Site collaboratif d’infos alternatives

Rassemblement des fascistes islamophobes : le point sur les violences racistes et politiques dans tout Lyon

32 compléments

Ce qui était annoncé est arrivé : les fafs réunis ce week-end pour un rassemblement soi-disant « pour la liberté » ont exprimé publiquement leur xénophobie et leurs psychoses racistes collectives. Ils en ont profité pour se livrer dans Lyon à leur jeu préféré depuis des mois : attaques racistes, agressions politiques. Plusieurs personnes sont ce dimanche matin hospitalisées, alors que la pref’ et les médias s’obstinent à parler d’une prétendue guèguerre. Le point sur les infos qui nous parviennent au compte-goutte, les questions qu’elles soulèvent et le compte-rendu de la journée de samedi.

Samedi soir, après leur expédition violente dans le Vieux Lyon, les nervis participant au rassemblement identitaire se sont livrés dans les pentes de la Croix-rousse à de multiples ratonnades, attaquant les lieux alternatifs, bars du quartier, et surtout de nombreuses personnes, souvent au hasard. Selon nos sources près d’une dizaine de personnes ont été hospitalisées suite à ces violences, certaines dans un état grave.

Dimanche 18h30 : Trois des antifascistes arrêtés sont toujours emprisonnés ! Ils seront présentés au procureur demain, soutenons-les ! Une personne agressée par les fascistes placée pour la nuit en réanimation irait mieux, mais ses blessures restent importantes. Pas de nouvelles informations sur les autres personnes agressées pour l’instant, le nombre exact nous est toujours inconnu. Nous cherchons toujours des témoignages.

- Rassemblement de soutien pour les antifascistes arrêtés, lundi 16 mai à 14h devant le Tribunal de Grande Instance 67, rue Servient Lyon 3e

Vos témoignages sur les évènements de samedi et de la nuit sont les bienvenus sous cet article (et sur la boite mail du collectif69 : apa69 (at) riseup.net ).

- Dans la nuit, une ratonnade politique a été organisée par les nazis sur les pentes de la Croix-Rousse, attaquant les lieux alternatifs, bars du quartiers, et surtout de nombreuses personnes, souvent au hasard. Vers une heure du matin notamment, le bar le Phoebus, situé juste à côté du Centre Social Autogéré de la Croix-Rousse, a été attaqué. Bilan : 3 personnes tabassées, dont une personne a dû être hospitalisée, des dégâts matériels (vitres cassées) sont à déplorer également. Une attaque purement motivée par la présence de personnes n’ayant pas la bonne "couleur de peau" devant le bar. Témoignage :

« Hier soir, alors que nous allions au Phoebus, un groupe d’au moins 20 néo-nazis ont attaqué le bar. Je ne savais pas qu’il y avait une manifestation nazie donc je n’ai compris ce qui se passait que lorsqu’ils ont commencé à scander des « bamboulas » à l’adresse du videur, « zieg heil » etc... ils ont balancé des bouteilles sur la devanture, ils sont même rentré un peu à l’intérieur malgré les grilles, puis se sont dispersés. Nous étions deux et étant basané, je me suis éloigné dès que j’ai compris (ils étaient vraiment ultra violents) et on a appelé la police, qui pour le coup sont arrivés en grand nombre peu de temps le moment où on a appelé. »

J’étais au Phoebus, dans la nuit de samedi à dimanche.
Nous étions une trentaine de personnes à l’intérieur, en train d’écouter un concert de musique sénégalaise. Quelque fumeurs était sur le trotoir devant le bar. L’ambiance était paisible depuis le début de soirée. Vers 1h30 du matin, nous avons entendu des secousses venant de la porte vitrée. Ca commençait à cogner assez fort puisque ça couvrait la musique à l’intérieur, malgré le sas d’entrée. J’ai d’abord pensé à une bagarre... puis j’ai vu plusieurs personnes à l’extérieur qui s’acharnait sur la vitre, et qui se sont enfuies en courant et en remontant la rue des Tables Claudiennes. J’ai pu voir des têtes blanches aux cheveux ras, et des tenues noires. Ca s’est calmé un instant. et puis ça a recommencé ; les secousses sur l’entrée du bar étant beaucoup plus fortes, au point de casser aussi la deuxième rangée de vitres qui sépare le sas de la salle... et là j’ai vu les mêmes têtes blanches et cheveux ras qui revenaient en courant et s’abattaient littéralement sur l’entrée du bar... à l’intérieur la panique, les éclats de verre, des cris, des pleurs... certains recommandaient aux « femmes inceintes de se mettre derrière » d’autres voulaient ouvrir les portes et « aller se battre » ; d’autres encore appellaient la police.... ce que j’ai pensé à ce moment là : « s’ils jètent un truc inflammable dans le bar, nous sommes tous morts... »... je suis encore sous le choc 2 jours après.

