À Chambéry, 5 000 manifestants contre le Lyon-Turin et la logique du profit

1993 visites
No Tav

Le samedi 7 janvier, à Chambéry où se tient le siège du projet pharaonique aberrant de la ligne TGV Lyon-Turin, la ville était envahie par une foule venue à majorité d’Italie.

Le samedi 7 janvier 2006 une manifestation bilingue de 5 000 personnes a parcouru dans tous les sens la ville de Chambéry et envahi le centre de celle-ci. La banderole de tête, « Non au Lyon-Turin, logique de profit, logique de mort », était portée par le Collectif Rhônalpin contre le Lyon-Turin, et ouvrait un bal d’autres slogans et de drapeaux « No TAV » (non au TGV en italien) rouges et blancs.
Rappelons que c’est à Chambéry que siège la société d’exploitation « Lyon-Turin Ferroviaire » et que le maire de la capitale savoyarde, Louis Besson, est co-président de la commission inter-gouvernementale sur le Lyon-Turin.

Près de 80 cars de manifestant-e-s sont venus du Val Susa (Piémont), une vallée déjà couverte de viaducs et menacée par les nuisances de 15 ans de chantier : l’opposition massive à ce projet de ligne TGV y bouillonne depuis une dizaine d’années. Elle a empêché ces derniers mois le début des travaux à coups d’occupations, de blocages, de grèves sauvages et de cortèges interminables. Elle a obligé le gouvernement italien à refaire une évaluation d’impact environnemental pour pouvoir répondre aux oppositions des populations locales qui craignent entre autres la présence d’amiante et d’uranium dans les roches de la montagne où doit être creusé un tunnel de... 53 km de long.

Les premiers cars, partis tôt le matin, ont fait halte dans les différentes communes de la Maurienne. Les habitant-e-s du Val Susa ont pu diffuser des tracts exprimant les raisons de leur colère afin de casser le consensus mou pro-TGV qui règne de ce côté-ci des Alpes et de tisser des liens avec les populations françaises, encore mal informées, qui pâtiront des mêmes nuisances.

JPEG - 23.4 ko

La distribution d’informations (ainsi que de panettone ou encore de mousseux) a abondamment continué dans les rues de Chambéry, alors que les passant-e-s découvraient l’ampleur et l’enthousiasme de la révolte de leurs voisin-e-s, aux sons des chants alpins ou partisans, des fanfares et des batookadas.

A 18h, un long débat a démarré dans la salle Pierre Cot. Le Collectif Rhônalpin Contre le Lyon-Turin commençait par s’y présenter : ouvert à tout-e individu-e mais dissocié de toute organisation politique, il est né en décembre 2005 à l’initiative de celles et ceux qui, à Valence, Grenoble ou Chambéry, avaient commencé à faire de l’information sur le sujet par des débats ou des rassemblements.

Il a présenté ensuite les motifs de son opposition au projet, suivi d’intervenants italiens (parmi lesquels Luca Mercalli, présentateur météo sur Rai Tre, avec son noeud papillon) qui ont transmis en français leurs arguments techniques, présentations Powerpoint et mots d’humour. De nombreuses prises de parole, françaises ou italiennes, ont évoqué entre autres les principes de décroissance, les coûts écologiques gigantesques du chantier, les surestimations de l’augmentation du trafic France-Italie, les liens entre le projet de TGV et celui de Sillon Alpin, la répression en Italie contre le mouvement No Tav, la tradition du mouvement ouvrier dans le val Susa et l’expérience acquise par cette lutte en termes d’auto-organisation.

La discussion s’est terminée à 22h avec des perspectives de lutte ensemble des deux côtés de la frontière, et l’espoir côté français que cette journée puisse donner de la force aux dissidences face au faux discours écologique du Lyon-Turin.

Des Lyonnais et des Lyonnaises qui ont participé à cette manifestation mettent en place un groupe au sein du « Collectif Rhônalpin Non au Lyon-Turin » pour faire une information bien nécessaire sur la région lyonnaise. Il est ouvert à toutes et à tous, dans le même esprit que le collectif et dans l’indépendance vis à vis des organisations politiques.

P.-S.

On peut prendre contact avec le collectif rhônalpin sur
l’agglomération lyonnaise :
- nonaulyonturin-lyon(Arobase)no-log.org

ou sur la région Rhône-Alpes :
- nonaulyonturin(Arobase)no-log.org

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « No Tav » :

>A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa

En Italie, comme partout dans le monde, la fin du confinement a entériné la reprise des Grands Travaux Inutiles, en vue de la relance économique d’un système dont l’absurdité se manifeste chaque jour un peu plus. Le 13 juin, face à la reprise des travaux de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, les...

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

>Record battu pour la manifestation No-Tav du 8 décembre à Turin

Un véritable raz-de-marée contre la ligne à haute vitesse Lyon-Turin. Les mois prochains vont sans doute être décisifs, mais il semble que le mouvement No-Tav est actuellement le seul capable d’incarner le visage combatif de l’opposition au gouvernement Lega/5...

› Tous les articles "No Tav"

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

>Maurice Kriegel-Valrimont, jusqu’au bout l’esprit de rébellion

Le mercredi 2 août 2006, le grand résistant français Maurice Kriegel Valrimont s’est éteint à Paris à l’âge de 92 ans. Toute sa vie, il a voulu changer le monde, avec succès assez souvent. À Lyon, Maurice prend le nom de Valrimont, et réussi, avec d’autres, à organiser l’unité des mouvements de résistance...

>Tout le monde déteste le tourisme

Évoquant l’ouverture, la découverte, l’aventure, la joie, le principe du voyage a très bonne image dans les sociétés occidentales. Mais on oublie généralement que le tourisme reste un privilège participant à maintenir des formes de domination : « pour l’heure, moins d’un humain sur quinze est en position...

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"