Grève illimitée aux urgences de Lyon : « On ne peut pas prodiguer des soins de qualité avec les moyens qu’on nous donne »

11953 visites

Le 20 février marquait les 30 jours de grève du personnel des urgences de Lyon Sud. Les salarié·es dénoncent des conditions de travail et d’accueil des patient·es qui se dégradent et demandent davantage de moyens humains et matériels. Nous sommes allés à leur rencontre lors du rassemblement organisé devant la direction des Hospices Civils de Lyon.

M. et S. sont deux salariées des urgences et de l’unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) de Lyon Sud. L’UHCD est un service tampon où les patient·es sont hospitalisé•es jusqu’à 48h s’il n’y a pas de lit disponible dans les services où ils doivent être pris en charge après les urgences. J. est infirmière contractuelle du service des urgences d’Édouard Herriot en attente d’être titularisée depuis 2 ans.

Les grévistes demandent l’ouverture de postes de brancardier·es, d’agent·es hospitalier·es et d’aides soignant·es pour accueillir les patient·es dignement. Pour l’instant la direction est restée sourde à leurs revendications.

JPEG - 2.1 Mo

Vous êtes en grève depuis combien de temps ?

On attaque la cinquième semaine de grève à Lyon Sud et cela fait une quinzaine de jour qu’à Édouard Hérriot on a rejoint le mouvement.

Qu’est-ce que cela implique d’être en grève quand on travaille aux urgences ?

On est là mais on est réquisitionné·es automatiquement. On fait les mêmes soins. On essaie de ralentir mais vu l’afflux des patient·es, on ne peut pas. Donc on travaille normalement. On est payées, seuls celles et ceux qui ne sont pas réquisitionné·es perdent leurs jours. C’est le service minimum. Comme on est rarement en sureffectif, on est quasiment toutes et tous réquisitionné·es systématiquement.

Comment a commencé la grève ?

Il y a eu une grosse épidémie de grippe et ça a été le ras-le-bol général. Des patient·es ont attendu six heures, huit heures, peut-être même plus. On n’avait pas de lits pour les recevoir alors que des personnes âgées en auraient eu besoin.

L’affluence a été très importante pendant les fêtes avec l’épidémie de grippe et de gastro. Mais on avait déjà avant des problèmes d’accueil. Quand on n’a pas de lit sur l’hôpital, on sait que toutes les personnes qui vont arriver vont stagner aux urgences sans avoir la possibilité d’avoir un parcours de soin fluide. Ce sont des personnes qui vont rester des heures, qui vont attendre avant d’être prises en charge et ensuite encore attendre parce qu’on n’arrive pas à les intégrer dans les services de l’hôpital.

On demande des lits en aval pour désengorger les urgences. On est à plus de 100 passages par jour. À Lyon Sud, on accueille 33 000 personnes par an alors qu’on est censé pouvoir en accueillir seulement 11 000. On n’a donc pas du tout les locaux et le personnel adaptés. On se retrouve dans une situation où on ne sait pas comment faire.

On a commencé à tirer la sonnette d’alarme en 2012 et depuis la situation n’a fait qu’empirer.

Dans quel sens cela s’est dégradé ?

On nous a enlevé du personnel et les locaux ne sont plus du tout adaptés. Le service d’accueil des urgences a été refait mais d’une manière inadaptée. Avec les restructurations successives des services on a perdu des postes, des postes de cadres, de « faisant fonction », d’aides-soignantes et d’infirmières.

On nous demande de faire plus avec moins. On a moins de personnel avec une augmentation de la population, son vieillissement et donc plus d’hospitalisations nécessaires.

Dans le service des urgences d’Édouard Hérriot, la moitié du personnel sont des contractuels depuis au moins 4 ou 5 ans et qui attendent toujours leurs stages de titularisation d’une durée de un an. Des étudiant·es sont obligé·es de rester travailler jusqu’à 1h du matin ...

Quelles sont vos conditions de travail ?

Dures ! C’est dur pour tout le monde, on craque, anciens comme nouveaux. Hommes, femmes, infirmier·es, médecins ou aide-soignant·es, on est dans une situation où on est un peu dégoûté·es. On ne veut pas travailler dans ces conditions-là donc on a décidé de se souder pour dire que ce n’est plus possible.

Parfois j’ai honte. Lorsque je passe devant des patient•es en baissant la tête parce que je sais qu’ils vont me demander quelque chose mais que je n’ai pas le temps de leur donner ne serait-ce qu’un verre d’eau.

Des patients âgés, parfois de plus de 90 ans, restent plusieurs heures sur des brancards, il y a alors des risques d’escarres. Parfois on ne peut plus accompagner des incontinents aux toilettes, on manque même de couvertures ...

« On en arrive maintenant à de la maltraitance institutionnelle »

JPEG - 5.3 Mo

Quelles sont vos revendications ?

Nous demandons plus de lits et plus de personnel pour une prise en charge correcte des patient·es car aujourd’hui on tombe dans la maltraitance.

Vous avez le sentiment d’être écouté·es ?

Non ! Enfin, on nous dit qu’on nous comprend mais on n’a aucune réponse. On a eu plusieurs rendez-vous avec la direction générale de l’hôpital. À court terme rien ne nous est proposé. À long terme, leur solution c’est la réunion de tous les services d’urgences. Mais on a besoin de solutions maintenant. Que fait-on de nos patient·es ?

On ne peut pas prodiguer des soins de qualité avec les moyens qu’on nous donne. Cela va à l’encontre de nos valeurs soignantes, de pourquoi on s’est engagé·es.

« C’est dur pour tout le monde, on craque, anciens comme nouveaux »

Article écrit dans le cadre du collectif d’entraide à la rédaction :
Photo : Z. / Entretien : M. / Retranscription : C.

P.-S.

Les réponses des infirmières à nos questions se recoupant, nous avons choisi de mutualiser les propos récoltés, sans préciser qui parlait à quel moment, le consensus entre tous les grévistes autour de la dégradation de leurs conditions travail étant très fort

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Retour sur la mobilisation au lycée Edouard Herriot du 10 décembre

Ce mardi 10 décembre, le lycée Edouard Herriot s’est mobilisé et a bloqué l’établissement avant de rejoindre en cortège les lycées de Saint-Exupéry et d’Ampère Saxe. Dès 6h30, une vingtaine de lycéens et d’étudiants en prépa ont monté une barricade au moyen de poubelles, grilles de chantier et trottinettes...

>Lyon 3e : mise à l’abri de deux enfants à l’école Léon Jouhaux

Nous sommes un collectif de citoyennes, citoyens, parents d’élèves à l’école primaire Léon Jouhaux au 34 rue Léon Jouhaux à Lyon 3e arrondissement. Ce jeudi, le 12 décembre 2019 à 18h30, nous allons mettre à l’abri pour la nuit une famille : mère seule avec ses deux enfants de 4 ans et 11...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

 C’est la grève. Enfin on respire ! »

Paru le 10 juin 1936 sous le titre « La vie et la grève des ouvrières métallos », cet article de Simone Weil [1] publié dans la revue syndicaliste La Révolution prolétarienne présente la grève comme « une joie pure, une joie sans mélange », en revenant sur ses causes et son...

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"