Lire aussi un autre Témoignage de l’attaque du bar « Le Phoebus » dans la nuit de samedi à dimanche

Auparavant, une descente des fascistes s’est passée sur la place Colbert. Selon nos sources plusieurs personnes ont été hospitalisées suite à ces violences (dans la zone autour du Phoebus et de la place Colbert), certaines dans un état grave, dont une personne (extérieure aux mouvements libertaires ou antifascistes a priori) placé en réanimation pour la durée de la nuit ! [1]

- Pas d’élements encore sur les alentours du local néo-nazi où se déroulait hier soir un concert. D’après nos informations, l’omerta règne depuis plusieurs mois parmi les habitant-e-s qui ont peur de représailles.

- A 17 h, un simple détour par le pont La Feuillée, près des Terreaux, d’une petite centaine de militantEs antifas, pour rappeler qu’aucun quartier ne doit rester interdit à personne dans Lyon, s’est fait attaqué conjointement par la police et les fafs. Rappelons que la préfecture avait publiquement déconseillé aux Lyonnais-e-s de fréquenter le quartier St Jean pendant tout l’après-midi. Dans quelle mesure est-ce tolérable ? Combien de fois faudra-t-il faire attention où les gens mettent les pieds, en fonction de leurs origines ou de leurs opinions politiques ? Des militantEs antifascistes ont alors été arrêtés, et sont toujours en garde à vue. Un rassemblement de soutien a eu lieu ce dimanche à partir de 13h devant le commissariat du 2e arrondissement, situé 47, rue de la Charité. Un point info aura également lieu en début d’après midi au Salon du livre Libertaire.

- Hier après-midi vers 16h30, après la dispersion du rassemblement islamophobe, les identitaires sont passés à l’acte : 3 commerces de St Jean tenus par des personnes d’origine immigrée ont été attaqués, dont un kebab vandalisé rue de la Quarantaine, qui n’a pas compris ce qui lui arrivait, il ne savait pas qu’il était dans leur ligne de mire.

Des personnes (jeunes d’origine turque et maghrébine) auraient également été lynchées en plein samedi après-midi.
Des cris, des insultes, et également des dégradations. Les cibles sont choisies. Des commerçants étrangers qui tiennent des kebabs. L’un d’eux a vu sa vitrine voler en éclats. « On a eu peur, raconte-t-il, je ne comprenais parce ce qu’ils me voulaient, je ne savais pas que j’étais dans leur ligne de mire. Vais-je être remboursé pour ma vitrine ? » s’inquiète-t-il. Plusieurs commerçants de la rue raconteront des scènes identiques.

- Une personne a été blessée dans le 6e arrondissement (article Lyon Cap’).

- Le Grnnd Zéro Gerland où se déroule un salon de la micro-édition a été menacé.

Questions aux médias "professionnels" et à la préfecture à la vue de ces événements

- Article de Lyon Cap de samedi 23 h : Lyon Cap’ réussit encore à titrer sur "Extrême droite/gauche : des débordements malgré des mobilisations très cadrées", renvoyant une fois de plus néo-nazis et antifascistes dos à dos, ce qui commence à vraiment tenir de l’exploit. Certes c’est la stratégie de la préfecture, dont on peut comprendre la motivation consistant à affaiblir des collectifs libertaires puissants à Lyon et bien implantés. Pour Lyon Cap’ on commence à s’interroger si certaines sympathies d’extrême-droite du directeur de publication ou de membres de sa rédaction (voir cette histoire étrange autour de l’agression de Villeurbanne) ne commenceraient pas à se ressentir très clairement éditorialement. Ce qui expliquerait la présence d’une vidéo des identitaires sur le blog de Didier Maïsto.

