Le 1er janvier 2015, adieu au Rhône, bonjour la « Métropole de Lyon », quels changements ?!

3819 visites
Métropole de Lyon 3 compléments

Le jeudi 1er janvier 2015, on sort du Rhône ... et Gérard Collomb devient par la même occasion l’élu local le plus puissant de France ...

Le « changement c’est maintenant » disait l’autre, et alors qu’en dehors des salariéEs de la métropole (qui se sont mobiliséEs pour leur salaires), les lyonnaisEs ont fait l’autruche toute l’année et que personne ne s’est mobilisé contre la globalité de ce projet, pour ne pas entendre un « je savais pas », je vous propose un petit tour d’horizon des changements probables.

Pour ceux et celles qui n’auraient vraiment rien suivi, la loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles institue au 1er Janvier, la séparation du Rhône en deux zones distinctes : "La métropole de Lyon", et le "Nouveau Rhône".

La Métropole de Lyon :
Cette zone administrative regroupant 59 communes soit 1,3 millions d’habitants (voir la liste ici) devient indépendante du Rhône, ce qui signifie que toutes les compétences du Rhône (que nous allons ensuite détailler) lui sont réaffectées .

Le Nouveau Rhône :
Bien c’est simple, ce sont les autres communes du Rhône qui n’ont pas été englobé dans la métropole. On peut noter que l’aéroport de St Exupéry et son C.R.A ne font pas partie de la métropole.

Passons à une rapide vue des nouvelles compétences de la métropole et ses implications :

Bon, pour commencer, la "bonne" nouvelle c’est que le code postal ne change pas, on reste "6.9" pélo !!

En fait c’est pas terrible comme nouvelle car cela découle du fait que l’organisation des services déconcentrés de l’État reste inchangée, ce qui veut dire qu’on garde notre Préfet Carenco qui, on le rappelle, a été nommé à son poste par Nicolas Sarkozy et est un proche de Jean Louis Borloo. Pour ceux/celles qui pensaient qu’on aurait au moins pu "surfer" sur la vague bordélique lié à un changement de préfet, ils/elles peuvent retourner à leur rêve, cela n’arrivera pas ...

A coté de ça, les collèges, CAF, MDR, cantine scolaire et toutes les instances issues du département sont attribuées à la Métropole. Le but affiché de Gérard Colomb est d’instituer à terme un "Guichet Unique" pour toutes les prestations sociales. L’idée est de faire des économies, mais concrètement si on est accusé de fraude à une prestation on risque aussi de tout perdre d’un coup ... Si son dossier se perd, on risque d’attendre 4 mois pour l’ensemble de ses prestations sociales ...


N’ayant pas le temps pour mieux développer l’aspect politique du changement lié à la métropole, nous vous proposons de lire cette analyse de l’Union Pour le Communisme :

La métropole : une machine de guerre bureaucratique au service du capitalisme ?

L’un des buts clairement affiché de cette réorganisation administrative est de réaliser des économies en s’attaquant aux services publics de proximité.. La fusion entre le Conseil Général et le Grand Lyon doit conduire à terme à la suppression d’un certain nombre de services (maison du Rhône par exemple) accusés de faire « double emploi ». Ces économies ne serviront pas à faire baisser les impôts mais plutôt à compenser le désengagement de l’Etat qui diminue d’année en année les dotations versées aux collectivités locales tout en leur imposant de nouvelles missions à remplir

La principale compétence que détiendra la métropole est le développement économique. Et ce n’est pas un hasard. La nouvelle structure doit permettre à Lyon de se positionner en termes de marketing territorial dans la course à l’attractivité que se livrent les grandes cités européennes, aux côtés de Milan, de Barcelone ou de Munich. Il est à signaler que les professionnels de la finance donnent des notes aux différentes villes en fonction de leur attractivité afin de mieux orienter les investissements en capitaux vers les agglomérations les plus rentables.

Pour continuer à s’accumuler, le capital a besoin de regrouper sur un même territoire les activités et les compétences nécessaires à la maximisation des profits : la présence d’une bourgeoisie intellectuelle pour recruter des cadres dirigeants, des centres de « recherche et développement » pour stimuler l’innovation, des industries de haute-technologie (biotechnologie, nanotechnologie, chimie fine, pharmaceutique etc.) pour produire des marchandises à forte valeur ajouté, des infrastructures de réseaux et de transports pour faire circuler les flux, des sièges sociaux pour impulser les décisions, des médias de masse pour communiquer efficacement, des sites touristiques pittoresques et des centres commerciaux modernes pour divertir clients et visiteurs etc. La métropole se fixe pour mission de créer les conditions nécessaires pour regrouper ces différents « facteurs de compétitivités » sur son territoire, y compris en versant des sommes considérables d’argent public à des entreprises privés. Le maître mot est le « partenariat public-privé », et tant pis si cela conduit à des contrats ou à des marchés ruineux pour la collectivité (à l’image de la récente polémique sur la reconduction du marché du chauffage urbain du Grand Lyon à l’entreprise Dalkia).

