Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy...

10639 visites

Toutes ces bonnes choses que Sarkozy dit pour me rassurer...

« Nous vivons dans un monde où tout le monde n’a pas les mêmes scrupules, où tous les coups peuvent être donnés et où, pour abattre quelqu’un, on utilise tous les procédés. Rien ne me détournera de la route que j’ai choisie. » Nicolas Sarkozy (Le Monde, 2005)

JPEG - 11.8 ko

J’ai trois serrures à la porte de chez moi, j’habite dans le 7e arrondissement lyonnais, un quartier tranquille, mon appartement est au 5e étage et il y a un code à 5 chiffres sur la porte de mon immeuble.
Malgré toutes ces précautions, j’ai quand même peur. Alors je ne sors de chez moi que lorsqu’il fait jour, je ne prends les transports en commun qu’aux heures de pointes pour être sûr de ne pas me retrouver seul, lorsque j’attend le métro, je me place dans le champ de vision des caméras, cela me rassure de savoir qu’on veille sur moi.
Pendant le couvre feu je téléphone à ma famille pour m’assurer qu’ils vont bien, j’ai des rideaux à mes fenêtres et quand je veux voir ce qu’il se passe dehors, j’allume ma télévision, en général le soir vers 20h pour ne l’éteindre que lorsque la présentatrice météo me dit « bonne nuit ».
On vit tous avec des peurs, des inquiétudes, et des cauchemars.
Parfois je me réveille dans la nuit à cause d’un mauvais rêve ; dans ce rêve je me vois chez moi, tranquillement assis dans mon canapé en train de regarder la Star Academy lorsque ma porte explose, laissant entrer une bande organisée de racailles, islamistes très probablement. Et là, j’ai vraiment peur, ils veulent me voler mon portable. J’ai juste le temps de composer le 17 et Nicolas Sarkozy arrive pour me sauver ! Il nettoie mon apartement au karcher et me délivre de ces envahisseurs.
Je peux alors me rendormir, serein.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est que c’est un conquérant, un vrai guerrier qu’on peut admirer comme Barbe Rouge, Attila ou Alexandre.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il représente un peu pour moi le prophète que j’ai toujours attendu ; quand il s’auto-proclame « révolutionnaire » (1977) quand il parle de « politique de rupture », ou encore de « changer de politique ». Quand je vois le nombre de journaux et de chaines de télévision qui tiennent son discours, je me dis qu’il a forcément raison sinon il n’y aurait surement pas autant de monde d’accord avec lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il sait de quoi il parle. Tenez, par exemple, lorsqu’il s’exprime sur les banlieues, il en sait quelque chose puisqu’il vient des banlieues (bon, Neuilly certes...) et quand il dit des choses sur les immigrés, ça ne peut pas être raciste puisqu’il est lui même d’origine hongroise. Ses détracteurs trouveront toujours à redire des choses comme par exemple qu’en fait il est le descendant d’une famille aristocrate qui a fui le communisme, mais qu’importe, moi je préfère faire confiance à notre ministre de l’intérieur.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il a du goût, qu’il sort toujours dans des clubs branchés : TF1, Medef, etc... Et que même sa femme est distinguée lorsqu’elle le trompe avec un grand homme, Richard Attias, qui n’est rien de moins que l’organisateur du World Economic Forum de Davos.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est son coté justicier des temps modernes. Probablement inspiré par les comics américains, il fait ses preuves dès le premier épisode en combattant courageusement Humain Bomb à Neuilly, et, parce qu’on ne fait jamais mieux justice que par soi-même il envoie ses troupes du GIGN le tuer pendant son sommeil. Et ensuite lorsqu’il veut « nettoyer au Karcher la cité de 4000 ».

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il pense à ses amis, lorsque par exemple il négocie une place au sénat pour son camarade Charles Pasqua, alors que celui-ci avait justement besoin d’une immunité pour échapper aux ignobles juges qui lui font la chasse pour quelques erreurs de jeunesse...

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est son coté guévariste lorsqu’il se retire dans le désert, tel le Che traversant l’Amérique latine, et pour revenir avec un livre exprimant ses réflexions révolutionnaires : « Libre ! ».

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il sait prendre et garder le Pouvoir, même si cela provoque quelquefois des collusions d’intérêts. Par exemple, depuis son poste de « ministre de l’intérieur, il est le supérieur hiérarchique du préfet chargé de contrôler la légalité des actes administratifs accomplis par le président du Conseil général des Hauts-de-Seine... Nicolas Sarkozy » (syndicat de la magistrature), ou lorsqu’il remet ouvertement en cause la séparation des pouvoirs. Mais Nicolas Sarkozy n’a qu’une éthique : la fin justifie les moyens, et ce genre de dommages collatéraux ne l’affecte pas, c’est ça aussi que j’aime chez lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’oublie jamais de dire que le « peuple français » est « généreux », « comme il l’a toujours été », que « notre peuple à d’immenses ressources »... Je sais bien qu’il ne pense pas une seconde ce qu’il dit, mais ce n’est pas grave, j’aime bien quand il dit tout çà, ça me redonne confiance en moi.

Ce que j’aime bien chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il est toujours à mes côtés, que quand je pense à lui, je peux allumer la télé, la radio, ouvrir le journal ou aller sur internet, partout je peux le voir quand il me manque, il est là, avec ses mots doux et son sourire tellement rassurant.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est sa capacité d’auto-critique, par exemple lorsqu’il a dit le 19 novembre dernier : « Si j’avais un reproche à me faire, c’est que compte-tenu d’un certain nombre d’individus que nous avions face à nous et leur pedigree judiciaire, le mot racaille est sans doute un peu faible ».

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’a pas peur des contradictions lorsqu’il s’insurge contre « la pensée unique », alors que compte tenu de sa présence médiatique, « la pensée unique » c’est plutôt lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est sa folie des grandeurs ! 5 200 arrestations en deux semaines « d’émeutes », qui dit mieux ? Quel joueur ce petit Nicolas ! (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il est le seul à comprendre la « République » et qu’il est toujours prêt à se porter traducteur pour les gens ignorants comme moi. Sarkozy ne dit jamais :« Maintenant ça suffit ! » mais « La République a dit < Maintenant, ça suffit ! > ». (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est que ses réformes ont le mérite de défendre les intérêts de sa classe. Il est administrateur ou dirigeant de plusieurs sociétés : la SEMINE (capital de 240000 euros), EPASA et la SCI KATARPA, toutes des sociétés immobilières ou d’aménagement public basées à Neuilly.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il fait le boulot que Jean Marie Le Pen aurait voulu faire, et du coup il se félicite de faire baisser les scores du Front National (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, etc...

Il est vraiment très fort ce Nicolas Sarkozy, surtout quand il s’agit de faire parler de lui. Vous voyez-bien, même moi, pigiste bénévole pour un petit média alternatif, j’en suis réduit à écrire son nom toutes les 5 lignes...
A force d’en bouffer, du Sarkozy, je vais vraiment finir par faire une dangereuse indigestion !

Joseph Paris
http://www.josephparis.c.la

P.-S.

NdM : Voir aussi l’excellent blog Sarkostique.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Procès des 3 allemands arrêtés à Biarritz : appel à soutien !

Le 21 août 2019, trois personnes sont interpellées sur une autoroute du Sud-Ouest alors qu’elles roulent en direction de l’Espagne. Leur voiture est arrêtée par les forces de l’ordre, qui procèdent à un contrôle. A cet instant précis, on ne sait pas ce qui motive le contrôle, si ce n’est la sécurisation du...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

› Tous les articles "Discriminations"