Bosser dans le commerce : un travail formidable !

3242 visites
2 compléments

Déréglementations sur le travail nocturne, le travail dominical et l’annualisation du temps de travail pour toujours plus de rentabilité : témoignage d’une salariée sur les conditions de travail dans le commerce...
Extrait du journal de la CNT Interco 69 La Rafale n°32, dans lequel on pourra également retrouver un article sur Les conditions de travail dans la grande distribution et un autre sur Consommation / Surconsommation !!!

Debout, 8h30 dans la journée, confinée dans un espace mal agencé, entre courant d’air et forte chaleur à cause d’une ventilation inadéquate, en effectuant les mêmes gestes : soulever le produit, le scanner, le démagnétiser, le mettre en sac, le soulever par dessus le comptoir pour le tendre au client, encaisser, ne pas se tromper (penser constamment au trou dans la caisse qu’il pourrait y avoir en fin de journée), dire “bonjour”, ”merci”, “au revoir” et sourire bien sûr. Et tout ça sans trop paniquer devant la queue des clients qui s’allonge dans tout le magasin. Alors quand un client fait remarquer au milieu du brouhaha des discussions, des appels au micro et de la nécessaire radio qui grésille, qu’il a chaud et que c’est désagréable, j’aimerai qu’il sache que moi je suis là toute la journée pour servir des clients agressifs, qu’à force d’être debout j’ai mal au jambe, au dos, que j’ai une tendinite au poignet à force de manipulation, que c’est samedi et que je préférerais être ailleurs que de servir des consommateurs toujours plus furieux.

Le commerce est l’une des branches d’activités la plus touchée par les maladies professionnelles. Douleurs cervicales, tendinites dues aux gestes répétitifs, fatigue physique due à la station debout prolongée ou aux déplacements incessants. L’exposition au bruit et les sollicitations permanentes accentue le stress. Les postes de caisse ou de vente crée une tension incessante due à l’organisation de la gestion de plusieurs tâches en même temps (s’occuper des produits, contrôler les opérations, accueillir le client). Le secteur de la boucherie de gros (abattoirs, grande surface...) est le plus touché par ce que la médecine du travail appelle les troubles musculosquelettiques (TMS). La découpe à la chaîne à des cadences importantes favorisent l’apparition de ce type de maladies.
Le travail à la chaîne et sous pression de temps est constant : ne pas faire attendre. C’est bien connu : le client est roi. Souvent on demande aux travailleurEs de surveiller la fraude, le vol. Soit le/la travailleurEs accepte de faire le flic soit il/elle risque des problèmes avec son employeur. Le motif de mécontentement de la clientèle est souvent utilisé par l’employeur pour licencier.

Les patrons du commerce se plaignent de ne pas trouver de personnel. On ne se demande pas pourquoi ! Les horaires et plannings sont irréguliers : horaires décalées, journées continues, modulations d’horaires, travail les jours fériés, en nocturne, le samedi, le dimanche, planning adaptable. Le smic est généralisé, et le paiement des heures supplémentaires aléatoire, voir difficile. Les contrats courts et précaires sont majoritaires. Le travail à temps partiel non choisi est subie en particulier par les femmes. Plus de 36% des salariéEs sont à temps partiel dans le commerce de détail, proportion qui monte à 46% dans les grandes surfaces alimentaires.

La taylorisation des postes de travail s’est systématisée.

L’individualisation du travailleurE (que ça soit à son poste ou par les avantages/résultats) permet de l’obliger à rentrer dans une capacité d’adaptabilité et de flexibilité toujours plus grande. C’est le zèle du petit chef qui doit faire du chiffre. La hiérarchisation accentuée en pyramide (unE salariéE gère 3 équipes, elles-mêmes gérées par une personne, le/la 1er étant dirigéE par quelqu’unE qui en dirige 4 comme lui/elle...). Le système est bien rodé et donne l’illusion d’une participation commune à l’entreprise. Mais chacunE est amenéE à diriger l’autre et à le contrôler. C’est une branche qui sait manier la culture d’entreprise par des collaborateurs et autres partenaires, imposant à ses employéEs ses tenues de travail. L’utilisation du cadeau à la réussite ou aux méritantEs est très développée (l’employé du mois par ex.). Ces critères sont de plus en plus subjectifs et répriment toutes contestations lorsqu’elles touchent les planning et la répartition des postes. C’est la concurrence entre collègues.

Le commerce c’est 23 conventions collectives qui concernent environ 3 200 000 salariéEs dont plus de la moitié dans le commerce de détail. D’où la différence d’application selon la type, la taille de l’entreprise, et son champs d’activité.

Et les acquis obtenus dans des magasins symboles comme la Fnac sont en train de se fissurer.

Les grandes marques accroissent leurs profits et reviennent sur les acquis des employéEs du commerce. Les travailleurEs du commerce doivent souvent défendre leurs droits et souvent ce n’est que pour faire appliquer le Code du travail.

Les conditions de travail se sont fortement dégradées avec les déréglementations sur le travail nocturne, le travail dominical et l’annualisation du temps de travail pour toujours plus de rentabilité.

