par la suite sous-préfet aux Beaux-Arts à la préfecture du Rhône. Et c’est lui qui habitait, en tant que logement de fonction, la célèbre villa de
Tony Garnier, sur le quai Sédallian, dans le quartier de Saint Rambert l’île Barbe. Après 1968, les Rambertois se désolent qu’il soit mis en disgrâce. Fernand Rude était en effet une personne très abordable auprès des habitants du quartier de St-Rambert. On pouvait le rencontrer ensuite souvent à St-Georges aux abords de la librairie Fédérop, rue du Doyenné. Il a édité d’ailleurs chez Fédérop.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire sociale :
- "La révolution de 1848 dans le département de l’Isère" (Allier, 1949)
- "Allons en Icarie" (PUF, 1952)
- "Introduction à la Révolution française d’Antoine Barnave, 1790"
(Ass. M. Bloch éd., 1960) (réédité, A. Colin, 1971)
- "Stendhal et la pensée sociale de son temps" (Plon, 1967)
- "Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832" (Anthropos, 1969)
- "Aloysius Bertrand" (Seghers, 1971)
- "Libération de Lyon et de sa région" (Hachette, 1974)
- Les Canuts en 1789 : "Doléances des maîtres-ouvriers fabricants en
étoffe d’or, d’argent et de soie de la ville de Lyon" (Fédérop, 1976)
- "C’est nous les Canuts" (Maspéro, 1977)
- "Les révoltes des Canuts 1831-1834" (Maspéro, 1982).

Pour le centenaire de "la Commune", il a rassemblé et publié deux
textes de Michel Bakounine :
- "De la guerre à la Commune" (Anthropos, 1972)
- et "Le socialisme libertaire" (Denoël-Gonthier, 1973)

C’est un des meilleurs connaisseurs des révoltes des ouvriers tisseurs de Lyon dont il a étudié non seulement le déroulement mais aussi les causes et surtout la résonance. Au printemps 1984, il a apporté son concours à la réalisation d’une exposition de la bibliothèque de la ville de Lyon à l’occasion du cent cinquantième anniversaire des insurrections canuses. Le catalogue établi à cette fin constitue une excellente bibliographie des témoignages connus sur ces évènements.

Fernand Rude avait rendu possible la lecture d’une partie de cette histoire ouvrière lyonnaise en proposant aux Editions d’Histoire Sociale une réimpression complète de L’Echo de la Fabrique :
- "L’Echo de la fabrique : Journal des chefs d’ateliers et des ouvriers en soie de Lyon 1831-1834, textes présentés par Fernand Rude" (EDHIS, 1970)

On peut trouver le "fonds Rude" à la Bibliothèque de la Part-dieu. En effet, il a donné une masse de 1727 dossiers qui contient pièces manuscrites, journaux, photos et opuscules. Ces documents ont été réunis par l’historien Fernand Rude autour des thèmes qui furent ceux de ses recherches, comme des engagements militants de toute sa vie : la Résistance et la Libération, l’URSS depuis les premiers séjours qu’il y fit en 1933, les mouvements sociaux, le saint-simonisme, le fouriérisme, l’anarchisme, les insurrections lyonnaises de 1831 et 1834, ainsi que les papiers, aux origines du syndicalisme, du maître-ouvrier en soie Denis Monnet, ainsi que du chef d’atelier Pierre Charnier, témoignage des premières organisations de mutuellisme ouvrier.

Fernand Rude est mort le 12 mars 1990.

Suite à l’incendie de la bibliothèque de la Fac de Lettres, qu’en est-il du vif souhait de la ville de Lyon de voir réédités les ouvrages d’histoire locale de Fernand Rude, aujourd’hui épuisés ?

P.-S.

La photo qui représente Fernand Rude est un buste sculpté de Charles Machet. On peut trouver plus d’info sur le site
http://www.charlesmachet.com à la page D’hier à aujourd’hui (en bas).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

Antimilitarisme et carnet B à Lyon entre 1880 et 1914

Le Centre de Documentation Libertaire de Lyon propose cet article, paru originellement dans le fanzine punk Nycthémère n°3, qui nous éclaire sur comment les autorités de l’époque montraient leur hostilité aux idées anarchistes et antimilitaristes.

Tarnac, une affaire d’Etat

Retour sonore sur une affaire qui aura défrayé la chronique : manipulations politiques, dérives policières, curée médiatique... tous les ingrédients d’une affaire d’Etat.

> Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"