A Lyon, une journée d’études sur les révoltes urbaines de l’automne 2005

1207 visites

Camille Hamidi, Nancy Venel et Sophie Béroud, organise le jeudi 1er mars 2007 une journée d’études sur les émeutes urbaines de l’automne 2005, de 10h à 17h à l’école normale sup-lettres (salle F-106) 15, parvis René Descartes à Lyon-Gerland (métro Debourg), avec comme l’un des intervenant(e)s, Stéphane Beaud, auteur de nombreuses publications sur les révoltes urbaines et sur la « banlieue »(1, 2, 3, 4), cette journée se propose de confronter différentes analyses.

Dans le cadre du projet ANR « Genrebellion » du Laboratoire de sciences politiques TRIANGLE :

Journée d’études

Jeudi 1er mars 2007

ÉMEUTES URBAINES ET « ÉMEUTIERS »
CONDITIONS D’ANALYSE DES TRAJECTOIRES INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES

Matinée, 10h-12h30
Genèse des révoltes urbaines en France

Intervenant(e)s :

- Stéphane Beaud (sociologue, Maître de conférences à l’Université de Nantes, laboratoire de sciences sociales de l’ENS-Ulm) : « Violences urbaines et violences sociales : retour sur un cadre d’analyse »

- Michelle Zancarini-Fournel (historienne, Professeure à IUFM de Lyon, UMR LARHA) : « Les rébellions urbaines : variations de temporalités et d’échelles »

Après-midi , 14h-17h
Terrains européens : retour sur des analyses de cas.

Intervenant(e)s :

- Andréa Réa (politiste, chercheur à l’Université libre de Bruxelles) : « Menace ou opportunité, les leçons d’une émeute en Belgique »

- Oumou Kante (doctorante en histoire, Paris 1) : « Brixton, 1981 : Chronique d’une crise »

- Romain Garbaye (politiste, Maître de conférences à l’Université Paris IV) : « Les émeutes en Grande-Bretagne de 1981 à 2001 : interprétations et pistes de comparaison ».

Cette journée d’étude se déroule dans la salle F-106 de l’ENS-LSH
15 parvis René Descartes, 69007 Lyon, Métro Debourg


Entrée libre.

Présentation de la journée :

La floraison éditoriale qui a suivi les émeutes urbaines de novembre-décembre 2005 en France témoigne à la fois du retentissement d’un phénomène qui n’est pourtant pas sans antécédents et de la demande sociale d’nterprétations dont il est l’objet. Au-delà de l’extrême diversité des ouvrages publiés dans l’urgence ouverte par l’événement... ; témoignages, ouvrages de chercheurs en sciences sociales, essais politiques... ; la focale est bien souvent braquée sur le traitement médiatique et politique des émeutes et sur le poids que celui-ci a eu dans la dynamique et le développement des faits.

En revanche, on sait bien peu de choses sur les acteurs de la crise eux-mêmes, sinon à
l’encontre de la thèse officielle du ministère de l’Intérieur qu’ils avaient plus souvent le profil de primo-délinquants que de récidivistes (constats du tribunal correctionnel de Bobigny jugeant les émeutiers de Seine-Saint-Denis en comparution immédiate, confirmés par
plusieurs parquets de villes ayant été elles aussi le théâtre de violences), et que l’islamisme radical n’était pas impliqué
dans l’organisation des émeutes (rapports des Renseignements Généraux et de la DST).

Par ailleurs, l’insertion de ces événements dans une séquence historique plus longue qui leur donnerait sens est rarement faite, si ce
n’est pour nourrir le schéma fataliste d’un inexorable « problème des banlieues ». De même, leur comparaison avec les émeutes
urbaines survenues dans d’autres pays industrialisés n’est guère développée. Or, les travaux ne manquent pas concernant
d’autres exemples démeutes urbaines, et il semble possible de cumuler ces savoirs. La journée d’études entend contribuer à cette
mise en perspective historique, sociologique et comparatiste, en s’attachant, dans le même temps, à faire dialoguer des chercheurs
aux approches disciplinaires différentes. Outre la comparaison internationale et l’éclairage historique, l’attention sera donc portée sur les trajectoires individuelles et collectives des
protagonistes, resituées dans leur environnement social et urbain, et sur es méthodes d’investigation susceptibles d’y donner accès (entretiens, imprégnation longue, etc.)

P.-S.

Stéphane Beaud sur Rebellyon, c’est ici.
Vous pouvez aussi écouter la conférence (entière ou par bouts) qu’il a donné le 10/02/06 à la bibliothèque Georges Pérec à Vaulx en Velin.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Première bataille de Wounded Knee le 27 février 1973

Le 27 février 1973, des membres de l’American Indian Movement (AIM) et des Lakotas (Sioux) Oglala occupent dans la réserve indienne de Pine Ridge le comptoir de Wounded Knee afin de protester contre le régime de terreur instauré par le président du conseil tribal dit « progressiste » [1] et corrompu...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"