Appel à mobilisation pour Monique convoquée au tribunal du Chambon Feugerolles dans l’affaire des faucheurs de Nonette

983 visites
OGM

C’est une convocation en conciliation, suite à la saisie de ses rémunérations par la société Limagrain, le lundi 11 décembre à 9h, au tribunal d’instance, rue Michelet, du Chambon Feugerolles (42).

Voir : Les 15 faucheurs de Nonette refusent de filer du fric aux multinationales des OGM.

Suite à la destruction de parcelles de maïs transgénique à Nonette, dans le Puy de Dôme par un groupe de 400 citoyens, 12 des 15 personnes interpellées ont été condamnées le 04 novembre 2005 par le Tribunal de Clermont-Ferrand à environ 17 000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral à verser à Méristem et Limagrain et un mois de prison avec sursis (3 ont été relaxés pour vice de forme)

En donnant son accord pour l’implantation de ces parcelles d’OGM médicamenteux, le gouvernement a fait fi de la position des élus du Conseil Régional d’Auvergne, du Conseil Général du Puy de Dôme, de plusieurs maires du territoire et de 80% de la population qui refusent la dissémination des OGM en plein champ. Il a fait fi aussi des 800 scientifiques qui, en 2005 ont adressé une lettre à tous les gouvernements alertant sur les risques encourus par la dissémination des OGM en plein champ et réclamant à ce titre un moratoire de 5 ans.
Par contre, le gouvernement a, par ces autorisations donné satisfaction à Limagrain, multinationale installée à Clermont Ferrand et à sa filiale Méristem.

Or, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, par jugement du 4 mai 2006 a prononcé l’annulation des autorisations d’essais de cultures d’OGM médicamenteux menés dans le Puy-de-Dôme en 2005 par la société Meristem Therapeutics.

Depuis le 04 novembre 2005, les 15/12 de Nonette (ayant donc fauché des essais OGM déclarés illégaux par le Tribunal) sont « à la merci » d’une procédure exécutoire à leur encontre de la part des parties civiles : la SCA Limagrain, l’agro-manager et Meristem Therapeutics.

Le 19 septembre 2006, Monique (l’une d’entre eux) a reçu un 1er commandement de payer avant saisie mobilière de part de la SCA Limagrain et de l’agro-manager.
Le 12 octobre 2006, c’est Franck qui a reçu un commandement du même type de la part des 2 mêmes parties civiles.
Depuis, malgré diverses pressions, tous les 15 ont continué à refuser de payer. Les 15 ont pris collectivement la décision de continuer à résister.
Ils ont décidé d’un recours en annulation pour la procédure à l’encontre de Franck.

Monique est convoquée le 11 décembre 2006 à 9heures 30 au Tribunal du Chambon- Feugerolles dans le cadre d’une convocation en conciliation (une demande de saisie de ses rémunérations a été formée à son encontre par LIMAGRAIN SCA).

Nous appelons à la mobilisation tout citoyen, tout militant syndical, associatif, politique qui décide de résister et de refuser :

- L’absence de démocratie dans le choix des politiques mises en œuvre, notamment en matière de santé et d’environnement et la primauté des intérêts financiers sur toute réflexion éthique

- L’instrumentalisation de la justice par les multinationales et par des politiques qui criminalisent pauvres, jeunes, sans papier, personnes dites en difficulté, syndicalistes et tout citoyen soucieux de tenir son rôle de citoyen.

SOYONS NOMBREUX DEVANT LE TRIBUNAL CE JOUR-LÀ

P.-S.

Contact : faucheurs69.42(Arobase)no-log.org

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « OGM » :

› Tous les articles "OGM"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Violence à la manifestation du jeudi 5 décembre

Récit d’une violence devenue que trop banale dans les manifestations en France et à Lyon. Jeudi 5 décembre, un manifestant reçoit en plein visage une bombe à gaz lacrymogène alors qu’il s’éloigne des gaz pour se protéger. Après plusieurs jours de douleurs, une visite à l’hôpital montre cinq fractures au...

› Tous les articles "Répression - prisons"