Site collaboratif d’infos alternatives

Appel de la Maison de la Mésopotamie à la création d’un front antifasciste unifié.

Au Kurdistan, en Turquie, dans l’Etat français, le fascisme est un ennemi commun !
Les fascistes avancent à Lyon.
Ils avancent dans l’Etat français.
Ils avancent partout dans le monde, sous divers visages, sous divers drapeaux.
Mais ils avancent.

Ce ne sont pas des situations séparées, ce ne sont pas des simples points isolés. Daesh ou Erdogan qui avancent, le GUD qui ouvre son "bastion", ce sont des victoires pour le fascisme international. Ce sont des défaites pour les progressistes et les révolutionnaires du monde entier.
Nous devons riposter en étant unis. Nous devons repousser chaque tentacule du fascisme.
Au Kurdistan et en Turquie, nous connaissons bien le visage du fascisme, ses crimes, la misère qu’il sème, pour le profit des exploiteurs. Nous connaissons sa guerre constante contre les classes populaires, contre les masses, contre les travailleurs et les travailleuses.
Nous savons reconnaître cet Etat d’urgence qui n’en finit pas, qui donne toute possibilité aux exploiteurs de réprimer.
Nous ne voulons pas que cette situation devienne également celle de l’Etat français. Nous ne voulons pas que cette situation devienne celle de Lyon. C’est pour cela que nous appelons à cette réunion commune, ayant pour base de briser l’isolement et la fragmentation, de rassembler ceux et celles qui veulent lutter contre le fascisme, le capitalisme et l’impérialisme.
Nous avons besoin d’une autodéfense populaire et unitaire. Tout comme le font nos camarades, nos frères et nos sœurs de combat, qui affrontent les fascistes turcs et les obscurantistes de Daesh, sous un seul drapeau : celui de la liberté et de l’autodéfense. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.
Car la police, qui enferme nos camarades, qui saisit leur propagande, qui brise leurs mégaphones, n’est pas de notre côté. Ni la justice, laquelle acquitte les fascistes et se montre impitoyable envers les nôtres. Ni l’Etat, dont la tâche de répression, d’asservissement, se marie parfaitement avec les désirs de l’extrême-droite.
Ni des vautours de l’électoralisme, qui n’attendent de celles et ceux qui luttent qu’une chose : leur bulletin de vote.
Il existe des désaccords, des hostilités, des jalousies, un nombre inconcevable de raisons pour que dure la division de ceux qui combattent le fascisme.
Ces divisions ont -plus ou moins- de raisons d’exister.
Mais elles doivent céder le pas devant la nécessité d’opposer un front uni, d’opposer une ligne de défense commune, contre l’avancée du fascisme et de ses agents.
Nous devons ne former qu’un rang dans la lutte contre le fascisme ! Un rang à Lyon. Un rang dans l’Etat français. Un rang au Kurdistan, en Turquie, dans le monde.

Soyons solidaires, unitaires, antifascistes !
Dimanche 11 juin à 18h00, à la maison de la Mésopotamie (rue Mazagran), retrouvons nous pour nous organiser et riposter !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

> Tous les articles "Extrêmes droites"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

Soirée solidaire Justice pour la Palestine

Samedi 4 novembre, une soirée solidaire est organisée à partir de 18h30 sous le titre de "Justice pour la Palestine". 100 ans depuis la déclaration Balfour, 70 ans depuis le plan de partage, 50 ans depuis l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza seront les thèmes des interventions, ainsi que des...

Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , "le pays des hommes intégres", à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire...

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"