- Dans le Progrès ce matin, on peut lire les propos hallucinants du préfet : « On a assuré la paix publique avec des gens déterminés dans les deux camps à mener des actions violentes ». Quelle est la stratégie de la préfecture de parler d’une guèguerre quand les agressions, organisées, répétées, ne sont le fait que d’un seul "camp" : les fascistes ? Comment ne pas comprendre qu’une partie des militantEs politiques d’extrême-gauche ne soient pas en colère, à la vue encore des camarades agressés encore cette nuit gratuitement ? Que va dire la préfecture concernant les agressions de personnes immigrées ? Qu’il s’agit aussi d’une guèguerre ? Ca suffit ! Face à la montée de ces violences, nous ne pouvons, nous habitantEs proches de ces locaux de haine, personnes immigrées, homosexuelLEs, militantEs politiques pour l’égalité, que compter sur nous-mêmes et développer nos capacités d’auto-défense, tant sur le plan physique que politique (et ce dernier point reste à développer largement).

- Une grande majorité de la presse se contente aujourd’hui de reprendre la pseudo revendication d’une traçabilité de la viande hallal. Les faits démontrent eux le second degré de ce discours, qui ne trompe que les journaleux.

Lire aussi :
- Implantation néo-fasciste à Lyon : complicités médiatiques et politiciennes
- Pour le Progrès, les agressions nazies sont une troisième mi-temps !
- Pour le contexte lire Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agressions (Avril 2011)

Notes

[1Dimanche matin cette personne était stabilisée et passait encore de nombreux examens.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 21 mai 2011 à 14:04, par harry

    Samedi 16h nous étions à la cave à vin vers le parking st george.
    nous etions deux, nous sommes sorties et nous nous sommes fait « chasser » par 9 identitaire voir nazi (l’un portait un tatouage de la division charlemagne).
    petite course de 10 min avant d’arriver chez moi et les voir repartir cette fois un groupe de 25 en direction de saint jean par la rue du bar le citron.
    Ou était les antifas sur le vieux lyon....
    nous sommes ressorti à 5/6 sur les coups de 18h pour « flaner » dans les rues...un bon coup de pression dans les rues vers la tour rose mais encore les Faf étaient en surnombre.

  • Le 20 mai 2011 à 11:49, par ...

    14 Mai 2011 à Lyon : les cochons à masque découvert

    http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article476

  • Le 19 mai 2011 à 14:08, par Un quelqu’un de Grnd Zero

    Bonjour, ça me semblait plus simple de poster ça en complément d’infos.

    Le point dont je parle est anodin comparé à tout ce qui a eu lieu ce week-end, je voulais simplement signaler qu’à Grnd Zero, strictement PERSONNE n’a eu vent d’une quelconque menace proférée à l’encontre du lieu.

    Si la source est fiable, merci de nous tenir au courant (via le mail que je laisse), l’info n’a pas dû suffisament bien circuler.

    Sinon, il serait sans doute préférable de retirer cette petite ligne pas très référencée de cet article bien classe et complet.

    Merci !

  • Le 18 mai 2011 à 01:36, par ...

    Ils ont pris 3 mois avec sursit.
    Pareil pour les 2 fafs qui ont comparu...

  • Le 17 mai 2011 à 21:01, par seb

    apparament ils ont eu du sursis , completement d accord avec toi j y etait aussi sauf que comme une bonne parti du groupe ont a subi la repression a l entré du pont , mais beaucoup de gens veulent les faire passé pour les victimes que ce soit les médias et les politiques, que fait le maire de lyon ? il attend des morts ? sur ceux a la prochaine manif et cette fois nous aussi on prendra des munitions

  • Le 17 mai 2011 à 12:10, par ...

