Nous sommes bien plus qu’1 sur 4 à travailler pour financer nos études !

529 visites

Communiqué régional de Solidaires Etudiant.e.s Lyon, Grenoble, et Clermont-Ferrand. Selon une étude de l’INSEE, en janvier 2016, 25,8% des étudiant-e-s de la région Auvergne Rhône-Alpes combinent emploi et études.

25,8 % des étudiant-e-s couplent études et travail

Selon une étude de l’INSEE [1], en janvier 2016, 25,8% des étudiant-e-s de la région Auvergne Rhône-Alpes combinent emploi et études. Cependant, cette photographie à un instant T ne permet pas d’appréhender correctement l’ampleur du salariat étudiant  : le mois de janvier étant une période d’examen pour la plupart d’entre nous, les étudiant-e-s sont moins enclin-e-s à avoir un emploi. Ainsi, sont exclus les jobs d’étés, les stages ainsi que les autres boulots temporaires effectués à une autre partie de l’année.

Pour la même année, l’OVE (Observatoire de la vie étudiante) compte au niveau national, 46% d’étudiant-e-s ayant eu une activité rémunérée durant la période universitaire entre septembre et juin, et 75% si l’on intègre la période estivale [2].

Travailler en plus de ses études : une source de stress

Sur la même année, selon l’OVE, 33.5% des étudiant-e-s exerçant une activité rémunérée estimaient qu’elle était source de stress et de tension nerveuse. A noter que l’activité salariée comme source de telles angoisses est indifférente au lien de l’activité avec les études : 40.8% des étudiant-e-s exerçant une activité salariée en lien avec leurs études la qualifient ainsi. Il n’est donc pas question, comme l’affirme le Dauphiné libéré, de « lier l’utile à l’agréable » !
Toujours selon l’OVE, 54.4% des étudiant-e-s estiment que leur activité rémunérée est « nécessaire pour vivre », bien qu’elles « nuisent à leurs études » pour 17% des interrogé-e-s (50% pour une activité rémunérée sans lien avec les études exercée à mi temps pendant plus de 6 mois).

Faire des études, à quel prix ?

Nous avons donc le « choix » : échouer dans nos études ou les réussir au prix de notre santé physique et mentale. Ces chiffres sont à mettre en corrélation avec la précarité étudiante sur laquelle nous alertons depuis de nombreuses années, et plus particulièrement depuis le mois de novembre [3].

Parce que nous luttons contre la précarité qui nous touche, étudiant-e-s, parce que nous voulons étudier dans de bonnes conditions, nous réclamons, en Auvergne Rhône-Alpes, comme ailleurs :

  • la mise en place dans toutes les universités d’un service de santé universitaire gratuit et disponible ;
  • un plan de construction de logements sociaux et de cités universitaires afin d’accueillir à prix décent les étudiant-es au plus près des lieux d’études, avec comme objectif minimal à trois ans d’y loger 10% d’entre nous (contre 6 % actuellement) ;
  • une rémunération à minima au smic horaire des stagiaires, internes et alternant-e-s ;
  • le gel, puis la diminution jusqu’à suppression des frais d’inscription  ;
  • la hausse immédiate des bourses, ainsi que l’augmentation du nombre de ses bénéficiaires, et à terme le salaire étudiant, pour que tous et toutes puissent étudier dans des conditions dignes.

Signataires : Solidaires Etudiant-e-s Lyon, Solidaires Etudiant-e-s Clermont-Ferrand, et Solidaires Étudiant.e.s Grenoble

JPEG - 167.5 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Solidaires Etudiant-e-s Lyon - Syndicat de lutte (ex-FSE) » :

>La précarité tue : 3 mois après, on oublie pas

Cela fait 3 mois que notre camarade a tenté de s’immoler par le feu devant le CROUS de Lyon. Son état tend à s’améliorer, mais nous nous inquiétons pour lui. Il nous manque. Nous espèrons le voir sorti d’affaire au plus vite.

› Tous les articles "Solidaires Etudiant-e-s Lyon - Syndicat de lutte (ex-FSE)"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Parcoursup et coronavirus : la machine à tri ne connaît pas d’arrêt !

Alors que l’ensemble de la population est confrontée à une crise sanitaire d’une ampleur inédite qui nécessite une mise à l’arrêt de quantités d’activités, le Ministère ne semble pas décidé à arrêter la machine à tri social qu’est Parcoursup. Les conseils de classe se déroulent sur tout le territoire, y compris...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"