Site collaboratif d’infos alternatives

A Lyon dans la rue - et sous la pluie - contre les racistes et leurs cochonneries

9 compléments

Sa manifestation ouvertement islamophobe interdite, l’extrême-droite radicale avait quand même maintenu son appel national à rassemblement ce samedi. La mobilisation antifasciste et antiraciste était donc également maintenue, malgré la pression de la préfecture et de la presse pour faire passer cette journée comme une simple "guerre de clans". Les violences racistes perpétrées ensuite à St Jean, jamais vues jusqu’alors, montrent que la mobilisation nécessaire à Lyon contre l’extrême-droite doit devenir massive et se diversifier, plus qu’elle ne l’est aujourd’hui.
Retour et photo sur une journée sombre et mouvementée.

Pour les mises à jour concernant les violences dans Lyon et la répression des antifas, voir cet article régulièrement mis à jour.

Lyon est depuis un peu plus d’un an un enjeu pour l’extrême-droite radicale. Les réseaux identitaires et néo-nazis cherchent tout deux à y poursuivre leur implantation et à s’y pérenniser dans le paysage politique. Agressions multiples et ouvertures de locaux fascistes ont planté le décor depuis plusieurs mois déjà.

Samedi 14 mai le Bloc Identitaire et son émanation locale, Rebeyne, ont tenté d’exprimer dans la rue leur obsession xénophobe et leur désir d’une Europe blanche en organisant une "manifestation des cochons" islamophobe [1]. Suite à son interdiction par la Préfecture et la médiatisation qui a suivie, les identitaires se sont présentés en victimes et ont tenté, avec un rassemblement pour la "liberté d’expression" (sic) d’en faire un symbole national, voire international [2].

JPEG - 540.3 ko
Identitaires et communication, tout un poème...

Les Identitaires se sont donc retrouvés à 14h30 pour un rassemblement statique sur la place St Jean, pour l’occasion bouclée par les flics. Le rassemblement se voulait très "communiquant" et les tenues "sapin de noël" avaient beau être interdites, la façade n’a guère tenu longtemps. Les cranes rasés y étaient nombreux et l’islamophobie a très rapidement pris le pas sur les slogans plus policés que désiraient imposer les identitaires. D’autant plus que ces derniers partageaient la place et la manifestation avec leurs frères ennemis du Bunker Korps Lyon et autres néo-nazes. Les slogans à tonalité nazie ont d’ailleurs été légion à St Jean cette après-midi. Leur faiblesse numérique (moins de 400) malgré une mobilisation internationale, montre clairement que les tensions internes à l’extrême-droite empêche encore la communication des identitaires de faire recette.

JPEG - 718.6 ko
Les "troupes" nationalistes place St Jean

Pendant ce temps la manifestation antifasciste, opposée à la présence des fachos dans les rues de Lyon mais protestant également contre la présence des deux locaux d’extrême-droite [3] et les nombreuses agressions de ces derniers mois se met en place dès 14h sur la place des Terreaux.

La manifestation, d’environ un bon millier de personnes lors du départ, plus par la suite, composée de nombreux cortèges et collectifs de gauche et d’extrême-gauche ainsi qu’une proportion importante de militants libertaires, avec de nombreux Lyonnais non militants, a ensuite pris le chemin de Bellecour sous les slogans antifascistes. Arrivée sur place, une prise de parole a eu lieu devant le Veilleur de Pierre [4].

JPEG - 445.6 ko
Prise de paroles au veilleur de pierre

Le cortège a ensuite repris son chemin, glanant des manifestants au passage, en perdant d’autres sous la pluie, jusqu’à la Guillotière puis, via l’avenue de Saxe, la préfecture et la place Guichard. Tout le long du parcours les cortèges vivant se répondait par slogans, contre le racisme d’état, contre la présence fasciste et la xénophobie ambiante :

" Le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève"

JPEG - 310.2 ko

"Alerta, Alerta, Antifascista !"