    La réalité c est que beaucoup déforment ce qui s’est réellement passé. Les CRS ont sagement attendu que l’on se replit pour nous frapper, nous gazer, et meme pour attraper apparemment 3 ou 4 antifa.
    J’étais sur le pont, tout devant face aux fachos, ils etaient bien plus armés que nous et l’on pouvait voir derriere eux des CRS, qui ne sont pas sortis de leurs camions, pendant que de notre coté la police nous empechait de nous replier. Sommes nous plus dangereux que les fachos ? je ne crois pas. 0 dégradation de notre coté, et tres peu d armes, pendant que les fachos, certains nazis, aggressent des gens dans la rue et vandalisent quelques commerces armés de battes ect...
    Par contre je n’ai pas vu ni d’antifa ni de facho jeté dans la saone, et le « combat » n’a duré que tres peu de temps, 2 minutes tout au +.
    J’aimerai bien savoir aussi ce que risquent nos camarades inculpés.

  • Le 16 mai 2011 à 23:04, par G.

    Scandaleux, la manifestation anti fasciste s’est déroulé sans aucune bavure, en voulant montré aux nervis fascistes que les lyonnais sont présent et contre ce déchaînement de violence et c’est la répression policière, 3 militants anti fasciste arrêté et une malheureuse poignée de nazis sur 80 nazis enragés et qui pour la plupart ont commis des actes de violences gratuites ? Stop !

  • Le 16 mai 2011 à 21:59, par pierre

    Apparemment 3 mois avec sursit.

  • Le 16 mai 2011 à 20:36, par pierre

    3 camarades encourent 3 mois de prison ferme + 3 mois avec sursis , 2 ont étaient représenté par un avocat du collectif 69 , les affaires sont en cours en jugement.

  • Le 16 mai 2011 à 15:40, par djou

    APPEL à TEMOIGNAGE

    Des agressions, dont certaines très graves, ont été commises par un groupe d’individus néo-nazis dans la nuit du samedi 14 mai au dimanche 15 mai, vers 1h00 du matin dans votre quartier (pentes).
    Nous cherchons à recouper les informations pour constituer un dossier solide à transmettre à la police, puisque celle-ci pour l’instant dit ne pas faire le lien entre les agressions et l’extrême droite.

    Si vous avez été témoins de ces faits, merci de contacter rapidement le collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite à l’adresse mail suivante : apa69@riseup.net

    Le collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite

  • Le 16 mai 2011 à 15:24, par seb

    c est rumeurs sont bidons aucun fachos n a etait jeté a la flotte , pour les slogans il y en a eu comme dans tous les rassenblements , mais nous ne savions pas qu ils etaient au bout du pont et qu ils etaient armés , maintenant je l ai deja dit mais tanpis nous avons eté pris en tenaille , alors se defendre contre 2 agresseurs ( 1 devant et 1 derriere ) ca devient compliqué , ceci dit vivement la prochaine manif ca sera pas la meme , pour en finir je trouve dommage que beaucoup de lyonnais laissent faire sans rien dire , je ne suis pas de lyon mais de macon a environ 70 km et nous venons aidé nos camarades lyonnais et nous viendrons tant qu il le faudra et surtout tant que les fafs y seront , soutiens aux interpellés a la prochaine

  • Le 16 mai 2011 à 13:44, par observateur

    J’habite à 50 m de cathédrale St Jean et j’ai donc pu observer ce « rassemblement ».

    Beaucoup de crânes rasés, ambiance « avant match » pint de bière à la main en braillant... des petits jeunes de bonnes familles au joues roses et tête de scout.... des catholiques « radicaux » ... Des badauds... et des journalistes !

    On voyait clairement les 2 cotés : officiel/politiquement correct de l’un et les nazis gros bras de l’autre ! C’était en tout cas très malsain et le ton a très vite été donné !

    Ça m’a fait penser aux vieilles vidéos sur la montée du fascismes en Europe ... des foules nerveuses avec des drapeaux scandant des slogans nationalistes ! Assez flippant !

    Et l’argumentaire politique ... même pas la peine d’en parler..

  • Le 16 mai 2011 à 13:26, par novice

    Etant présent physiquement lors de l’affrontement sur le pont je confirme mot pour mot,la description de la scène de @Tryph. J’ajouterais que les manifestant antifa ont été violemment pris a parti par la police (coups de matraques à la volée, lacrymo à bout portant) lors de leur repli.