La polyvalence est de plus en plus souvent imposée. Il n’est pas rare de cumuler des postes de caisse avec des fonctions de gestion ou de compta. Bien sûr cela permet de ne pas reconnaître les métiers et les qualifications et donc de sous payer les travailleurEs.
Les primes ou heures supplémentaires liées au travail le dimanche n’est qu’une miette donnée aux travailleurEs. Si les salaires permettaient de vivre décemment, les salariéEs ne seraient pas contraintEs d’accepter des horaires supplémentaires ou le travail les dimanches. L’ouverture le dimanche n’amène pas de gain supplémentaire pour les entreprises. L’amplitude horaire d’ouverture des magasins est un cercle vicieux du au jeu de la concurrence. Cela ne crée pas d’emplois. Les soldes ne font que développer l’emploi précaire. Des missions de 9h de travail par jour en bout de caisse à remplir des sacs pendant plusieurs jours d’affilés m’ont été proposées par les magasins pendant les fêtes de fin d’année ou les soldes. Les opérations événementielles ou promotionnelles détériorent les conditions de travail grâce à des déréglementations importantes. Ces ouvertures se basent sur la frénésie des consommateurs. Ouvrir les magasins le dimanche nécessite du personnel de nettoyage par exemple (pour beaucoup sous traité), l’ouverture de services liés aux transactions, l’ouverture d’autres services qui finira par toucher toutes les branches d’activités...Si nos conditions de travail sont rendues plus difficiles c’est seulement pour le profit du patronat.

Mais c’est aussi notre mode de consommation basé sur l’exploitation qui est à remettre en cause. L’individualisme de notre comportement permet d’engraisser le capitalisme sur le dos des travailleurEs. Nous réclamons le droit pour tous au repos et aux horaires auxquels il/elle a droit. Le dimanche est un temps de repos collectif. Est-il vraiment important de pouvoir acheter n’importe quoi à n’importe quel moment ? En achetant le dimanche et les jours fériés on prive unE autre de son droit au même temps de repos que tous les travailleurEs.

La réduction des effectifs ou le manque d’effectif pèsent sur les salariéEs. La réduction du personnel dans les grandes enseignes de l’industrie du disque est en train de se mettre en place. Sacrifier des emplois pour rester leader.

Les grèves se sont multipliées ses derniers mois : La Redoute, Intérior’s, Trois Suisse, casinos Partouche, Fnac, Conforama, Ikéa, grande distribution (Carrefour, Auchan, Monoprix, Picard...) signes d’un ras le bol général des travailleurEs. Les salariéEs ne sont pas dupes et expriment leur ras-le-bol face aux dégradations de leurs conditions de vie.

P.-S.

Confédération Nationale du Travail
Syndicat Interco :
44, rue Burdeau 69001 Lyon
Permanences tous les mardis de 18h à 20h
Tél : 04 78 27 05 80
interco69(arobase)cnt-f.org

Liste de diffusion du syndicat CNT Interco 69 : inscription sur cette page pour être tenu informé des activités du syndicat (manif, débat, publication...).

Liste de diffusion de la CNT : inscription sur cette page (rubrique « Lettre d’info ») pour être tenu informé de l’actualité de la CNT.

Union régionale CNT Rhône-Alpes : coordonnées sur cette page des syndicats de la région Rhône-Alpes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 septembre 2008 à 13:20

    bonjour j ai travaille dans la distribution comme manager pendant 15 ans .beaucoup d heures de travail non remunerees.j aurai besoin de temoignages de personnes passees par la ou ayant connaissance de ces pratiques. merci de vos temoignages . patrice

  • Le 25 septembre 2007 à 15:12

    bonjour, je viens de tomber sur votre site en tapant simplement le mot ras le bol comme moteur de recherche. Au fur et à mesure de ma lecture je voyais defiler sous mes yeux ma vie quotidienne.Effectivement les bas salaires le travail le dimanche qui est pour ma part sans prime, sans rien de plus... a part une vie de famille inexistante. Oui ras le bol mais que faire ?

    Aujourd’hui lorsque vous etes dans le commerce, vous avez une etiquette si vous cherchez un autre boulot pas facile, vous etes vendeuse ou caissiere de toute façon et qui plus est lorsque vous avez depassé la quarantaine. Je travaille depuis 20 ans dans ce metier et je suis toujours au smic. Voila juste un petit temoignage de plus.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

› Tous les articles "CNT Interco 69"

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>Covid-19 : Les travailleuses en première ligne

Qu’elles continuent de travailler ou qu’elles soient à la maison, les femmes sont en première ligne dans la lutte contre la pandémie mais aussi les premières victimes de la crise sanitaire actuelle.

>Parcoursup et coronavirus : la machine à tri ne connaît pas d’arrêt !

Alors que l’ensemble de la population est confrontée à une crise sanitaire d’une ampleur inédite qui nécessite une mise à l’arrêt de quantités d’activités, le Ministère ne semble pas décidé à arrêter la machine à tri social qu’est Parcoursup. Les conseils de classe se déroulent sur tout le territoire, y compris...

>Communiqué de l’intersyndicale du Rhône du 26 Mars

Les Unions départementales CGT, CNT, CNT-SO, FO, FSU et Solidaires du Rhône seront particulièrement vigilantes pour que l’état d’urgence sanitaire ne se transforme pas en état d’indigence sociale et nous dénonçons les dérogations, adoptées le 21 mars, au Code du Travail en ce qui concerne les droits à...

› Tous les articles "Salariat - précariat"