JPEG - 696.1 ko

"Pas de fachos dans les quartiers,
pas de quartier pour les fachos"

JPEG - 642.6 ko
JPEG - 690.3 ko
Dispositif policier autour de la préfecture

Après quelques prises de paroles les groupes se dispersent vers 16h, certains prenant le métro ou rejoignant la Guillotière, alors qu’un groupe de quelques centaines repart en cortège en direction des pentes de la Croix-Rousse. Quelques voitures et fourgonnettes de police ont suivi le déplacement à distance, cette dernière semblant s’habituer à ce que les libertaires rentrent de manifestation en cortèges sauvages, tant mieux.

JPEG - 493.9 ko
Cortège sauvage en direction des terreaux

Pendant ce temps les fachos, partis de leur rassemblement, remontent les rues en direction de la Croix-Rousse, dans l’idée de casser de l’antifasciste et probablement d’investir ce quartier symbolique de la résistance. Un groupe d’antifascistes sans connaitre ce mouvement se sont dirigés vers St Jean : la rencontre a lieu au milieu du pont La Feuillée qui enjambe la Saône entre St Paul et Terreaux. Affrontement bref mais violent, puisque la police s’y jette immédiatement, coinçant une partie des antifascistes entre eux et les fachos. Quatre de nos camarades ont été arrêtés à cette occasion , la mobilisation s’organise pour les soutenir.

JPEG - 682 ko
Les nervis faf en face de st paul
JPEG - 685.4 ko
intervention policière sur l’affrontement

Explosion de violence raciste à St Jean !

Repoussés dans le Vieux Lyon, les identitaires et autres néo-nazis, énervés, se mettent à y casser les devantures des kebabs et autres commerces tenus -ou supposés être tenus - par des immigrés. Plusieurs personnes ont été agressées. Ce déchainement ouvertement raciste, digne d’un progrom, ne semble pour l’instant pas être diffusé dans la presse. La police interviendra dans la foulée, interpellant plusieurs dizaines de nervis d’extrême-droite (de 50 à 80 selon les sources).

Le masque de communication des identitaires est donc bien tombé aujourd’hui, malgré leurs ballons rose bonbons, puisque leurs troupes ont montré leur visage xénophobe, violent et viriliste.

JPEG - 675.7 ko
Quai de Saone

Si c’est une réussite pour une manifestation antifasciste de réunir un bon millier de personnes, sous la pluie battante, la gravité des faits dénoncés depuis des mois par les différents collectifs devrait déclencher une mobilisation plus grande. Le racisme d’une telle marche des cochons aurait dû mobiliser une partie beaucoup plus importante de la population lyonnaise, pour faire comprendre que Lyon est et restera une ville de la diversité

La pression de la préfecture et de la presse locale toute la semaine sur la manifestation antifasciste et antiraciste, la faisant passer pour une simple et bête mobilisation à l’extrême opposé a quand même, malgré la peur des violences, réussit à mobiliser. Mais cette mobilisation doit maintenant, à la vue surtout des violences dans les rues de St Jean, après celles dont les militants de gauche ont été les victimes ces derniers mois, alerter l’ensemble des lyonnais-e-s sur le danger que font peser ces groupes sur notre ville.

D’autres formes de luttes restent à penser pour que ces violences ne se reproduisent jamais, pour que ces appels racistes cessent, pour que les habitant-e-s proches des locaux néo-fascistes ne subissent pas la loi du silence face à ce climat délétère.

Ce combat, s’il est celui des "antifascistes", est aussi celui de toutes les personnes visées par cette politique de la haine et de toutes les personnes qui la refusent.

Organisez-vous, organisons-nous !

A Lyon le racisme ne passera pas !