  • Le 16 mai 2011 à 12:26, par dans la presse

    Un article pas trop mal à lire dans libération (édition papier uniquement a première vue) : Des identitaires bruts de décoffrage
    - sous titré : « ils voulaient lisser leur image, leur manifestation dégénère en agressions et vandalisme. »

  • Le 16 mai 2011 à 10:47, par Zingarelle

    J’étais au Phoebus, dans la nuit de samedi à dimanche.
    Nous étions une trentaine de personnes à l’intérieur, en train d’écouter un concert de musique sénégalaise. Quelque fumeurs était sur le trotoir devant le bar. L’ambiance était paisible depuis le début de soirée. Vers 1h30 du matin, nous avons entendu des secousses venant de la porte vitrée. Ca commençait à cogner assez fort puisque ça couvrait la musique à l’intérieur, malgré le sas d’entrée. J’ai d’abord pensé à une bagarre... puis j’ai vu plusieurs personnes à l’extérieur qui s’acharnait sur la vitre, et qui se sont enfuies en courant et en remontant la rue des Tables Claudiennes. J’ai pu voir des têtes blanches aux cheveux ras, et des tenues noires. Ca s’est calmé un instant. et puis ça a recommencé ; les secousses sur l’entrée du bar étant beaucoup plus fortes, au point de casser aussi la deuxième rangée de vitres qui sépare le sas de la salle... et là j’ai vu les mêmes têtes blanches et cheveux ras qui revenaient en courant et s’abattaient littéralement sur l’entrée du bar... à l’intérieur la panique, les éclats de verre, des cris, des pleurs... certains recommandaient aux « femmes inceintes de se mettre derrière » d’autres voulaient ouvrir les portes et « aller se battre » ; d’autres encore appellaient la police.... ce que j’ai pensé à ce moment là : « s’ils jètent un truc inflammable dans le bar, nous sommes tous morts... »... je suis encore sous le choc 2 jours après.

  • Le 16 mai 2011 à 10:25, par pierre

    @tryph , un antifa est tombé à l’eau je les vue de mes yeux , les faf étaient beaucoup plus nombreux , l’affrontement a distance a duré 5 minute à peu près , (lancement de fumigène , de bouteille ...) . Contrairement à vous deux je pense que vue la présence policière en ville , 5 minute pour intervenir c’est un peu trop , sinon il n’y en a eu que quelque uns qui ont du se défendre , quelque faf on attaqué et sur le pont.

  • Le 16 mai 2011 à 09:56, par @Tryph

    Témoin direct je peut te répondre :

    1. l’affrontement n’a durée que quelques dizaines de secondes et n’a concerné qu’une faible proportion des effectifs en présence. Un face à face de chaque coté du pont à pu durer 5mn auparavant sans affrontement. La police est intervenu très rapidement

    2. La Antifa ne connaissaient pas l’arrivée du groupe de Fachos, mais dès qu’ils les ont vu il est possible que ce type de slogan ai été lancé, personnellement je ne l’ai pas entendu.

    3. Les Fachos étaient équipés, en effet. La brièveté de l’affrontement et l’intervention policière font que je ne voit guère de façon -ou d’intérêt- de désigner un groupe prétendument « vainqueur ». Par ailleurs le rapport de force me semblait inversé (mais dans le feu de l’action on a du mal à voir ça clairement).

    4. Contrairement aux rumeurs persistantes personnes n’est tombé à l’eau, ni d’un coté ni de l’autre.

  • Le 16 mai 2011 à 09:51, par Lalala

    Quels sont les chefs d’inculpations pour les personnes inculpées ?

  • Le 16 mai 2011 à 08:09, par LCNE 25

    Vraiment d’accord avec l’analyse de Seb. Sinon la police, la préf’ et les médias ne sont que les collabos des fascistes , les médias se taisent sur les agressions car leur source c’est la préf.
    la situation à Lyon devient grave car, en assistant aux manifs antifa depuis plus d’un an, l’antifascisme peinent à mobiliser et même de moins en moins dans cette ville malgré les agressions à répétitions. J’espère que toutes ces agressions racistes et fascistes vont réveiller une bonne partie des habitants de Lyon et ses alentours, qu’une organisation d’auto-défense va se mettre réellement en place dans chaque quartier afin d’être prêts à riposter physiquement à la vermine brune. Déposer plainte pour agression, c’est bien dans la démarche mais ça n’aboutira pas. la police va s’obstiner à poursuivre les 4 camarades antifascistes (comme par hasard les fachos sont relâchés immédiatement par les flics on se demande pourquoi) donc mobilisons-nous pour les soutenir.