Les concepts fumeux de « villes intelligentes », de « pôles de compétitivité » ou de « milieux innovateurs » servent surtout à démontrer que l’agglomération est à la pointe quand il s’agit d’optimiser l’exploitation capitaliste. Il est en de même de l’image de marque que la ville cherche à se donner (« only Lyon ») à l’échelle internationale.

Enfin, la métropole permettra de concentrer de plus amples moyens financiers et techniques pour mener à terme les projets pharaoniques de Gérard Collomb (Grand stade à Décines, Musée des Confluences, TGV Lyon-Turin, COL et TOP etc.). Cette politique de « grand travaux » vise à offrir des débouchés rentables aux capitaux excédentaires, à engraisser les multinationales du BTP et à mettre en avant l’image de l’agglomération. Ceci au détriment de l’environnement et des riverains, et à des coûts colossaux.

Lyon, plus que jamais une ville bourgeoise !

Pendant que les grosses villes se réorganisent pour mieux centraliser capitaux, investissements et organes de pouvoirs, des territoires entiers se retrouvent à la marge des futures métropoles. Les inégalités vont sans surprise s’accroître entre d’un côté les centres des métropoles et de l’autre les quartiers d’habitats collectifs de banlieue, les quartiers pavillonnaires péri-urbains, les territoires ruraux, les territoires industrialisés, les petites villes…

Pour les prolétaires qui habitent dans les métropoles, les conséquences sont simples et prévisibles. Le processus de gentrification – d’embourgeoisement – déjà largement commencé va s’accélérer au centre de la métropole. Concrètement, seule la bourgeoisie aura les moyens financiers de faire face aux hausses des loyers. Ceci va conduire à l’expulsion des plus démunis vers les territoires marginalisés cités plus haut (aujourd’hui les ouvriers sont déjà la catégorie socioprofessionnelle la plus représentée dans les territoires ruraux, loin devant les agriculteurs).

Quand on ajoute aux hausses de loyers, les politiques mises en place pour que les prolétaires ne se sentent plus chez eux (dispositifs sécuritaires omniprésents, ouverture de lieux culturels élitistes et de boutiques à la mode hors de prix etc.), nous comprenons que les quartiers centraux de la métropole seront définitivement des enclaves aseptisées pour satisfaire les plus riches.

Autrement dit, le droit de vivre dans un centre urbain – en bénéficiant de logements dignes, de services de qualité, d’une desserte en transport en commun, d’un cadre de vie agréable… – est de plus en plus réservé aux activités économiques les plus lucratives et aux classes sociales les plus privilégiées. Nous voyons ainsi se dessiner une ville à deux vitesses, ce n’est pas encore le Métropolis de Fritz Lang mais nous nous en approchons à grand pas !

Saboter la métropole pour renverser le capitalisme

Nous ne pouvons pas rester inactifs devant les conséquences sociales désastreuses de cette politique. Il est primordial de s’organiser pour lutter sur le terrain en faveur du droit des prolétaires à rester dans leurs quartiers. Il ne s’agit pas de quémander auprès des autorités afin d’obtenir une illusoire mixité sociale mais bien de s’affronter directement aux intérêts des classes dominantes. A ce titre, il est important de contribuer à l’expression de cet affrontement que sont les luttes pour le logement, pour la santé ou pour la préservation du cadre de vie. Et ceci aussi bien pour défendre un squat à la Guillotière, s’opposer à la privatisation du ramassage des déchets et de l’eau à Lyon, que pour sauver une maternité à Paris ou un parc à Istanbul.
Toutefois, ces luttes défensives ne sauraient suffire si elle ne ciblent pas la responsabilité du système capitaliste dans son ensemble. Réquisitionner un logement ou occuper un parc sont des actes de résistances indispensables mais qui ne sauraient tenir sur la durée face au rouleau compresseur métropolitain et aux forces de répression étatiques au service du capital.

Enfin, il s’agit de ne pas confondre les symptômes avec la cause du problème social, comme le font ceux qui accusent des boucs émissaires (que ce soit les roms pour Valls, les juifs pour Dieudonné ou les arabes pour Marine le Pen) d’être responsables de la dégradation de la situation. Au contraire, le défi qui nous attend est de construire le parti capable d’articuler les luttes concrètes face à la métropole avec la volonté d’en finir une fois pour toute avec les racines de l’exploitation.[1]


Autre analyse : le communiqué de l’UD CGT sur la métropole :

Bon démarrage de la Métropole !
Suspension du service public pendant 3 semaines ...

En raison des difficultés liées au transfert des données informatiques du Conseil Général du Rhône et du Grand Lyon, à l’occasion de la création de la Métropole de Lyon, les services qui instruisent les dossiers d’aide sociale (Revenu de Solidarité Active, Prestation de Compensation du Handicap, aides financières ...) ne seront pas en mesure de traiter les nouvelles demandes.
Cela s’ajoute au retard déjà accumulé dans certains secteurs en raison du manque de personnel, ces retards pouvant aller jusqu’à plusieurs mois.