JPEG - 1.1 Mo

Petite revue de presse du jour

- Reportage France info

- Le progrès :
Manifestation de groupuscules d’extrême droite à Lyon : 80 personnes interpellées (photo de salut nazi en prime)
l’extrême-droite radicale sème la panique dans Saint-Jean
Une contre manifestation… à gauche toute

- Lyon Capitale : Extrême droite/gauche : des débordements malgré des mobilisations très cadrées

- Lyoninfo : La manif contre l’« islamisation » suivie d’échauffourées

- Reportage de France 3

Notes

[2Cet aspect est visible à travers la mobilisation de groupes identitaires de toute la France - des bus de Bretagne, Nice, etc. - mais aussi par la venue de représentants de groupes xénophobes étrangers, comme l’English Defense League

JPEG - 75.3 ko

[3La traboule des identitaires dans le Vieux-Lyon, montée du Change, et le local des néo-nazis à Gerland, impasse de l’Asphalte

[4Monument érigé à la mémoire des cinq résistants assassinés par les Allemands le 27 juillet 1944, en représaille à l’explosion organisée par la Résistance au café le Moulin à Vent la nuit précédente. Les cinq hommes n’étaient pas les responsables de l’attentat. Ils se nomment Albert Chambonnet, Gilbert Dru, Léon Pfeffer, René Bernard, Francis Chirat.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 16 mai 2011 à 16:56, par Gaudi

    et ce qui devait arrivé arriva,

    nous savions qu’à tout les coups, les fafs allaient essayé de nous attaqué, et le flics se sont bien organisé pour que celà arrive.

    Ils auraient contenu les fafs sur la place en 2 groupes séparé (identitaires d’un côté et néo naze de l’autre) puis dès que le cortège libertaire était assez proche pour provquer un affrontement ils les ont libérés.

    Ce que je ne comprends toujours pas c’est pourquoi avoir décidé de passé par le pont de la Feuillé pour rejoindre les pentes ? Certains n’avait ils pas en tête d’aller rendre visite aux zid ?

    Quoi qu’il en soit à chaque fois c’est la même on se fait dérouiller parce que naïvement on croit qu’on est bien protégé par la police et que l’on peut se rendre partout dans Lyon sans rien craindre, mais à l’évidence les jours de manif, il y a des lieux que nous n’avons plus le droit de traverser.

    soutien aux incarcérés

  • Le 16 mai 2011 à 14:42, par Relations Médias de la CNT

    Communiqué de presse du 14 mai 2011 ----------

    L yon : les cochons, au bercail !

    Au prétexte fallacieux de défendre la « cochonnaille », l’extrême-droite
    avait décidé ce samedi d’appeler à une manifestation à Lyon. La riposte
    antifasciste s’était organisée et à l’heure du bilan, il est clair que ce sont
    les fascistes qui ont perdu leur pari.

    Réunie ce week-end en Commission Confédérale Nationale à Lyon, la CNT
    salue la mobilisation de ses syndiqués et sympathisants qui ont participé à la
    réussite du rassemblement antifasciste qui, sous la pluie a réuni plus de 2 000
    personnes quand les fascistes peinaient à rassembler 400 personnes, malgré
    les différents cars venus de Paris, de Nice ou de l’étranger.
    Après les camouflets des manifestations nationalistes des 1er et 8 mai qui ont
    réuni moins de monde que par le passé, l’extrême droite a, une nouvelle fois
    montré que si elle savait utiliser les leviers médiatiques, elle ne réussissait pas à
    développer son nombre de militants.

    La CNT rappelle que la mobilisation sociale reste le meilleur moyen de
    s’opposer à l’extrême droite qui cherche à surfer sur la crise pour diviser les
    travailleurs et rappelle qu’elle continuera à occuper la rue à chaque fois que les
    nervis nationalistes tenteront de l’investir.