  • Le 16 mai 2011 à 00:32, par Tryph

    concernant l’affrontement sur le pont, je suis passé là bas juste après et j’ai discuté avec quelques témoins de la scène et ce qu’on m’a raconté diffère légèrement de ce qui est raconté là.
    1 - l’affrontement aurait duré 5 minutes avant que les forces de l’ordre se décident à réagir (apparemment bloquées par un bus)
    2 - les antifas sont arrivés en scandant des « ils sont ou les fachos, on va leur faire la peau », ce qui est incompatible avec le fait de se trouver face au fachos par hasard.
    3 - les fachos étaient armés et bien que les antifas aient été plus nombreux, ils se sont fait latter sévère du fait du manque d’arme de leur coté.
    4 - les antifas auraient quand même réussi a balancer 2 fachos à la flotte xD

    je répète que je n’ai pas été directement témoin du truc, c’est ce qu’un gars m’a raconté sur place. si y a des témoins direct de la scène, j’aimerai bien qu’ils confirment ou infirment, histoire de se faire une vraie idée de ce qu’il s’est réellement passé.

  • Le 15 mai 2011 à 23:58, par Rouge&Noir

    @ Sarah,

    Pour que cela se sache, je propose à chacun-ne d’imprimé le dernier communiqué du collectif 69 (dans les compléments d’infos de ce présent article) ou autres futur tracts dénonçant la situation sur papier format A4 et de le diffusé dans des lieux fréquentés (station de métro, arrêt de bus,...) pas nécessairement de faire de la distribution aux gens (comme des journaux gratuit) mais aussi de les collés avec un bout de ruban adhésif type scotch sur les lieux de passage (abris bus, portiques, escalators,...), ainsi il n’y a pas de dégradations de biens public (la colle liquide est à proscrire !) et les passants peuvent au passage récupéré le tract pour éventuellement le diffuser.

    Salutations.

  • Le 15 mai 2011 à 23:15, par a

    Comparution immédiate demain a 14H au TIG. Un rassemblement est prévue. Soyer nombreux !
    (A mettre au début de l’article plus qu’en complément d’info je pense)

  • Le 15 mai 2011 à 22:32, par G.G.

    Le mieux, pour ceux qui ont subi des violences, quelles qu’en soient la nature, serait de faire un témoignage à apa69 (at) riseup.net, le collectif de vigilance contre l’extrême-droite, et de déposer plainte.

  • Le 15 mai 2011 à 22:08, par Sarah

    Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est pourquoi les médias nationaux n’en parlent absolument pas ? J’ai regardé le JT de France 2 hier soir et pas un mot.... Est ce qu’il est possible de poster un lien vers cet article sur leurs sites ou de leur envoyer par mail ?...
    Comment on peut faire pour que cela se sache ?

  • Le 15 mai 2011 à 21:51, par Colucci

    On se demande bien quand cela va s’arrêter et ce que les autorités attendent pour fermer ces putains de repères à faf.

    Si sa continue il va y avoir des morts.

  • Le 15 mai 2011 à 21:34, par seb

    salut je voulais juste temoigné j etait a la contre manif ,je suis libertaire et ce qui c est passé hier c est une agression conjointe de la police et des fachos sur enemi commun, c etait d une violence des bombes lacrymo vidé dans les yeux pour certains dans la bouche pour d autre, une charge sur le pont qui poussa nos camarades dans les griffes des fachos , des coups de matraques dans les tibias et pour moi dans la paumette droite , j ai un oeuf sur la joue, mais tous ca se paiera , j etait présent le 9 avril , encore présent le 14 mai et je serais encore la pour la prochaine et on les aura

  • Le 15 mai 2011 à 21:05, par .

