A six mois du massacre par la police et la disparition forcée des étudiants mexicains

613 visites

A six mois du massacre commis par la police à Iguala et la disparition forcée des 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa, Mexique.

Pour nous, le Mexique n’est plus le même. Une partie de la population mexicaine est en train de se réveiller. Après des décennies d’injustice et de corruption, nous voyons un pays qui se lève et écoute. Il entend les voix d’autrui, de ceux qui sont laissés de côté et cachés parce qu’ils n’ont pas de place dans les "vérités historiques" que le gouvernement mexicain veut marchander au monde entier. Le Mexique ouvre les yeux pour trouver des fosses communes pleines de tant d’hommes, de femmes et d’enfants que les autorités ne réussissent pas à commencer à les compter. Le Mexique voit des communautés entières dépouillées des droits fondamentaux qui garantissent une vie digne, et se trouve face à un territoire qui est en train d’être vendu, morceau par morceau, parce que ses fonctionnaires donnent plus de valeur à l’accumulation de richesses qu’au bien-être et à la sécurité de ses citoyens.

Ce fût le chagrin des familles des étudiants disparus de l’école normalienne rurale « Raúl Isidro Burgos » qui nous a réveillés et il ne nous est plus possible de refermer les yeux. Six mois après les brutaux évènements qui eurent lieu à Iguala, Guerrero, les mexicains et mexicaines qui vivons à l’étranger disons avec une seule voix : « Sans justice pour le Mexique, pas de paix pour le gouvernement ».

Ensemble, nous dénonçons la spirale de violence, de corruption et d’impunité qui s’attaque à toutes les personnes mexicaines, spécialement aux secteurs les plus vulnérables de la société. Nous reconnaissons avec préoccupation la passivité du reste de la population face à l’urgence de ces faits. Nous voyons que le Mexique n’en peut plus, qu’il est nécessaire d’agir et de bâtir d’autres chemins ensemble. Ensemble, nous affirmons que le désespoir n’est pas une option.

Aux familles des disparus, nous vous réaffirmons notre solidarité avec votre lutte et vos exigences. Nous sommes avec vous dans votre demande de justice. Nos cœurs battent avec les vôtres.

A nos compatriotes, nous vous assurons que même si on est loin, à Amsterdam, à Athènes, à Berlin, à Leipzig, à Londres, à Marseille, à Paris et à Vienne nous marchons avec vous et avec les femmes, les indigènes, les immigrants, les étudiants, les professeurs et les travailleurs qui exigent le respect des droits les plus fondamentaux. Nos pas vous accompagnent.

Au gouvernement mexicain, nous déclarons que nous ne sommes pas fatigués, que nous ne nous remettrons pas et que nous n’oublierons point. Nous assumons le devoir d’être mémoire. Tant qu’il n’y aura pas de justice dans notre pays, nous continuerons de vous le rappeler, d’insister et d’agir. On est réveillés. Marchons ensemble !

Communiqué du réseau européen pour Ayotzinapa
26 Mars 2015

Lire aussi Rencontre au USA avec « Caravana43 », les proches des 43 étudiants disparus d’Ayotzinapa

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>1er janvier 1994 dans l’État du Chiapas au Mexique

Déjà vingt cinq ans ! Le 1er janvier 1994 marque l’apparition sur la scène politique mexicaine et sur la scène médiatique internationale du mouvement révolutionnaire « zapatiste » des indigènes du Chiapas au cri de ¡Ya Basta !.

>27 - 31 décembre 1969, le Weather Underground entre en clandestinité

Après la dissolution en 1969 de la plus grosse organisation étudiante de lutte contre la guerre au Vietnam des États-unis, la SDS, une partie de la jeunesse blanche se solidarise des luttes Tiers-mondistes. Ils forment une organisation clandestine soutenue par une importante organisation...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Militarisme / Armements » :

>11 novembre, la guerre de 1914-1918 : le creuset des totalitarismes

Les commémorations du 11 novembre 1918 occultent toujours le souvenir du carnage et préfèrent exalter le martyre des soldats en sacralisant leurs combats. Elles fabriquent le mythe de la guerre nationale, la mémoire des combats est déformée, le culte du soldat est quasi religieux et s’incarne dans les...

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

› Tous les articles "Militarisme / Armements"