    Le Secrétariat Relations Médias de la CNT

    Relations médias : relations-medias@cnt-f.org
    Web : http://www.cnt-f.org/

  • Le 16 mai 2011 à 13:57, par Ivanoff

    Salut a tous

    J’ai écrit un article sur mon blog vendredi afin d’informer sur ce qui se passait a Lyon :
    http://www.boarf.com/2011/05/lyon-facho/

    Et j’ai eu beau relancer mes contacts sur Twitter et autres réseaux sociaux, j’ai été très déçu du manque de réaction sur ce sujet... comme quoi, on sait se mobiliser sur le nouvel Iphone, mais moins sur les vrais sujets...

    Je suis particulièrement choqué de ce genre de comportement sur Lyon (j’y suis depuis 2 ans). Je suis moi même d’origine immigrée. J’avoue ne pas comprendre comment c’est possible de voir des saluts nazis et de ne pas voir ces gens punis. Et je rigole quand je vois ces gens se réclament de De Gaulle...

    Je tenais a laisser un commentaire ici pour vous assurer de mon soutien. Même si je ne suis pas un sympathisant de gauche. On peut s’affronter sur d’autres sujets, mais sur celui-ci, il n’y a pas d’ambiguïté. Il faut faire quelque chose.

    Bonne journée
    Pierre

  • Le 15 mai 2011 à 21:29, par chap

    Salut,

    deux remarques si vous me permettez :

    - j’aimerais bien qu’on arrete d’utiliser le terme gentiment argotique de "neo-naze" pour parler des individus a qui nous avons a faire. Les redacteurs de l’article trouveraient-ils acceptable que l’on parle de "fafous" ?
    - samedi soir vers 19.30, aux alentours de la place Bahadourian, j’ai remarque la presence importante de lourds vehicules de gendarmerie et de leurs lourds occupants. Tout a fait detendus, ceux-ci paraissaient plaisanter avec un groupe a l’accoutrement peu coutumier dans le quartier : jeans remontes sur les chevilles, chaussures montantes de marque anglaise, cranes plutot rases et bombers. Que faut-il en conclure ?
    amities

  • Le 15 mai 2011 à 19:59, par Soyouz

    Je trouve cela dommage l’image qu’a donné la banderole de tête, ainsi que les interventions. C’est triste de voir la gauche unitaire, cheval de troie du PS, ainsi que les sociaux démocrates parader, alors qu’ils ne font qu’apposer un nom.

    De fait, ils ont transformé en franchise Sociale démocrate la mobilisation.

    Je ne suis pas anar, ni libertaire, mais j’aurais grandement préféré voir la CNT ou la CGA prendre la parole plutôt que ces gens et leur discours.

  • Le 15 mai 2011 à 17:24, par v
  • Le 15 mai 2011 à 13:04, par unpassant

    Hier soir, alors que nous allions au Phoebus, un groupe de 20 minimum de neo nazis ont attaqué le bar. Je ne savais pas qu’il y avait une manifestation nazie donc je n’ai compris ce qui se passait que lorsqu’ils ont commencé à scander des "bamboulas" à l’adresse du videur, "zieg heil" etc... ils ont balancé des bouteilles sur la devanture, sont même rentré un peu à l’intérieur malgré les grilles, puis se sont dispersés. Nous étions deux et étant basané, je me suis éloigné dès que j’ai compris (ils étaient vraiment ultra violent) et on a appelé la police, qui pour le coup sont arrivés au moment où on appelait en grand nombre.
    Bref c’est vraiment flippant...

  • Le 14 mai 2011 à 23:55, par zidérant

    à 14h à St Jean, c’était le rassemblement pour la réhabilitation de la Division Charlemagne,

    https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc6/228760_10150187245917200_217213912199_6812613_6286932_n.jpg

    et pour la liberté de taper des saluts nazis en toute impunité devant leurs spectateurs en uniforme

    https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc6/226610_10150187249062200_217213912199_6812697_7749779_n.jpg

    https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/222995_10150187248542200_217213912199_6812685_698627_n.jpg

    (photos publiées par Lyon Info, un média "gauchiste" par excellence)

    Un porc, ça se mange ou non, ça ne défile pas.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info