    Habitant du 1er arrondissent, j’ai été réveillé ce dimanche 15 mai 2011
    sur les coups de 1H30 du matin des cris vifs et répétés scandant "sig
    heil" ainsi que par des bruits de chocs et de coups sur des façades. En
    regardant par ma fenêtre j’ai vu un groupe de grosses vingtaines de
    personnes qui agressait les clients du café-pub concert « le Phébus » qui se
    trouvaient sur le trottoire à l’extérieur. Plusieurs personnes ont été
    violemment frappés.

    Le groupe d’agresseur a ensuite descendu la rue en s’en prenant aux
    voitures et passants tout en criant « europe, jeunesse, révolution » avant
    de disparaitre au niveau de la rue Burdeau.

    La police et les pompiers sont ensuite arrivés devant « le Phébus ».

    Un habitant de la rue Pouteau

  • Le 15 mai 2011 à 20:56, par pierre

    Je peux savoir a qu’elle heure passe en comparution immédiate notre camarade demain ? On m’a dit 14h00 , c’est confirmé ?

  • Le 15 mai 2011 à 20:37, par collectif69

    Lyon, le 15 mai 2011

    Le rassemblement des identitaires à Saint Jean pour la « liberté d’expression » autorisée par le préfet a été l’occasion d’un déchaînement de haine et de violences :
    - saluts nazi
    - discours contre l’islam et les musulmans pour l’Europe blanche
    - saccage de commerces dans le Vieux Lyon (exemple restaurant kebab par les membres du local néo-nazi à Gerland)
    - agressions de passants
    - actions de commandos nocturnes à la Croix Rousse contre les consommateurs d’un bar et un commerce dans une logique de ratonnade.

    Il en découle plusieurs hospitalisations que nous essayons de recenser. Nous savons déjà que deux personnes ont été hospitalisées dans la nuit et sont en réanimation dont l’une avec traumatisme crânien.

    Nous appelons tous témoins à contacter le collectif de vigilance contre l’extrême droite à l’adresse apa69 (at) riseup.net .

    Ces événements étaient prévisibles c’est pourquoi nous avions appelés à la manifestation antifascistes pour les prévenir et les dénoncer. Cette manifestation, sous une pluie battante, a été un succès regroupant environ 2000 personnes.

    La préfecture avait autorisée le rassemblement du Bloc Identitaire en nous garantissant qu’il mettrait en œuvre tous les moyens nécessaires pour qu’il n’y ait ni agressions ni violences ce week-end à Lyon.

    Force est de constater que cet engagement n’a pas pu être tenu.

    La préfecture du Rhône avait également pris l’engagement de considérer les organisateurs du rassemblement pour la « liberté » (drôle de liberté !) comme responsables de tous propos, actes ou violences racistes qui seraient tenus : c’est bien le cas !

    Nous espérons que cet engagement sera tenu.

    Plus que jamais nous exigeons :

    la fermeture du local néo-nazi du Bunker Korps à Gerland et du local « la Traboule » des Identitaires à Saint-Jean ;
    que tous les moyens légaux soient mis en œuvre pour empêcher ces groupes violents de nuire. La question de leur dissolution est désormais posée.

    Déterminé, le Collectif de vigilance 69 poursuivra ses actions contre l’extrême droite, contre la banalisation de ses idées et contre la violence de ces différentes composantes.

    Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite

  • Le 15 mai 2011 à 20:32, par Poolp

    Percy, je te conseille de porter plainte, il ne faut pas laisser ces agissements sans suites. Tu pourras probablement identifier tes agresseurs sur la base des images que la police a filmée à la manifestation et les très nombreuses photos qui circulent pour partie sur Internet. Le conducteur de bus peut être un témoin, tu as tous les éléments pour faire un bon dossier. N’hésites pas à contacter les associations de lutte contre le racisme locales, elles pourront voir le dossier avec toi avant que tu portes plaintes si tu veux en discuter.

  • Le 15 mai 2011 à 19:12, par Percy

    Je me suis fait insulter, menacer et frapper par un fasciste a Perrache, et dans le bus 49. Tous les passagers ont été témoins de son violence et ses arguments racistes. Il y avait deux filles qui se sont levées pour me soutenir et le conducteur même été obligé d’arrêter le bus pour lui faire descendre, après m’avoir fortement frappé la tête et m’avoir menacé de mort.

  • Le 15 mai 2011 à 15:38

    excellent article
    merci rebellyon

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info