Débat en présence d’une délégation FRALIB autour du film sur leurs luttes

542 visites

Échange et débat autour du film sur la lutte des Fralib de Marseille le Jeudi 29 novembre au local CGT du Vinatier (dans la grande salle, à côté de la chapelle).
Une délégation des Fralib sera présente (ils montent en voiture).
Début de la soirée à 18h30. À 19h, projection du film suivie d’un casse-croûte à 20h15, puis débat et échanges jusqu’à 22h/22h30.

FRALIB

Mettre hors la loi les caprices des actionnaires
ECHANGE et DEBAT

Fralib est une usine installée à Gémenos prés de Marseille. Elle appartient au groupe Unilever, produit des sachets de thé et d’infusion connus sous la marque le thé Éléphant. Elle est menacée de fermeture définitive depuis septembre 2010 ce qu’une majorité d’ouvrier refusent, instruits des conséquences sociales et économiques d’une précédente restructuration qui avait conduit nombres d’entre eux à devoir déménager de Rouen pour venir s’installer à Marseille. C’est ce qu’exprime clairement l’un d’entre eux quand il dit  : « nous ne voulons pas devenir des nomades obligés de suivre Unilever dans ses déménagements successifs »

Unilever est une multinationale qui a dégagé des millions d’euros pour ses actionnaires l’année ou elle a pris sa décision de fermeture. Son chiffre d’affaires qui se montent à 44 milliards d’euros par an, est tiré de quelques 400 marques dont les plus connues sont Maille, Fruits d’or, Alsa, Persil, Omo, Skip, Amora, Timoei, Magnum, Signal, Lipton, etc. Présente dans le monde entier elle vend ses produits dans 180 pays. Deux milliards de personnes les achètent chaque jour. Elle emploie pour les fabriquer et les diffuser 167 000 salariés, mais 200 000 sont sans contrat, sous-payés, sans convention de santé ni de retraite.

Unilever, c’est la précarité pour son personnel et le confort pour ses actionnaires. Unilever est un prédateur vorace, qui n’hésite pas à liquider tout ce qui ne lui rapporte pas suffisamment, c’est-à-dire énormément. C’est ainsi qu’en dix ans la multinationale est passée de 1200 marques au 400 d’aujourd’hui. Elle se donne comme objectif : celui de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2020 et utiliser dans cette perspective les pays émergents ou le coût du travail est peu élevé.

C’est l’exemple même du capitalisme que nous combattons, ce capitalisme qui a malheureusement l’écoute des gouvernements et qui veut faire baisser à tout prix le coût du travail en exigeant l’abaissement des cotisations sociales patronales et des salaires. Pour eux la protection sociale, le salaire mutualisé, sont des charges insupportables qu’ils veulent balayer. Les grands groupes utilisent pourtant sans vergogne les services publics et leurs infrastructures.

A travers le débat que nous organisons avec ces travailleurs en lutte (780 jours de lutte pour préserver l’outil de travail et les emplois) c’est toute la conscience de classe que nous voulons développer en démontrant que les travailleurs n’ont aucune raison de s’opposer entre eux mais tout à gagner en luttant ensemble pour imposer leurs revendications.

Face au lobby des groupes imposons la force des travailleurs. Venons échanger, en parler, développer ensemble des perspectives.
L’avenir nous l’avons entre nos mains, oui, soyons unis face au patronat et aux spéculateurs !!!
La logique capitaliste contre le besoin des hommes, nous devons tous ensemble la combattre et proposer notre vision de la société que nous voulons.
Public, privé, étudiants, chômeurs, retraités, travailleurs français et étrangers…UNITE !!!

Documents associés à l'article :

jeudi 29 novembre 2012

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info