Autre exemple : que va-t-il se passer pour les personnes âgées sortant d’hospitalisation et nécessitant la mise en place d’un plan d’aide de retour à domicile (auxiliaires de vie, portage des repas ...) sans logiciel ?

En plus des conséquences pour les usagers, ces dysfonctionnement impacteront directement la Caisse d’Allocations Familiales et les Centres Communaux d’Action Sociale qui vont être contraints l’ensemble des dossiers.

Cela démontre un manque d’anticipation : les services support (finances, informatique, patrimoine, ressources humaines) des 2 collectivités ont dû travailler dans la précipitation et produire en 6 mois un travail qui demandait 2 ans.

A l’heure actuelle, aucune garantie de fiabilité ne peut être donnée aux bénéficiaires sur l’accès à leurs droits à compter du 5 janvier 2015.

La CGT dénonce les conditions de la mise en place de la Métropole sur les personnels et les usagers.

Elle revendique une représentation décisionnaire des syndicats au sein des nouvelles instances mises en place dans le cadre de la Métropole.


Voir aussi : le dossier de presse officiel sur la métropole


Voici la liste des nouvelles compétence de la future métropole :

Les compétences issues du Grand Lyon
aménagement urbain,
habitat et logement,
développement durable et énergie,
planification territoriale,
transports et mobilité,
développement économique,
relations internationales,
propreté (nettoiement et gestion des déchets),
eau et assainissement,
voirie,
tourisme,
agriculture.

Les compétences issues du Département
insertion,
personnes âgées,
personnes en situation de handicap,
logement et développement urbain,
mobilité,
famille,
éducation (collèges),
enfance,
culture et sport,
aménagement du territoire,
voirie,
tourisme,
agriculture.

Les autres compétences prévues par la loi
création et gestions d’équipements culturels,
construction et entretien des réseaux de chaud et froid,
construction et entretien des réseaux très haut débit,
concession de distribution d’électricité et de gaz,
gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,
prévention de la délinquance et accès aux droits,
participation à la gouvernance des gares,
co-pilotage des pôles de compétitivité,
logement,
création et entretien des services pour les véhicules électriques,
défense extérieure contre l’incendie,
hygiène et santé.

P.-S.

(N’hésitez pas à envoyer des contributions pour améliorer cet article !!)
D’autres articles seront certainement ajoutés à ce dossier au fur et à mesure de l’actualité et de la mise en place de la Métropole.

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 7 janvier 2015 à 17:45, par Yololo

    Bonjour, je souhaite juste apporter mon modeste témoignage. Travaillant dans l’informatique et en ce moment sur la transition qu’a subit la métropole je peux vous dire que c’est vraiment du grand n’importe quoi ! C’est simple en 10ans c’est bien la première fois que je rencontre autant d’amateurisme grave de conséquences dans les prises de décisions à savoir et en vrac : -la multiplication des prestataires informatique (qui font que l’utilisateur ne sait jamais vers qui se touner et se voit balader de services en services) -le nombre d’incidents informatique est en forte hausse (on compte aussi 2000utilisateurs en plus tout de même...) mais quasimment aucun renfort supplémentaire -les techniciens informatiques sont « formés » à la va vite sur les problèmes au jour le jour, quelques fois c’est même l’utilisateur qui leur vient en aide ! -comme dit dans l’article des applications importantes (Iodas entre autre) ne fonctionnent pas et empêchent les agents de travailler, aucune solution a l’heure actuelle = blocage des services sociaux -un utilisateur lambda doit rentrer 3 identifiants et 3 mot de passe différent juste pour accéder à sa session ! Evidemment cela crée énormémment d’incidents -les services directionnels en informatiques sont complètement largués !

    Bref, c’est vraiment la merde, je souhaite bien du courage à tous les agents impactés !!!

  • Le 5 janvier 2015 à 09:25, par mdr

    Bonjour,

    Juste une remarque, dans le communiqué de l’UD CGT, il manque qq mots pour bien comprendre le propos dans ce paragraphe :

    « En plus des conséquences pour les usagers, ces dysfonctionnement impacteront directement la Caisse d’Allocations Familiales et les Centres Communaux d’Action Sociale qui vont être contraints l’ensemble des dossiers. »

    à la fin du paragraphe, il s’agit à mon avis d’ « être contraints de traiter manuellement l’ensemble des dossiers ».

    Il en va de même dans les Maisons du Rhône... sachant que tout le monde ou presque a oublié comment on remplit de bons vieux dossiers surannés à la main. Cela promet en effet bien des retards... en espérant que cela se limite en effet à « seulement » qq semaines. Bien-sûr que tout a été improvisé par les administrations, malgré elles valets des politiciens. Ces derniers ont pensé « vite, plus de pouvoir pour nos pommes », pas « réfléchissons à plus de proximité pour les citoyens »...

    On pourrait parler aussi, c’est un détail mais significatif, des milliers de papiers et enveloppes à en-tête « département du Rhône » qui vont être détruits pour refaire exactement les même avec un en-tête de la métropole. On pourrait parler, paler de tant d’autres détails mais on a pas le temps, on doit s’adapter...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Métropole de Lyon » :

› Tous les articles "Métropole de Lyon"